La fin ? fatalité ou éternelle recommencement ?

Aller en bas

Re: La fin ? fatalité ou éternelle recommencement ?

Message par Angelo Mortiferio le Ven 9 Fév - 10:58

Bonjour Valedaria. ^^

très beau texte. Ton perso restera toujours dans les mémoires je pense pour tout le monde, autant pour ceux qui ont continué sur WOW que ceux comme moi qui sont partie dans d'autres univers (j'espère pouvoir bientot publier pour vous donner des nouvelles à tout le monde).

Ton personnage a rempli son role et a fait même plus. Je pense qu'on peut dire que ton personnage a marqué pour l'éternité ces rp.
avatar
Angelo Mortiferio

Messages : 50
Date d'inscription : 19/03/2017
Age : 21
Localisation : Lamaballe

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: La fin ? fatalité ou éternelle recommencement ?

Message par Silumgar le Jeu 8 Fév - 10:55

Donc ça y est, taty Valedaria est morte? Ca fait un choque pour PAPY Silumgar (et pas tonton ^^)
Plus sérieusement, sachant que ton perso a été à l'origine de la mort d'un pirate, des blessures d'un mercenaires, de la survie (temporaire) d'une extrémiste religieuse et de pas mal d'autres trucs qui ont ajouté leur grain de sel au Rp, oui tu as remplit ta mission d'agent qui permet de faire bouger les choses. Chapeau bas ^^
avatar
Silumgar
Vieux Baroudeur
Vieux Baroudeur

Messages : 119
Date d'inscription : 17/03/2017

Voir le profil de l'utilisateur http://enclaverp.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

La fin ? fatalité ou éternelle recommencement ?

Message par Pharilas le Jeu 8 Fév - 1:17

"Avec le temps...
Avec le temps, va, tout s'en va
On oublie les passions et l'on oublie les voix
Qui vous disaient tout bas les mots des pauvres gens
Ne rentre pas trop tard, surtout ne prends pas froid"


Alors que le maelström déchainé comme à son habitude mille et une larme sur les rochers ... Elle se tenait là ...
Ne cherchant plus... ses forces épuisées, la faille qui l'a fit naitre allait se refermer pour laisser place à l'oubli... plus aucune trace d'elle n'allait existait. Et pourtant ...
Nombre de mondes furent ravager à cause de ses torts ... nombre de mondes furent sauver ... grâce à elle...
Elle était Dieu, elle était monde, elle était vie ... elle était mort. Le sable, voilà ce qu’elle aimait et elle savait que au fond de ce maelström il y en avait ... une tombe idéale.

Son bras disparaissait ... laissant le vent le traverser ... unique et éternelle consolation. Simple prière qui dans le ciel s'envole au nom du ciel, de la mer de l'univers, alors que dans d'autre temple ont prie quelques idoles, millions de prière qui s'envolent. Au nom des dieux, au nom du trépas, elle, sait qu'ils n'existent pas.

Se rappelant des massacres et des vies sauvées. Se rappelant d'un tas d'armure en Norfendre éjecté. Se rappelant à tous les êtres, tout l'amour donné. et la haine cultivé...

Elle se pencha puis clama d'une voix assuré ... :"
Oh, visage entrevu ! Oh, corps, simple corps qui se retrouve n'être que de la poussière pourquoi ?! j'accepte cette fin. J'accepte tout, le monde ne se souviendra pas de moi. Les mondes ne se souviendront pas de moi. et tant mieux ?! une vie réussie est une vie dont le souvenir s'étiole, dont l’existence éphémère suffit à marquer le temps sans qu'un quelconque souvenir ne perdure. Là est le désir d'existence et d’appartenance à l'univers, là est mon désir maintenant et à jamais.
J'ai cherché trop longtemps à retarder ma disparition. Je suis morte plus d'une centaine de fois. Nous sommes mortes plus d'une centaine de fois. Et j'aurai pu encore retarder cette mort. Mais à quoi bon ?! Je suis une erreur, une erreur que l'univers à créer involontairement et cherche depuis plus de 1 000 ans à annihiler. Se battre contre l'univers et par extension la "mort" n'à aucun sens. Mais voila la raison qui m'a poussé à exister et à en quelque sorte "vivre": l'absence de sens, ne non-sens, l'absurde ! Une recherche de liberté qui m'a poussé à me battre contre les formes imposés par l'univers et les sociétés, un univers immense et puissant et des sociétés nombreuses et belliqueuses. Qui oppresse cette liberté qui est prône par moi et moi seul, je suis seul et mon pouvoir est justement par ma solitude redoutable. Je touche à une puissance qui ne vient plus de l'univers mais de ce qui dépasse l'univers : "la conscience".

Une balance équilibrée qui m'a permit de voyagé de monde en monde pendant de longues années. Mais qui m'a surtout permis de me rendre compte que mon souhait d'absurdité ne me permettait d'obtenir un quelconque bonheur. Et donc j'ai cherché une autre source de bonheur que la joie de s’épanouir ou de voir ses ennemis délaissés à la ruine. La terre, voilà ce que je voulais défendre, et voila ce qui me donna le "bonheur", j'ai accompagné cette terre, argile, sable, poussière, je l'ai accompagné pour que le temps suive son cour sans que jamais elle ne vint à disparaître.

Ce n'est pas moi qui clame c'est la terre qui tonne !
Ce n'est pas moi qui clame c'est la terre qui tonne !
Ce n'est pas moi qui clame c'est la terre qui tonne !
Alors laissez là hurler ! hurler sa liberté et son éternité, la terre, cette texture, cette assemblage de composant, est aussi grand et puissant que l'univers. Les êtres vivants ne souhaitent que la détruire ou l'utiliser pour vivre mais oublie sa nature. La terre et les planètes, les rochers et les mondes ne sont pas fait pour être exploiter.

Mais si je vois ma consolation dans la terre, je ne dois pas oublier la raison et l'origine de ma création : le temps. Lui si imparfait que j'ai utilisé sans relâche pour assouvir mais pulsions égoïstes. Il m'a porté et m'a bercé pour donner à mes rêves un soupçon de réalité et donc à ce temps qui m'a vue naître je ne peux que lui dire "merci".
Alors temps Adieux !
Quand aujourd'hui sera hier
Tu ne t'en souviendras plus guère
Alors la vie c'est maintenant
Ici
Et tant pis pour le temps

La vaine illusion des prières
Qu'on a roué de coup
Tout ce qu'on a fait en solitaire
Et qu'on garde pour nous
Les jardins extraordinaires
Qui poussent dans la boue
Tout ce qu'on aura pu en faire
Pour sertir un bijoux

Le temps emporte tout"

Alors que son corps disparaissait peu à peu ... l'elfe dansa une dernière fois avec le vent, et défiant même les vagues. tout au fond du maelström on voyait les étoiles ... et alors que l'elfe n'existait plus, 4 étoiles apparurent : l'une portait le nom d'Aleria, l'autre de Valeria, la troisième de Daria et enfin la dernière : Valedaria.

FIN
___________________________________________________________________________________________
Crédits/références/auteurs cités:
-Arragon
-Yves Jamais
-ATTILA JOZSEF

Remerciement (spécial) :
-Tonton Silumgar
-Destan
-Nalfeim
Mon trio coeur ^^
et sinon un grand merci à toute l'effroyable légion et toute les personnes qui auront fait vivre ce personnage.

Petite précision : désolé pour les fautes d'orthographes il est 1h du mat putain x)

Mise en contexte et fin (note) :
il fallait une fin à ce personnage, je ne voulais pas le laisser en plan. Ce personnage ne fut pas très important et même je dirai presque invisible dans les grandes lignes des RP; son rôle n'était pas là, j'ai essayé avec ce personnage d'apporté du fond aux autre perso justement et aux RP j'espère que j'aurai réussi (dites-le moi si ce fut un échec cuisant !).
Donc voilà, entre deux clopes j'aurai conclue l'histoire de Vale ... il y aura je pense dans les prochains jours une ré-éditions de l'histoire de ce perso (et du BG, parce que c'est un sacrée bordel) sinon c'est le dernier message de Valedaria sur ce forum. Hésitait pas à me dire ce que vous en avez pensé de la forme et du style d'écriture sur ceux et comme dirai Prévert :"compagnons des mauvais jours, je vous souhaite une bonne nuit"
avatar
Pharilas

Messages : 20
Date d'inscription : 29/03/2017

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: La fin ? fatalité ou éternelle recommencement ?

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum