L'enclave des rôlistes
Bienvenue à toi , jeune rôliste!

Partagez
Aller en bas
avatar
Messages : 21
Date d'inscription : 29/03/2017
Voir le profil de l'utilisateur

Re: Un nouveau corps pour Sarlia

le Ven 16 Fév - 18:19
LE RETOURRRRRRRRRRRRRRRRRRRRRRRRRRRRRRRRRRRRRRRR AAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAH. Ca s'annonce épique toute cette merde !
avatar
Vieux Baroudeur
Vieux Baroudeur
Messages : 147
Date d'inscription : 17/03/2017

Feuille de personnage
Nom Prenom:
Taille:
Ages:
Voir le profil de l'utilisateurhttp://enclaverp.forumactif.com

Un nouveau corps pour Sarlia

le Ven 16 Fév - 2:04
Les pas de Gleen et de six de ses fils les plus talentueux résonnaient dans les corridors moites des cryptes. L'ancien propriétaire du manoir et sa famille y étaient enterrés. Ils devaient avoir vécu en ces lieux depuis longtemps, peut-être avant même l'âge d'Arathor. Les cryptes étaient proprement gigantesque, un véritable manoir silencieux sous l'autre, peuplé de sarcophages parfois si vieux et ravagés par l'humidité que les gisants y étaient méconnaissables. Gleen n'y allait que rarement. Après tout, il avait mieux à faire que méditer entre ces tombeaux sinistres. Le Père des Ombres portait son habituelle armure de cuir sombre renforcée à la saronite, ainsi que son masque morbide en forme de crâne dans les orbites duquel brillaient les feux pourpres de ses yeux de mort-vivant. Dans son sillage étaient ses fils, tous dans de souples mais résistantes armures de cuir bouilli sombre, leurs traits caché par des capuches enchantées. Ils avançaient tous d'un pas résolu vers l'une des cryptes les plus ancienne. Ou du moins, la plus profonde.
Éclairée par un braséro de fonte dans lequel brûlaient du charbon, la nécromancienne attendait, juchée sur le cercueil qu'occupait normalement ce qu'il restait de Sarlia Sintheria. La salle était ronde, avec un sol de marbre moite et usé, creusée en forme d'un dôme. Ceci était, c'était ce qui était allongé au milieu et que regardait la nécromancienne qui avait vraiment de l'importance. Une heure auparavant, c'était une jeune femme, une chevalière qu'il avait fallu tuer sans l'abîmer. Elle était belle, étendue comme si elle dormait, ses yeux paisiblement fermés. On lui avait troqué son armure normale pour une autre plus sombre, minutieusement gravée de runes impies. Entre ses mains raidies pas la mort se trouvait l'espadon appelé l’Épée des Gardiens. Ses cheveux étaient d'un roux flamboyant, qui rappela à Gleen ceux qu'avait feu Sharley quand il la vu. En voyant entrer le Père des Ombres, la nécromancienne se leva et entrepris de s'incliner. La chose était peu aisée pour elle, qui était empêtrée dans une lourde robe pourpre recouverte d'une armure. Un blason était peint à la peinture écarlate sur son poitrail: les mains tranchées de la Main-Morte. Son visage moisi était caché par un imposant masque à gaz de la société royale des apoticaires, relié à un large système de pompes sanglé à son dos.
"Bonssssssoir maître." Siffla-t-elle de son horrible voix susurrante.
"Bonsoir." Grinça froidement Gleen.
"Vous m'avez promis de mettre fin à ma dette sssssi je règle un problème. Quel est-il?"
"Sauriez-vous transférer l'âme de la Dame qui se trouve dans le cercueil dans l'autre corps?" Répondit le Père.
"Je ne ssssuis pas une liche ou un nécromancien comme Ssssssilumgar, mais je peux bien essssayer." Souffla-t-elle en renversant le cercueil. Gleen, aussi dénué d'émotion qu'il était, ne put retenir un léger mouvement de recul en voyant l'horreur qu'avait infligé l'antimag-B de Silumgar à Sarlia Sintheria. Elle n'avait guère plus de jambes, ni même de bassin en fait. Son bras droit était coupé au niveau du coude, son visage était à moitié tombé en poussière. Quelques organes pendaient encore du trou béant dans son ventre, se transformant eux aussi lentement en poussière. Le Père des Ombre sentit derrière lui que fusaient des regards emplit d'une certaine crainte.
"En effet Ssssseigneur." Admit la nécromancienne. "Elle a besoin d'un nouveau corps. C'est à peine sssssi ssssa non-vie exissssste encore."
"Alors faîtes vite. Nous vous avons trouvé ce corps." Commença Gleen.
"Attendez ssseigneur, je vais faire mon maximum, mais je ne promet rien du tout."
"Agissez alors." Le ton froid et cassant de Gleen fit comprendre à la renégate de la Main-Morte de passer au travail.

La voix sifflante de la sorcière noire résonna dans la crypte, semblable à un soupir désagréable. Sous les yeux très intéressés de Gleen, guidée par la voix susurrante, une fumée sortit du corps ravagé de Sarlia, une fumée qui prit rapidement les vrais traits de celle qui avait fondé l'ordre d'Orzhova. Un instant, Gleen eut l'impression que les yeux de fumée de l'âme le toisaient jusqu'aux tréfonds de son âme. La voix sifflante de la nécromancienne commença à prendre de la force alors qu'une autre fumée sortait du cadavre de l'humaine, prenant la forme de la défunte. Alors que la voix montait crescendo, l'âme de l'humaine se dissipa en poussant un épouvantable hurlement qui n'était pas sans rappeler celui des banshees. Puis commença ce qui fascina le plus Gleen.
Suivant la voix, l'âme de Sarlia commença à descendre vers le corps de l'humaine, qui commença à être pris de soubresauts. La voix de la sorcière commença à être tremblante alors qu'elle semblait crouler sous un effroyable effort. Des vrilles de magie noire sortirent sans bruit du cadavre pour commencer à enlacer l'âme de l'elfe de sang. Sans un bruit, la fumée noire commença à entrer dans le corps qui cessa brutalement ses soubresauts. Après une incantation qu'on aurait cru murmurée, la nécromancienne se tut, laissant la crypte dans un silence terrifiant, à peine perturbé par la respiration calme des enfants de Gleen. Le Père attendit une minute, puis deux. Le corps ne bougeait pas, mais les cheveux virèrent lentement au blanc tandis que la pâleur du cadavre s'accentuait.
"Qu'est-ce que ça veut dire?" Sa voix brisa le silence, faisant sursauter la nécromancienne.
"Je vous ai prévenu sssseigneur." d'un ton glacial la nécromancienne. "J'ai essssayé, mais je ne pouvais rien promettre."
"Qu'est-ce que ça signifie?" La colère dans sa voix était palpable.
"Lorsque je vous ai ramené d'entre les morts, je n'ai fait que lier votre âme à son propre corps. Là vous m'avez demandé de lier une âme à un autre corps. J'ai fais cssse que j'ai pu. Sssssi tout ssssse passsse bien, elle sssssera debout d'ici quelques minutes." La sorcière fit mine de prendre congé de Gleen, mais il n'eut à faire qu'un seul geste pour qu'elle soit retenue par ses enfants. Elle les contempla de derrière les verres vert des lunettes de protection allant avec son masque, mais ne dit rien, comprenant qu'elle avait été prise dans la toile de la mauvaise araignée.

Ce ne fut qu'après une autre grosse minute qu'un œil du corps qu'occupait en théorie Sarlia s'ouvrit. Il brillait d'un feu écarlate et, comme l'ancien, larmoyait en permanence quelque chose de noir et liquide. Lentement, l'autre s'ouvrit.
"M'entendez-vous ma dame?" Demanda doucement Gleen en se mettant à genoux à côté de la morte-vivante. Un léger mouvement d’œil servit pour répondre par l'affirmative. Il fallut une autre grosse minute pour que Sarlia ouvre la bouche. La voix rauque et mal assurée de quelqu'un qui a dormi pendant des jours entiers résonna faiblement:
"Où... Où suis-je?"
"Vous ne vous souvenez de rien?" S'enquit le Père des Ombres.
"S... Si... L'antimag, le laboratoire..."
"Jusqu'où vous souvenez-vous ma dame?"
"Je... j'étais dans le laboratoire, j'avais perdu mes jambes, Silumgar a murmuré quelque chose et..." Elle s'interrompit et écarquilla les yeux: "Mes jambes! Je... je sens un picotement!" Les yeux pleuraient à présent abondamment les larmes noires, montrant toute l'intensité de ses émotions.
"Oui ma dame, je vous ai fait extrader du laboratoire du duc pour vous offrir un nouveau corps. J'étais inquiet qu'il puisse vous contrôler d'une manière ou d'une autre..."
"L'ENFOIRE!" Hurla brutalement Sarlia en relevant tout son torse d'un seul coup.
"Du calme dame Sintheria, je craignais qu'il le fasse, pas qu'il..."
"Mais il le faisait!" Grinça Sarlia. "Cette ordure était en moi jusqu'à présent..." Elle écumait de rage. "Ce... Ce..." Bégaya-t-elle. "C'était inconscient mais maintenant, je sens que je suis libre."
"Vous m'envoyez ravi." Lui répondit calmement Gleen.
Sarlia tenta de se relever, mais n'arriva même pas à trouver la force de faire se plier ses jambes. Il lui fallut plusieurs tentatives pour se mettre difficilement debout, usant de son espadon comme d'une canne. Quelque chose n'allait pas. Jamais son corps lui avait paru si étranger. C'est à ce moment que son regard rouge croisa celui de son reflet dans l'eau croupissant sur le sol de la crypte. Pour la première fois depuis un moment, la chevalière noire hurla de terreur. Ce n'était pas son corps. Ni celui d'une elfe. On l'avait mise dans un corps d'humaine. Dans le corps d'une des chiennes pouilleuses de l'Alliance! Manquant de tomber, elle s'appuya contre le mur du fond, tremblante d'émotion.
"Ce.... C'est impossible!" Hurla-t-elle. "Vous... Je... Je ne suis plus moi-même!"
"Du calme très chère du calme." La calma Gleen d'une voix qui restait ferme. Il lui fallut deux bonne minutes pour parvenir à ce qui semblait être la calmer. "De plus," continua le Père des Ombres, "j'ai pris beaucoup de risques pour avoir ce corps, vous ne devriez pas cracher dessus."

Ce fut trop pour Sarlia. Qu'on la mette dans un corps humain, aussi traumatisant que ça puisse être, elle vivrait avec (elle avait déjà vu pire), mais là, dans cette situation, hors de question de se faire considérer comme une idiote. Furieuse, elle cracha:
"Quels genre de risques?" Gleen fut désarçonné qu'on lui réponde comme ça, mais répondit néanmoins derechef:
"Des risques qui ne vous regardent pas."
"Ou qui n'existent pas." Lui lança Sarlia, les yeux luisant de rage.
"Je vous ai fait sortir des griffes de Silumgar, je vous ai retrouvé un corps parfaitement fonctionnel. Vous auriez préféré que je vous laisse mourir dans votre caisse?" Lui cracha alors le Père des Ombres.
"On en est là alors." Pensa Sarlia. Prenant son épée et son courage à deux mains, elle fit un premier pas tremblant vers Gleen, puis un deuxième, plus assuré. Que n'aurait-elle pas voulu dire: Silumgar était son larbin et aurait été obligé d'obéir, Gleen avait plein de filles à ses ordres, autant en tuer une... Mais là, tout ce qui animait la chevalière, c'était sa colère. Elle avait besoin de fracasser quelque chose. Sarlia Sintheria arma un coup de son espadon, mais son corps, à moitié lancé, ne voulu pas obéir. Puisant dans toute sa rage et sa détermination, elle tenta de continuer son mouvement et d'encastrer son épée dans cet humain trop insupportable à son goût.
Cet arrêt brutal, Gleen ne le rata pas. Au moment où Sarlia avait commencé à bouger, ses enfants avaient pris les armes. Selon les calculs du Père des Ombres, la probabilité qu'elle l'ait touché n'était pas négligeable. Il se tourna vers la nécromancienne, dont la main rayonnait d'une lueur pourpre.
"Vous la contrôlez?" Demanda-t-il après un instant de réflexion.
"En partie. Ssssssurtout son corps." Répondit la nécromancienne qui était en plein bras de fer mental avec l'elfe déterminée.
"Libérez-là alors." Ordonna Gleen.
"Vous êtes ssssûr?"
"Certain. Allez-y."

Sarlia sentit l'emprise dans son corps se dissiper. La colère aussi l'avait quitté. Après tout, aussi méprisant qu'il soit, Gleen lui avait rendu un fier service. Se sentant presque honteuse de son comportement, mais décidée à ne pas passer pour une idiote, Sarlia pointa de son espadon le Père des Ombres.
"Que voulez-vous faire Sarlia?" Demanda d'un ton glacial Gleen.
"Vous servir." Finit-elle par admettre d'une voix résignée. "Mais sans être prise pour une truite."
"Je vous jure que je n'ai jamais voulu vous offenser ma dame." Lui répondit d'un ton déjà plus cordial Gleen. "Est-ce que votre quête de vengeance contre la Dernière Garde tient toujours?"
"Plus que jamais." Déclara Sarlia en abaissant son imposante épée.
"Dans ce cas, est-ce que notre entente tient toujours?"
"Oui seigneur." Elle réfléchit, puis ajouta: "Je vous doit une nouvelle vie, je pense donc que c'est à vous de me donner une mission."
"Dans ce cas, partez dès que possible pour les Malterres. Trouvez-y Charles et l'armée qui l'accompagne. Il vous expliquera tout."
"Allons-nous brûler Âtreval?" Demanda la chevalière noire, une pointe d'espoir dans la voix.
"Je suis dans le regret de vous dire que non."
"Tant pis." Murmura-t-elle.

Sarlia fit quelques pas raides et peu agiles avant de finalement, d'une démarche malaisée, partir vers la porte. Elle s'en fut dans les cryptes, non sans lancer un regard noir à la nécromancienne, qui fut emmenée dans une des geôles les mieux cachées du manoir. Les magiciens de ce types sont rares, autant garder ceux pris dans la toile de l'araignée.
Revenir en haut
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum