L'enclave des rôlistes
Bienvenue à toi , jeune rôliste!

Partagez
Aller en bas
avatar
Vieux Baroudeur
Vieux Baroudeur
Messages : 131
Date d'inscription : 17/03/2017

Feuille de personnage
Nom Prenom:
Taille:
Ages:
Voir le profil de l'utilisateurhttp://enclaverp.forumactif.com

L'heure de la mutinerie...

le Ven 30 Mar - 1:32
Charles avançait silencieusement dans les couloirs moites de Tol'Barad. Tout dans son attitude relevait de la confiance en soi et de l'autorité. Et pourtant. Ses yeux, pour qui les voyait suffisamment longtemps, trahissaient la peur et la colère. La colère d'avoir échoué si près du but, la peur de ce que l'échec impliquait. Il croisa les gardes squelettes en armures noires qui gardaient les portes du bureau de Silumgar. Leurs hallebardes acérées et leurs masques de porcelaine faisaient froid dans le dos, mais il s'y était habitué. L'humain ouvrit les portes d'un seul coup malgré leur poids. Silumgar était là, en face.

Le bureau du directeur, plutôt qualifiable de laboratoire des horreurs, était l'une des plus vastes salles du complexe carcéral. A son plafond vouté étaient attachés des chaînes où pendaient des cages à présent vide. Nul ne savait ce qui était arrivé aux malheureux que Silumgar avait mis là, mais l'épaisseur du sang séché qui recouvrait le sol donnait une idée. Sur les côtés de la salle s'ouvraient des passages vers de minuscules oubliettes où le duc enfermait ses sujets du jour. Quant au spectre, il se trouvait à son bureau, en haut d'une très haute estrade qu'il fallait monter grâce à une grosse dizaine de marches. Silumgar était avachis sur le confortable fauteuil au sommet de l'estrade, face à une imposante table de travail de marbre noir. Ses yeux mauves fixaient quelques chose. Charles serra les poings. Il savait très bien de quoi il s'agissait...
"Je suis sûr que si on retaille bien les fragments, nous pourrions en faire de beaux joyaux." L'ironie du spectre exaspérait Charles au plus haut point.
Ils l'avaient eu à portée de main. Ils l'auraient ramené au Père dans de bons délais... Jusqu'à ce que les pandaren détruisent l'Oeil de Quezkari plutôt que de leur laisser. Le duc avait eu le mauvais goût de ramener les fragments. Sous son masque Charles renifla de mépris.
"Nous avons échoué." Lâcha-t-il excédé.
"Je sais." Répondit sèchement le spectre en levant enfin vers Charles ses yeux mauves. L'aura de froid qui l'entourait était très désagréable pour le vivant, et il devait sûrement le savoir.
"Qu'allez-vous faire pour l'armée dans ce cas?" Finit par demander l'humain.
"Réfléchir." La réponse était tranchante comme un couperet, glaciale comme la mort.
"Nous n'avons plus le temps de réfléchir!" Éclata Charles. Il ne montrait rarement sa colère, mais le cocktail de panique et de frustration le rendaient à cran. Silumgar voulut lui rétorquer quelque chose mais savait qu'il aurait été stupide de le remettre à sa place. Il avait raison après tout. Le spectre se contenta de le fixer un long moment, ses griffes de saronite tapotant le marbre taché de sang de son bureau. Le spectre finit par répondre:
"Peut-être en utilisant les maléficieurs trolls qu'on nous a amené..."
"Vous avez une idée en tête?"
"Peut-être..." Les lueurs dans le heaume de la liche s'étrécirent comme s'il plissait des yeux. "Si on les forces tous à tisser le même enchantement de Zalazane, nous aurions peut-être une chance."

Les mots tournèrent longtemps dans la tête de Charles, qui ne vit même pas Silumgar descendre de son estrade jusqu'à l'une des oubliettes latérales. Que mijotait encore ce damné spectre?
"Comme vous l'avez remarqué en Pandarie, je préfère dire rapidement les choses que les taire lorsque nous sommes en danger, alors je vais vous poser une question: qu'est-ce qui nous attend pour notre échec?" Charles soupira sous son masque avant de répondre d'une voix lourde de sens:
"Pour vous je l'ignore, pour moi... Je sais ce que je dois savoir."
Silumgar aurait frémis s'il avait été humain. Là, il ne ressentit qu'une haine sourde lui dévorer l'esprit. Tu sais pas ce que ce rat d'espion veut me faire hein? Les 'yeux' luisants du spectre s'étrécirent, mais son ton resta cordial, comme toujours:
"La mort?"
"Non. Nous serons certainement convoqué et il faudra se racheter."
"Se racheter hein?" Pensa Silumgar. Il hésita un moment avant de se décider à jouer une des cartes cachées dans sa manche. "Vous savez Charles, je crois que j'ai quelque chose qui pourrait nous... Racheter."
"Quoi donc?" Le ton de l'humain était sceptique. Le spectre chercha dans l'une des poches de sa cape un jeu de clef, ouvrit la porte de fer rouillé et en extirpa quelqu'un. Quelqu'un qui était pour le moins surprenant. C'était une jeune fille d'à peine seize ans, blonde bien en chair, avec de grands yeux pleins de terreur et des dents gâtées d'avoir mangé des sucreries. Ses habits étaient crasseux et lui moulaient ses membres potelés. Charles ne put réfréner l'envie d'éclater de rire. Qu'allait donc bien inventer Silumgar?
"Vous rappelez-vous de la coalition Charles?"
"Oui. Elle a été actives ces derniers temps. On m'a fait savoir qu'il y avait eu des attentats contre les intérêts du Père dans le Sud des Royaumes de l'Est."
"Sarlia n'était-elle pas censée régler leur compte à cette coalition?" S'étonna presque Silumgar. Normalement, une chevalière comme elle ne devrait faire qu'une bouchée d'un gamin comme Winston et d'un ou deux autres imbéciles...
"Sarlia est portée disparue depuis un moment. A croire qu'ils l'ont tué."
"J'aurais bien pu la retrouver, mais votre très cher père m'a empêcher de la ranimer, donc je n'ai plus moyen de la localiser." Silumgar se permit cette pique quant au manque de sagesse de Gleen sur ce coup là.
"Et en quoi est-ce que cette gamine obèse à quelque chose à voir avec la coalition?"
"J'y viens Charles." Répondit calmement Silumgar. "Contrairement à certain qui sous-estimaient la coalition au début, j'ai immédiatement pris la chose en considération avant de chercher un moyen de les localiser. Et c'est là que cette enfant, Randy Welmar, m'est tombée sous la griffe, envoyée ici pour prostitution si je ne m'abuse. J'ai découvert qu'elle avait un lien mental avec sa soeur jumelle, une certaine Mandy."
"Et?" Charles semblait ne pas trop vouloir réfléchir ne put s'empêcher de penser la liche.
"Et il se trouve que la petite Mandy a rejoint la coalition lorsque sa soeur lui a fait savoir que je l'avais entre mes griffes et que si elle tenait à Randy, elle devrait travailler pour moi."
"Et vous êtes en train de me dire que vous aviez un moyen de localiser la coalition depuis tout ce temps?" Le ton de Charles était déjà moins courtois.
"Je n'ai guère eu le temps d'interroger Randy pendant notre voyage en Pandarie et mes serviteurs ont reçu la mission de lui cuisiner des sucreries, les seules choses que ces imbéciles pourraient cuisiner sans l'empoisonner. C'est d'ailleurs pour cela que vous remarquerez que j'ai ajouté aux ressources de quoi faire des tartes aux pommes. Charles écarquilla les yeux. Il n'avait même pas remarqué l'ajout de pommes pour la consommation personnelle du duc... Le spectre continua tout en s'éloignant très lentement de Charles, remettant Randy dans sa geôle au passage. Autour, ses assistants goules commencèrent à regarder l'humain de leurs yeux luisant de haine et de faim. "Je l'ai gardé en secret en cas de coup dur comme celui-ci. Nous n'aurons qu'à dire à Gleen que nous avons trouvé un moyen de trouver la coalition."
"Vous voudriez que je mente au Père? Vous voudriez que je baigne dans vos mesquineries?" Le ton de Charles était tranchant. Lentement, Silumgar recula jusqu'à se savoir hors de porté d'un tir de projectile lancé, comme... Une fiole d'antimag-B. Autour, les huit goules commencèrent à se rapprocher de l'humain.

Charles remarqua que les goules venaient vers lui alors que le duc s'éloignait. Les goules n'avaient rien d'ordinaire. Certaines avaient des lames en guise de mains, d'autre des éclats de saronite reforgée incrustée dans leurs doigts. Il y en avait même une qui portait un semblant de plastron d'acier. L'humain réprima un frisson. Silumgar avait trop à perdre pour faire autre chose que l'intimider.
"Je pense que le Père aura a en juger." Lâcha-t-il d'un ton ferme.
"Je vois. Et que comptez-vous faire maintenant?" L'interrogea le duc.
"Partir de ce laboratoire infect et faire mon rapport. Quant à vous, au lieu de chercher à trahir un homme qui vous manipule comme un pion, tâcher de faire du  travail efficace."
"Je ne vous sers pas Charles." La réponse avait tardé à venir, mais était plus cinglante qu'un coup de fouet. "Gleen en personne m'a mis en charge de cette prison et je n'ai aucune menace ni ordre à recevoir d'un fils-à-papa qui oublie sa place."
"Je sais parfaitement ma place du..." Voulut répondre Charles.
"Vous ne savez absolument rien. Je suis avant tout un prisonnier ici petit humain, aussi je te souhaite très vigoureusement de te rappeler que tu ne contrôles presque rien sans l'aval de ton chère Père."
"Je..."
"Maintenant hors de ma vue." Ordonna Silumgar. Charles resta silencieux un moment. En bas de l'estrade, les goules lui firent une sorte de passage.
"Pardon?" Finit par demander Charles.
"Hors de ma vue pour les prochains jours. Je ne veux plus vous supporter." Le ton de la liche suintait de haine.
"Très bien." Le fils de Gleen descendit de l'estrade et se dirigea vers la porte.
"Tuez-le." Ordonna brutalement Silumgar.

La goule à qui on avait arraché les mains pour les remplacer par des dagues frappa la première, ses lames frappant dans l'épaulière gauche de l'humain. Puis ce fut le tour de celle qui maniait une espèce de hachoir à viande entre ses mains grossières. Charles, alerté par le premier coup, esquiva, mais la troisième goule, avec des plaques de fer rivetées au crâne pour lui cacher les yeux, frappa dans l'articulation de sa jambe droite et le sang rouge vif se mit à couler.
"Duc! Attendez, nous pouvons encore nous aider..." Cria Charles.
"Vous ne m'êtes utile en rien humain." Lui répondit d'un ton glacial la liche. "Les vivants ne sont jamais utiles." Continua-t-il alors que les goules fermaient leur cercle autour de Charles. Il s'avéra cependant que le spectre comme l'homme avaient sous-estimé leur ancien allié. Le numéro deux de Gleen se débattait comme un damné, esquivant les griffes, les lames et les crocs, parant les coups et frappant comme un lion les goules de ses dagues. Dagues que Silumgar sentait ointes d'antimag-B. Il aurait du mal à relever les goules qui, malgré leurs efforts, tombaient comme des mouches. D'un habile mouvement, Charles trancha la jambe nécrosée d'une goule et l'envoya bouler contre l'une de ses soeurs dégénérées. Plus que six... Plus que cinq...
Silumgar grogna de frustration en voyant que Charles, malgré les quelques coups qu'arrivaient à lui porter ses sbires, allait peut-être s'en sortir. Il était temps de lui montrer la deuxième carte de sa manche. Le spectre défit les attaches du plastron de son armure et en révéla le contenu. Profitant de l'espace vide, il l'avait remplit. En l'occurrence avec un imposant pistolet de facture sombrefer doté d'un incroyablement moderne barillet rotatif pour des balles à même de tuer un kodo.
La détonation de l'arme fut telle qu'un instant Charles crut qu'une bombe avait éclate. Puis vint le choc incroyable qui lui pulvérisa l'épaulière et certainement l'épaule. Un choc d'une telle violence qu'il le projeta sur une des goules qui alla se fracasser contre le mur. Encore à moitié sonné, Charles se remit à grand peine debout pour esquiver les quatre dernières goules.
"Trahison!" Hurla-t-il de tout ses poumons. "Aux armes!"
"Personne ne peut t'entendre ici." Ricana froidement la liche en armant une nouvelle munition. "J'y ai veillé. Mes soldats s'attaquent au tiens partout sur l'île. Vous êtes condamnés."
"Pour le Père!" Rugit Charles, tranchant la colonne vertébrale d'une des goules avant de courir vers la sortie. Mais déjà le deuxième coup de pistolet le touchait, le projetant au sol et lui ouvrant une plaie béante au flanc droit. L'assassin utilisa une de ses bombes lacrymogènes et se releva, le souffle cours.
"Tu penses vraiment que tu peux te cacher d'yeux morts il y a des siècles?" Ricana le spectre en armant un troisième coup de feu. Charles partit en courant vers la porte mais il sentit une main glaciale lui attraper le pied. Il tourna la tête et vit que le duc avait fait jaillis de ses doigts de fer des poignes de mort qui le prirent au dépourvu. Se faisant trainer comme un animal vers l'abatoire, Charles ne put retenir un hurlement de douleur lorsque le duc lui tira sa troisième balle à bout portant dans le dos, lui fracassant des côtes et perforant un poumon.

Silumgar recula pour armer un dernier tir mais encore Charles se relevait. Pas étonnant qu'il soit le lieutenant de Gleen pensa le spectre en relevant déjà son armes à feu. Mais trop tard. L'humain avait bondi et maintenant ses dagues avaient transpercé le torse de saronite de Silumgar. Une douleur aigue vit brûler l'âme du spectre comme l'antimage faisait effet. Même à cette dose, ça risquait de le tuer à terme. Mais Silumgar ne se permit même pas de crier. Il lâcha son pistolet et de ses doigts griffus commença à serrer la gorge de l'humain, dont le gorgerin de cuir sauta bien vite sous la pression. Du sang perla rapidement du cou de Charles.
"Pauvre fou." Ricana le spectre avant d'être pris d'une espèce de toux grasse. "J'ai créé l'antimag, crois-tu *kof kof* que je n'ai pas créé *kof kof* un moyen de le stabiliser?" Un éclair d'une délicieuse incompréhension traversa le regard haineux de Charles, puis les griffes d'une des goules, que Silumgar surnommait Batstalker, vint perforer la colonne vertébrale de l'humain qui ne donna alors plus de signes de vie.
Le duc commença à avancer à tâtons vers le bureau où était caché le stabilisateur. La toux étrange qui faisait vibrer son âme était insuportable et... Douloureuse? Le spectre s'en fichait bien et arriva après ce qui lui parut être une interminable agonie à son stabilisateur, une poudre dont il s'aspergea sans retenue. Mais la toux ne partit pas. L'antimag, même détruit, l'avait blessé plus que prévu. Bien. Il faudrait organiser dès que possible une fuite vers le Norfendre. Mais pour l'instant, purger l'île des sbires de Gleen.
Déjà Krork le protodrake prenait la voie des cieux pour gazer tout humain assez fou pour s'approcher des bateaux  à  quais tandis que les morts-vivants et les mercenaires du Père des Ombres s'entre-déchiraient dans une violente guerre de position d'un corridor à l'autre. Silumgar pris sa masse d'arme là où il la posait et releva les goules tombées, de même que Charles. Il avait beaucoup à faire, et tant à tuer...
Revenir en haut
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum