L'enclave des rôlistes
Bienvenue à toi , jeune rôliste!

Partagez
Aller en bas
avatar
Vieux Baroudeur
Vieux Baroudeur
Messages : 147
Date d'inscription : 17/03/2017

Feuille de personnage
Nom Prenom:
Taille:
Ages:
Voir le profil de l'utilisateurhttp://enclaverp.forumactif.com

La mort du Seigneur Noir

le Ven 6 Avr - 2:05
Partie 1: avant l'assaut
Sarlia était assise sur le cadavre d'un prisonnier, ses yeux rouges suintants de larmes noires scrutant la carte que lui avait donné son prisonnier. L'île avait peu changé depuis son dernier voyage ici pour Gleen. La morte-vivante plissa les yeux.
"C'est une catastrophe..." maugréa Pharilas. Il était revenu bredouille de son infiltration, là où Joe avait bel et bien disparu. Keina l'avait retrouvé alors qu'il les cherchait. Akatosh avait subit une vilaine blessure à la jambe durant une embuscade de morts-vivants. Il ne pourrait plus bouger du campement d'ici les prochains jours, malgré les pansements. Quand à la magie sacrée de Sarlia... Disons que la chevalière préférait se garder pour quand elle aurait à tuer Silumgar. Ho oui, le tuer, le réduire à néant...
"C'est surtout qu'il risque d'y avoir beaucoup de défenses à passer pour atteindre Silumgar." Répondit négligemment la morte-vivante en refermant la carte. Elle regarda l'humain en armure de cuir qui semblait ne pas être content. "Tu t'appelles comment au fait?"
"Qu'est-ce que ça peut bien vous foutre?" Lui répondit-il. "Je suis votre prisonnier non?"
"On dit compagnon d'infortune quand on tient à ses jambes." Lui rétorqua-t-elle en regardant le petit feu de camp que le groupe avait allumé.
"Je me doute bien que vous êtes pas là pour 's'assurer que tout va bien', hein? Vous êtes qui en vrai?"
"Je suis Sarlia Sintheria et je suis ici pour tuer Silumgar une bonne fois pour toute."
"Je m'appelle Pharilas pour ma part, et lui c'est Akatosh. Et toi?"
"Appelez-moi Jim." On savait qu'il mentait au ton de sa voix, mais Sarlia n'en avait cure. Mieux valait l'appeler Jim que 'machin' ou 'tas-de-viande-qui-se-plaint-tout-le-temps'... Jim sembla perplexe en entendant les nom. "Pharilas... Sarlia..."
"Tu nous connais?" S'étonna l'elfe de la nuit.
"En effet..." Admit l'humain. "Le commandement nous avait prévenu que vous puissiez venir..."
"Charles?" Demanda Sarlia.
"Plus haut je crois."
"Gleen donc..." Murmura Pharilas.
"J'sais pas moi, j'suis juste un mercenaire." Leur avoua Jim. Mentait-il? Sarlia ne parierait pas une seule pièce de bronze sur sa bonne foi.
Il fut cependant plus bavard quant à ce qu'il s'était passé et ce qui s'annonçait pour la suite des évènements à Tol'Barad. Gleen, par l'intermédiaire de Charles, avait prévu de livrer Silumgar à l'Alliance pour qu'il soit jugé pour ses innombrables crimes, surtout le sac de Comté-du-Lac, des années auparavant. Cependant, comme Silumgar avait la mauvaise habitude de toujours détruire les plans d'autrui pour son propre intérêt, tout était allé de travers lorsque Charles avait fait la bêtise de s'éloigner de ses troupes. Le duc l'avait manifestement assassiné avant de lancer sur toute l'île ses morts-vivants sur les soldats de Gleen et, dans une moindre mesure, les prisonniers qui finirent par prendre les armes pour se rebeller. Et pour ne rien arranger, les prisonniers avaient capturés l'arsenal et le duc les quais des forçats, emprisonnant sur l'île tous les vivants... Une jolie merde en somme.
Keina revint de sa patrouille. il n'y avait pas un chat. Plus important encore, les cadavres pourrissaient sur pied au lieu de se relever. Donc Silumgar était soit déjà partit, soit trop affaiblit pour pouvoir maintenir une grosse armée en position. Sarlia plissa les yeux. N'était-il pas temps de foncer droit dedans et essayer de tuer ce fils de porc une bonne fois pour toute?


Partie 2: L'assaut sur le trou.

Silumgar astiquait nerveusement son espingole à barillet rotatif et s'assura qu'elle était correctement chargée. Ses serviteurs squelettes chargeaient son bateau pour le Norfendre mais, comme il l'avait vu depuis leurs orbites, Sarlia et sa bande de bêtes de foires leur étaient tombés dessus et les avaient transformés en tas d'ossements, se faisant au passage abandonner par un des mercenaires de Gleen... Foutu Gleen, pensa Silumgar, même à des lieues de là il arrive à me mettre dans les ennuis... Espérons qu'on se croise en enfer, il aura bien des choses à m'apprendre...
Une quinte de toux manqua de faire partir un coup de feu et vit légèrement bouger son pendentif fait avec le fragment de Naaru. Maudites garce. Maudites petite garce. Bah, après tout, Silumgar n'avait pas peur de la mort, lui qui n'avait jamais vraiment vécu. Mais hors de question de partir sans combattre. Le spectre vérifia qu'il avait tout sur la table de son laboratoire. Acide, fumée aveuglante, neurotoxines... Bref, de quoi régler leur compte à cette bande de méprisables animaux ou de mourir en essayant. Violemment, au fond du très long couloir menant à son bureau, la porte s'ouvrit à la volée.
"Silumgar, il est temps que justice soit rendue à tes victimes." Hurla Sarlia, maniant une épée que Silumgar connaissait bien. Effroi, l'antique lame de la légion... Il n'avait donc pas rêvé sur les docks, ce qui expliquait aussi pourquoi Krork était mort si facilement. La situation s'annonçait difficile. Le duc se leva de toute sa hauteur et répondit d'une voix glaciale:
"Venez mortels, venez et mourrez!"
Le premier coup de feu frôla l'elfe de sang à cornes. Le deuxième pulvérisa l'épaulière de Sarlia qui continua d'avancer malgré tout. La troisième balle par contre toucha de plein fouet l'elfe de la nuit et l'envoya bouler par terre en hurlant. L'elfe de sang s'arrêta dans sa course pour s'assurer que son mentor allait bien, mais il lui fit comprendre d'avancer. Visant son dernier coup, le seigneur noir rata in-extrémis l'elfe de la nuit qui se jeta à couver dans une des geoles latérales, fracassant la porte rouillée. Des éclats de roche manquèrent de le blesser au visage alors qu'il récitait des mots en Eredun pour sûrement se débarrasser des shrapnells en saronite dans son corps. Jetant son pistolet à terre, Silumgar ramassa sa masse d'arme, mais ne fut pas assez rapide pour parer le coup de glaive que lui porta l'elfe de sang, qui creusa un trou béant dans son plastron. Un coup d'Effroi l'envoya contre la table, la renversant presque.
Grognant un juron, Silumgar libéra les âmes enfermées dans la flamme de sa masse d'arme, la Torche Damnée. Une nuée d'esprits rendu fous par des années de torture se déversa sur les deux femmes, mais par un quelconque miracle, elle s'en sortirent vivantes. Profitant de la distraction, Silumgar saisit la fiole d'acide la plus proche et la balança sur l'elfe de sang, qui esquiva avec une grâce peu commune. Sarlia profita de l'ouverture pour tenter une frappe d'estoc, mais Silumgar para avec la Torche des Damnés pour repousser la chevalière d'un grand coup de poing dans la face. L'elfe de sang tenta un coup de glaive, mais Silumgar le para entre les dents de sa masse d'arme. D'un mouvement de poignet que seul quelqu'un sans corps pouvait faire, la masse d'arme fit une incroyable torsion dans un angle improbable, détruisant le glaive d'un seul coup. Grognant de rage, Keina se métamorphosa en démon.
Merde... ne put s'empêcher de penser la liche. A croire que cette génération a démocratisé cette idiotie de transformation démoniaque.

Pharilas risqua un oeil et vit au loin Keina envoyer valser Silumgar à plusieurs mètres de sa table. Le spectre avait eu le réflexe de saisir un poison avant de se faire éjecter, aussi l'envoya-t-il en plein dans la face de Sarlia, dont le corps commença à se révolter contre sa présence impie. La chevalière commença à tousser et à cracher de l'ichor noir. Dans le coin du laboratoire, Silumgar se remit derechef sur pied alors que Keina se ruait sur lui. Esquivant in-extremis le coup de glaive de guerre, le spectre incanta quelque chose et son pendentif brillant se mit à lui, l'entourant d'une sphère de protection.  Les coups de boutoir de la demi-démone finiraient par le briser, mais le spectre savait que la bulle de magie sacrée le protègerait le temps de réfléchir. Un autre coup fit trembler la bulle. Silumgar tenta une manœuvre risquée.
La bulle protectrice explosa à la face de Keina qui fut forcée de reculer. Silumgar arma un coup de masse d'arme destinée à lui fracasser la boîte crânienne, mais elle courba son dos et ses jambes pour presque avoir le dos parallèle au sol, esquivant le coup brutal de la liche. Esquivant avec l'agilité d'une acrobate les coups de masse d'arme, Keina commença pourtant à reculer et Silumgar commença à calculer ses chances de filer en vitesse. Parant un coup d'Effroi et un autre de Glaive, il se positionna entre les femmes et la sortie. C'est à ce moment-là que Pharilas décida d'agir.
S'étant douloureusement extirpé les éclats de Saronite, le chasseur de démon réussit à se relever et, voyant Silumgar lui tourner le dos, commença à incanter son sortilège d'emprisonnement illidari. La liche, sentant l'assaut gangréné, le dissipa promptement, mais cet instant d'inattention allait lui coûter cher. Keina, reprenant sa forme normale, frappa alors de toutes ses forces impies, tranchant l'armure de saronite usée du spectre de l'épaule au bassin, pulvérisant le bras droit de Silumgar qui explosa en un nuage de cendres. La liche hurla de rage et parvint à s'entourer de la bulle de Lumière avant que Sarlia n'arrive à lui porter un coup d'Effroi.
La liche commença tout simplement à se replier. La chevalière frappa comme une forcenée sur la barrière de magie, mais ce fut un ultime coup de Keina qui fit s'effondrer la barrière. Dans une déflagration de magie sacrée, Silumgar fut éjecté à terre tandis que l'elfe de sang se faisait repousser contre un mur. Seule Sarlia était demeurée debout, et elle pointa d'Effroi le médaillon brillant de Silumgar.

Partie 3: Justice...

Sarlia était exaltée. Enfin sa quête prenait fin. Silumgar, à terre, la regarda en silence, puis regarda Effroi qui allait d'un instant à l'autre le tuer définitivement. Derrière, Keina se relevait doucement, les membres endoloris par l'explosion. C'est alors que la voix mauvaise de Silumgar brisa le silence à peine tombé:
"Bravo Sarlia *kof kof*, toutes mes félitications..." Il ricana avant d'être interrompu par une quinte de toux. "Vous m'avez finalement tué, toi et tes bêtes de foire." Derrière, Pharilas serra le poing, mais Silumgar n'en avait cure. Il continua de sa voix suintante de mépris, s'adressant à Keina: "Mes félicitations petite elfe *kof kof*, c'est bien toi qui m'aura tué. Mais dois-je dire elfe? *kof kof* Ou démone? Ou sang-mêlée? Ou rien du tout? Rien qu'un mélange abject d'elfe et de démon qui n'aura bientôt aucune raison de rester sur un monde qui te méprisera pour ce que tu es plutôt que de te féliciter pour ce que tu aurais fait. Bravo elfe, tu as gagné *kof kof*, mais votre victoire en ce jour ne vous sauvera pas des habitants de ce monde hideux..."
"Sarlia tue-le..." Murmura l'elfe de sang. Mais la chevalière n'arrivait pas à bouger. Elle était comme en transe face au cynisme odieux de la liche à l'heure de sa mort. Silumgar tourna sa tête métallique vers Pharilas dans un crissement métallique.
"Et voici le plus vieux des trois..." Il l'observa un moment avant de partir d'un rire mauvais. "Je m'attendais à mieux qu'un coup dans le dos *kof kof*, mais il aura fait l'effet, bravo. Après, est-ce bien digne d'un des chien-chien de ce minable d'Illidan de se cacher à la première balle reçue? Ceci-dit *kof kof* je ne trouve pas le modèle spécialement convainquant, aussi je n'avais pas grand espoir pour un elfe de ton genre."
"Le silence est plus digne dans la mort." Lui lâcha, glacial, le vieux chasseur de démon.
"Le silence est l'apanage des faibles *kof kof* Je mourrais comme j'ai vécu, et pas autrement, engeance bâtarde." Lui cracha le spectre avant de se tourner vers Sarlia. Il ne put retenir un ricanement en la voyant trembler d'émotion: "Et enfin te voilà Sarlia *kof kof*... Ca fait du bien, n'est-ce pas? La vengeance, l'illusion de la justice... *kof kof* De belles conneries, tu le sais aussi bien que moi. Tu ne te sentiras pas mieux de me savoir mort Sarlia, et tu le sais très bien. Tu ne me tue que pour te dire que tu as vengé tes amis, alors que tu cherches juste à te donner bonne conscience pour oublier tes échecs qui leur ont coûté la vie." Il la toisa sans bruit un moment, se délectant de la rage qui émanait de l'âme de la chevalière. "Je te sens troublée Sarlia, aurais-je raison?" Il ricana. "Bien sûr que j'ai raison. Sinon, tu pourrais me dire où ils sont tous. Où est donc Leanne? Et où peut bien être Xhen? Ou encore Gronlin." Il fit une pause avant de conclure: "Et surtout Sarlia, où est passé ta chère Valedaria?"

Le hurlement de la chevalière fit sursauter Pharilas et reculer de surprise Keina. Effroi perfora de part-en-part le spectre, fracassant son médaillon au passage. Dans un ricanement à faire frémir un démon, Silumgar se changea en cendres qui tombèrent lentement. La chevalière les regarda sans dire mot, ses yeux pleurant un flot de larmes noires jamais vues auparavant. Puis elle eut un petit rire nerveux. Le rire commença à s'intensifier alors qu'elle pleurait comme à chaude larme, hystérique. Finalement, secouée de sanglot et de rire, elle tomba à genou dans les cendres, les envoyant virevolter pour ensuite retomber comme de la neige.

Keina rejoignit sans bruit Pharilas qui contemplait la chevalière.
"Veille à ce qu'elle aille bien." lui demanda-t-elle. "Je pars essayer de retrouver Nessa."
"Très bien."

Elle laissa le vieil illidari face au dérangeant spectacle de la folie d'une femme torturée...

Epilogue:
Gleen, confortablement assis, observait deux de ses mages essayer de percer les secrets du phylactère de Silumgar. En trois semaines, pas moyen de faire la moindre avancée. Le Père des Ombres se demandait s'il ne fallait pas encore changer d'équipe de sorcier. Brutalement cependant, le phylactère se transforma en cendres qui s'envolèrent au passage d'un courant d'air.
"Qu'est-ce que ceci?" Demanda-t-il d'un ton terrifiant à ses magiciens.
"La liche... Doit être morte." Finit par répondre la plus jeune d'une voix terrifiée. Gleen se leva alors et partit sans dire mot, droit à son bureau. Si le duc était mort, cela ne pouvait dire qu'une seule chose: la coalition allait venir pour lui.



A écouter pendant la dernière scène: https://www.youtube.com/watch?v=aQ3poU70uIE
Revenir en haut
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum