L'enclave des rôlistes
Bienvenue à toi , jeune rôliste!

Partagez
Aller en bas
avatar
Vieux Baroudeur
Vieux Baroudeur
Messages : 147
Date d'inscription : 17/03/2017

Feuille de personnage
Nom Prenom:
Taille:
Ages:
Voir le profil de l'utilisateurhttp://enclaverp.forumactif.com

The Rains of Lordamere

le Mer 7 Fév - 23:01
Prologue:

Sarlia contemplait l'orc qu'on lui avait emmené dans les geôles sous le manoir. Il était puissamment bâtit et pouvait sans le moindre doute le briser littéralement en deux, mais à présent, il était là, enchaîné à un mur, vêtu d'un pagne crasseux et d'une cagoule. La morte-vivante entendait sa respiration forte. Elle força ses poumons à inspirer avant de commencer:
"Tu es donc de la dernière garde." Elle chercha ses mots. "As-tu connu la bataille de Tol'Barad?"
"Oui." Répondit l'orc de sous sa cagoule. Il était parfaitement immobile, comme un prédateur à l’affut d'une occasion.
"Tu es un des vétérans alors... Toutes mes félicitations pour avoir survécu."
"M... Merci." Répondit l'orc, déstabilisé par cette réponse. "Nous... Nous avons affronté là bas les hordes de la Légion Ardente aux côté de héros de la Horde."
"Parmis ces héros, est-ce que le nom 'Orzhova' te dit quelque chose?" Les yeux rouges de Sarlia virent un frisson parcourir l'échine de l'orc lorsqu'il entendit ce nom.
"Oui." Admit finalement l'orc.
"Et je présume que tu sais ce qu'il leur est arrivé alors?"
"Je... J'étais là. L'elfe, Adaneril... Je n'étais pas pour cet ordre, mais j'ai du obéir, comme les autres. De toute façon, Orzhova était corrompu." L'orc respirait laborieusement sous la cagoule, mais continua de sa voix forte. "Je n'ai tué personne ce soir là. Je ne pouvais pas."
"Tu n'as rien fait?" Demanda Sarlia alors qu'elle s'appuyait sur l'espadon qui avait été l’Épée des Gardiens.
"Je les ai empêché de fuir, mais je n'ai pas eu le cœur de porter un seul coup..." L'orc avec une voix qui trahissait de l'émotion, chose rare pour un membre de sa race. "J'avais combattu à leurs côtés. J'en connaissais certains. C'était un massacre, pas un combat. Il n'y avait aucun honneur, rien qu'une boucherie comme les elfes les aiment..."
"C'étaient tes amis et tu les as laissé mourir."
"Oui." Admit l'orc. Il se redressa et tenta de parler vers l'origine de la voix de Sarlia. "Mais j'en ai payé chacune des conséquences en étant un temps bannis de la Horde puis en participant à la fuite en Norfendre. Si tu es là pour me tuer, je suis en paix avec les esprits, tu peux y aller."
"Au moins tu sais mourir." Répondit Sarlia en empoignant l'épée. L'orc baissa la tête pour bien montrer son cou. La morte-vivante hésita. Après tout, il n'avait tué personne ce soir funeste. Mais il avait été complice. Et de toute façon, Gleen le ferait tuer pour avoir été emmené ici.
"Puis-je savoir qui est mon bourreau?"
"Quelqu'un qui a toujours été du mauvais côté du couteau. Je suis Sarlia Sintheria et, en mon office de Grand Maître d'Orzhova, je te condamne à mort." La lame abattit brutalement, tranchant la tête de l'orc qui roula par terre. L'elfe non-morte put voir le visage et ouvrit légèrement plus les yeux. C'était un orc qu'elle avait connu sur l'île des Profanateurs, contre le démon Ag'thar. Un sacré vétéran qui mourrais ici misérablement. Un temps elle eut un léger regret. Puis la haine la ravisa. Cet orc avait participé à la mort d'Orzhova, il devait payer comme tous les autres. C'est alors qu'elle entendit les pas de Gleen dans l'escalier.
"Tout se passe bien Dame Sarlia?"
"Très bien." Répondit-elle en essuyant sa lame sur sa cape d'un gris douteux et déjà presque cramoisie après avoir été le chiffon pour tant de sang à essuyer. Le sol lui-même commençait à être poisseux avec tant de liquide écarlate coulant d'un cou tranchant, expulsé à intervalles de moins en moins réguilers alors que le coeur battait de moins en moins vite.
Gleen observa le cadavre un instant avant de regarder Sarlia qui rangeait l'espadon dans son fourreau.
"Pour votre information, mes agents m'ont appris que des vétérans de la Dernière Garde luttent actuellement contre les Amanis dans les Terres Fantômes. Si vous voulez enquêter par vous-même."
"J'irais plus tard." Répondit Sarlia en ne cessant de contempler la tête, une moue de dégoût et de tristesse défigurant son visage sur lequel ruisselaient toujours des larmes noirâtres. "A présent que vous m'avez payé, c'est à vous de me donner un ordre."
"Très bien, j'ai justement une mission demandant vos talents." Répondit Gleen. Ses yeux brillaient d'une lueur mauve proche de celle qui illuminait les ouvertures du heaume de Silumgar. "Un homme m'a trahis." Reprit-il. "Un de mes agents et vous devrez aller vous en occuper. Il vous expliquera en chemin."
"Nous partons quand?"
"Sur l'heure."
Sarlia salua et pris l'escalier, laissant Gleen avec le cadavre. Le mort-vivant contempla la carcasse un instant avant d'ordonner à ses sbires de le brûler avant de remonter pour revenir à des projets plus intéressants qu'une carcasse d'orc.
L'elfe morte-vivant sellait déjà sa monture squelette quand l'homme de main de Gleen arriva. Il portait une armure de cuir de très bonne facture, sûrement aussi solide que souple. A sa ceinture, deux larges dagues incurvées aussi acérées que des crocs de dragons. Il avait sur le dos un sac de vivre et un peu de matériel de voyage.
"Salutation Dame Sarlia."
"Mes hommages messire. Avant toutes choses, puis-je avoir un nom auquel m'adresser?"
"Appelez moi Charles."
"Très bien Charles." Répondit-elle en l'aidant à charger son worg de monte. "Quelle est notre mission."
"Un mage, appelé Bryan, a trahis le Père" Commença l'humain en sanglant sa selle. "en tombant amoureux de la mauvaise personne. Nos ordres sont de le ramener vivant, lui, mais aussi une elfe de la nuit qu'il était censé protéger et surtout l'enfant qu'elle a."
"L'enfant de Bryan?"
"Non d'un autre." Charles finit de préparer son loup, laissant Sarlia monter sur son destrier décharnée. "Mais cet enfant est la priorité absolue, nous ne devons le blesser sous aucun prétexte lors de sa prise."
"Je vois..." Sarlia réfléchit. "Donc pas de lacrymogènes ou d'autres armes de ce style."
"Tout juste."
C'est ainsi qu'en début d'après midi, alors qu'une fine pluie commençait à tomber sur Hautebrande, deux cavaliers tout de noir vêtus partaient d'un manoir perdu dans les montagnes. Du haut de la tour, un espion déjà mort les observait. C'était à partir de ce moment que tout se jouait.


Partie 1: la maison du lac

Il fallut aux cavaliers deux jours de voyage au travers d'une région tenue par les réprouvés pour atteindre la maison qu'on avait offert à Bryan. Une belle bâtisse à la vérité, avec un étage sous le toit de bois dont sortait une imposante cheminée. Elle était tapie au fond d'un vallon, à côté des eaux placides du lac Lordamere. Charles acheva de boire à sa gourde et parla à voix basse.
"Postez-vous hors de vue, nous essayerons de ne pas recourir à la violence."
"Bien."
Ils descendirent de leurs montures qu'ils attachèrent à un arbre à l'écart de la maison. Les fenêtres étaient éclairées. Sarlia, vive et silencieuse comme un serpent, se plaça dans l'angle mort de la porte, l'espadon prêt à être tiré. Charles avança plus lentement, comme s'il venait à pied de plus loin, puis toqua trois coups brefs à la porte. Sarlia crut attendre une éternité avant qu'un magicien ne vienne ouvrir. Manifestement, il était équipé pour la guerre. Sa robe cérémonielle pourpre était renforcée par du cuir, et il avait à la main un large bâton de sorcier. Sous son chapeau, on voyait les traits d'un homme de la cinquantaine encore bien vigoureux.
"Bryan, me revoilà." Déclara Charles. Chose qu'ignorait Sarlia, il portait l'armure d'un autre enfant de Gleen, surnommé 'la Corneille', une homme qu'avait bien connu Bryan et dont la vue de l'armure mettait systématiquement mal à l'aise.
"Oui?" Demanda le mage d'une voix méfiante.
"Est-ce que Khalye est ici?"
"Bien sûr, pourquoi?"
"Est-elle au courant de votre affiliation à Gleen?"
"Seulement si tu continue à parler aussi fort." Répondit d'un ton acide le magicien.
"Je vois... Puis-je lui parler? Je me ferais passer pour un prêtre venu bénir l'enfant."
"Lui parler de quoi?"
"D'un sujet qui ne vous regarde pas de toute manière."
"C'est ma mission, tous les sujets me regardent."
"Elle te le dira plus tard de toute manière."
"Dis-moi." Bryan commençait à être agressif et un instant, Sarlia hésita à passer à l'action. Déjà sous Orzhova elle n'était pas très douée pour la diplomatie.
"Le maître a été catégorique. Elle doit savoir avant vous." Bryan grommela quelque chose et finit par laisser entrer Charles, qui ajouta une fois presque entré: "Et j'ai avec moi quelqu'un qui saura vous tenir compagnie. Entrez Dame Sarlia."

Bryan fut très désagréablement surpris en découvrant qu'une autre personne était venue avec Charles, et encore plus en voyant l'horreur qu'elle était. La peau d'un blanc cadavérique de Sarlia contrastait vivement avec le noir de son amure de plaques et de cuir sombres. Les yeux brillants d'un feu rouges de la morte-vivante pleuraient comme toujours leurs larmes noires. A son dos était sanglé son large espadon. Cependant, Bryan n'eut même pas le temps de saluer froidement la nouvelle venue que déjà Charles montait à l'étage pour trouver Khalyte. Bryan manqua de l'empoigner, mais il sentit une main glacée sur son épaule qui le retint avec force. Le magicien se retourna et fixa Sarlia droit dans les yeux:
"Tu me veux quoi?"
"Je suis aux ordres de monsieur, tout comme vous si je ne m'abuse?"
"De lui?
Le mage allait exploser d'un rire nerveux lorsqu'il vit Khalyte dans l'escalier. Elle avait l'air sereine. Derrière elle, Charles berçait la petite fille.
"Tout va bien Bryan, pas besoin de s'énerver." Commença-t-elle. "Il veut juste me parler." Bryan contempla l'elfe de la nuit et l'enfant dans les bras de Charles tour à tour avant de finir par lacher d'un ton énervé:
"Bien... Mais fais attention à toi, on sais jamais."
A peine Khalyte fut-elle remontée que Bryan reprenait sa réponse pour Sarlia:
"Primo, je ne le sers absolument pas."
"Mais le 'Père' oui par contre." Remarqua l'elfe morte-vivante.
"Oui, voilà." Finit par répondre le sorcier.
"Dans ce cas nous sommes dans le même camp."

Le magicien alla machinalement à côté du feu de la cheminée, Sarlia restant stratégiquement entre lui et l'escalier. Ses oreilles d'elfe lui apportaient des informations qui lui arrachèrent un sourire mauvais. Charles semblait vouloir faire croire à Khalyte qu'il était avec le type appelé Winston et que justement Bryan était de mèche avec Gleen. Selon la rhétorique vicieuse de l'agent du Père, Bryan avait amené l'elfe ici pour la rapprocher de Gleen.
"Et si on allait dehors?" Demanda Sarlia, remarquant de ses yeux rouges que Bryan semblait tendre l'oreille.
"On va jouer franchement elfe." Commença Bryan en se levant. "Tu veux quoi?"
"Que nous sortions. Je hais les intérieurs aussi mal aménagés." Grinça Sarlia qui avait depuis quelques minutes tiré son espadon.
"Hé bien moi je n'ai aucune confiance en quelqu'un qui me demande de sortir alors que la personne que je protège est avec une autre personne."
"Voyons Bryan..." Répondit d'un ton délicieusement entendu Sarlia. "Ne sommes nous-pas dans le même camp?"
A ce moment, le mage compris que s'ils étaient là, c'était parce que Gleen avait perdu le peu de confiance qu'il avait encore en la loyauté de Bryan.
"Alors Gleen ne me fais p..." Commença-t-il à murmurer. Cependant, sa phrase fut stoppée net par l'impact violent du  plat d'une épée à deux mains avec son visage. Le mage recula de quelques pas en titubant avant de répondre en souriant, une flamme féroce dans le regard: "C'est donc bien vrai..." Il se releva de toute sa hauteur pour dominer de quelques centimètres bien sentit Sarlia. "Si Gleen a un problème qu'il vienne."
La morte-vivante, sans répondre ni parler outre-mesure, frappa de sa lame dans les jambes du mage, qui se retrouva au sol. Il retint un juron et un cri de douleur.
"C'est parce que nous travaillons tous pour Gleen que je ne riposte pas..." Commença-t-il.
"Dommage pour toi." Répondit Sarlia en lui assénant un coup de pommeau en plein visage, l’assommant à moitié. L'elfe renifla de mépris. "Quand on t'attaque, riposte au lieu de parler." Pensa-t-elle en allant poser son espadon. Elle sortit en silence et fonça à sa monture chercher les cordes et le bâillon qu'elle avait dans son sac. Un mage est dangereux tant qu'il peut articuler correctement. En rentrant, elle vit que Bryan n'avait pas bougé d'un pouce et sourit. Elle avait du bien l’assommer.
Alors que Sarlia s'approchait pour le ligoter, Bryan lui prouva qu'il était bel et bien conscient en lui envoyant un double coup de pied dans le ventre, l'envoyant bouler par terre, surprise. Il tenta de saisir l'espadon, mais elle lui frappa dans les jambes avec ses bottes ferrées, manquant de le faire tomber. Alors que l'elfe se relevait, Bryan prenait son bâton et se mettait courageusement en garde devant la porte. Elle pris son épée, prête à le tuer si nécessaire. C'est alors que Charles descendit, la petite Tinuviel en mains. Derrière lui venait Khalyte, manifestement très inquiète. Voyant que Bryan coupait l'issue de sortie, Charles alla à Sarlia, toujours en berçant le bébé.
"Vous n'irez nulle part." Commença Bryan.
Voyant Khalyte douter et le mage aux abois, Charles se contenta de répondre:
"Au moindre faux-pas, je tue la gosse."
"Gleen sera content." Ricana le magicien.
"Qui te dis que nous travaillons pour Gleen?"
"Il fait quoi là?" Se demanda Sarlia. Elle regarda son allié, perdue. Un contact entre leurs yeux suffit pour lui faire comprendre le bluff.
"Alors vous travaillez pour qui?" Demanda Khalyte, qui n'osait rien faire.
"Pour Silumgar." Répondit à l'instinct Sarlia. De toute façon, vu toutes les horreurs dans lesquelles avait baigné la liche, une de plus, une de moins...
"Maintenant nous allons sortir." Asséna l'agent de Gleen. Bryan hésita puis, voyant le regard inquiet de l'elfe de la nuit, accepta de laisser passer Charles et Sarlia, suivis de Khalyte.

La nuit était belle, les eaux du lac Lordamere reflétant les milliards d'étoiles du ciel nocturne. Bryan tenta de savoir si Silumgar avait trahis Gleen, et Sarlia se fit un plaisir d'improviser une histoire qui tenait la route. Le passé de mercenaire de l'ex-Grand-Maître lui avait donné de bons réflexes. Charles parla alors, sûr que l'histoire de Sarlia tenait la route:
"Bien, j'aimerai que vous veniez tous les deux au repère du Duc." Commença-t-il.
"Je ferais ce que vous voudrez mais rendrez-moi ma fille." Implora Khalyte.
"Navré madame, mais vous n'êtes pas en position pour réclamer quoi que ce soit. D'ailleurs Bryan, j'aimerai que tu nous accompagnes également." Répondit l'agent de Gleen.
Le mage voulu répondre quelque chose de cinglant, mais il lut dans le regard de Charles qu'au moindre faux pas, il en serait fini de Tinuviel.
"Soit." Admit le mage.
Sarlia alla ramasser les cordes et bâillons qu'elle avait amené à l'intérieur et attacha solidement Khalyte avant de la bâillonner. Bryan tenta de faire de la résistance lorsqu'elle voulut le désarmer.
"Vous n'ôteriez pas son bâton à un vieil homme?"
"Sans la moindre hésitation." Répondit froidement Sarlia. "On m'a déjà tué par derrière une fois, ça m'a suffit." Elle pris le bâton de ses mains et le jeta par terre avant de ligoter et de bâillonner Bryan. Quand ce fut fait, Charles leur cacha le visage avec des cagoules et chacun en pris un sur sa monture. Il était temps de revenir au manoir.


Partie 2: le manoir dans les montagnes

Il pleuvait fort lorsqu'ils arrivèrent au manoir. Comme toujours, ce dernier était silencieux, bien que les yeux morts de Sarlia pouvaient discerner dans les ombres les hommes et les femmes en armures noires qui veillaient là, immobiles. Charles guida Khalyte vers l'escalier menant aux geôles. Derrière eux, Sarlia était moins agréable avec Bryan, qu'elle manqua de faire tomber à force de le pousser pour le faire avancer.
Une fois dans le sous-sol moite et empestant le sang séché, Khalyte et Bryan se firent défaire progressivement leurs liens pour qu'ils soient remplacés par des chaînes les retenant au mur. On leur laissa les cagoules. Charles sortit, laissant Sarlia observer les deux 'invités' de Gleen. Dans sa vie précédente, ils auraient pu être amis. Mais cette vie c'était éteinte avec ses illusions. Dans un monde cruel, il faut être cruel. Pas de pitié ni de répit. C'est alors que des pas dans l'escalier lui firent lever la tête.
Gleen venait, vêtu de son habituelle armure de cuir noir renforcée de saronite sombre. Son imposant masque rappelant un crâne de fer était presque effrayant, surtout avec les lueurs mauves de ses yeux perçant les fentes de vision. Il avançait calmement, sans gâcher inutilement des efforts en témoignant une quelconque émotion. Il fit un geste que Sarlia compris. Un instant plus tard, deux cagoules étaient sur le sol, laissant les yeux d'un homme et d'une elfe s'habituer à la faible lumière des lampes des geoles. Un autre petit mouvement de tête de Gleen et Sarlia détachait les bâillons. Elle se plaça prudemment à portée de coup des deux prisonnier, prête à empêcher toute tentative d'incantation.
"Gleen!" Explosa Bryan. "C'est quoi ces conneries?!"
"Ces conneries?" La voix de Gleen était plus froide et méprisante que jamais, trahissant une certaine exaltation. "C'est la vie, et vous avez perdu."
"Tu me fais quoi Gleen?" Continua Bryan, toujours énervé.
"Je te fais ce que j'aurais du faire il y a longtemps Bryan." Répondit le maître-espion. Tu m'as été utile, mais Sharley à parlé." Le mort-vivant secoua tristement la tête avant de continuer, ses yeux magiques brûlant de malveillance: "Je savais au fond de moi que tu me trahirais."
"Après tout ce que j'ai fais pour toi?" S'indigna Bryan.
"Tu as joué à un jeu et tu as perdu." Répondit d'une voix cruelle Gleen avant de se pencher légèrement. "Vous vouliez quoi? Me tuer?" Il ricana avant de regarder Bryan droit dans les yeux: "Car toi seul pouvait me tuer n'est-ce pas?"
"Écoutes Gleen." Lui répondit le mage. "Si j'avais voulu tenter quelque chose je n'aurais pas tant attendu..." Il s'interrompit en voyant que Khalyte murmurait quelque chose. Sarlia, prompte à réagir, la frappa violemment du pommeau de son espadon.
"Arrêtes." Ordonna-t-elle. Khalyte ravala de son sang avant de répondre, acide:
"Je n'ai rien tenté durant le voyage et ici ma fille est en danger. Je ne ferais rien, c'est logique non?" Sarlia regarda Gleen qui lui fit comprendre de ne plus rien faire. Elle acquiesça et attendit la suite.
"Regardes-toi Bryan." Recommença Gleen, presque hilare. "Sans moi tu n'es rien." Il fit une légère pause et continua, plus calme: "Vous m'avez apporté l'enfant idéal, la combinaison génétique parfaite: la fille d'une elfe de la nuit et d'un homme aux capacités peu communes. Elle grandira pour être ma meilleure arme, l'arme qui fera trembler le monde entier."
"Gleen!" Explosa Bryan, tremblant de colère.
"Oui?"
"Tu es un homme de parole non?" Demanda le mage, essayant de ne pas trahir la rage profonde qui lui brûlait les entrailles.
"Bien sûr."
"Alors respecte celle que tu m'avais donné quand on avait conclut ma mission."
"Mission?" Khalyte regarda d'un air étonné, ne trouvant dans les yeux rouge de la morte qu'un océan de mépris.
"Je t'ai fais une promesse?" Demanda Gleen, étonné.
"Oui: de ne pas lui faire de mal."
"Tu as raison."  Gleen s'approcha d'un pas lent et mesuré de Khalyte, comme un incroyable acteur sur une scène de théâtre.
"Alors lache là." Ordonna presque Bryan. Vif comme l'éclair, Fleen sortit sa dague et la fit traverser de part-en-part l'épaule de l'elfe, qui retint de peu un hurlement déchirant. L'acier toucha le mur de pierre moites et recula alors que Gleen ricanait.
"Tu ne comprends donc pas Bryan? Je ne suis plus Gleen. Je ne suis plus personne."
"Tu étais mon ami avant que tu ne me trahisse. Voilà ce que tu étais."
"Je suis un mort que s'attache à la vie, je suis l'ombre d'un arbre sous la lune, je suis Joe, je suis la Corneille..."
"Silumgar?" Demanda brutalement Bryan.
"Silumgar?" Gleen avait été déstabilisé par la question.
"Silumgar, si tu veux bien arrêter de jouer avec ton pantin et enfin te montrer, ce serait une bonne avancée." Grinça Bryan.
"Je me dois de vous expliquer seigneur." Commença Sarlia. "Moi et votre agent les avions mystifiés en nous faisant passer pour des agents de Silumgar qui voulait justement vous trahir."
"Bryan, tu ne parles pas au Duc. Tout cela n'était qu'un très beau mensonge." Ricana Gleen. "Regardes-toi Bryan." Reprit-il. "Sans moi tu es réduit au rang de poussière." A ce moment, les yeux de Khalyte virèrent au noir de jais, mais Gleen continua son monologue:
"Quant à la vérité que tu veux tant Khalyte, celle que tes yeux me supplient de te donner, Joe la savait, avant que tu ne tue sa première fille. Je voulais le garder en vie au cas où la prise de Tinuviel se passe mal. Maintenant, il n'a plus d'utilité.
"J'étais la seule personne qui faisait de toi quelque chose Gleen!" Rugit alors Bryan.
"Gleen est mort." Répondit froidement le mort-vivant. "Azeroth continue de tourner."
"La preuve que non, tu es là, devant moi!" Cria Bryan.
"Nous avons vécu de grandes aventures..." Continua, rêveur, le Père des Ombres.
"Gleen..." La voix de Bryan en était presque implorante.
"Ton rôle est terminé maintenant. Le mien ne fais que commencer."
"C'est toi qui ne comprends rien Gleen." Répondit d'une voix qui se voulait calme Bryan. "Ton rôle s'achève avec le mien."
Sans répondre, Gleen tourna le dos et parti, laissant Sarlia seule avec les captifs.
"Voudriez-vous que je vous explique le fin mot de cette histoire de fous?" Finit-elle par leur proposer. Khalyte murmurait à nouveau, mais Bryan la regarda et répondit par l'affirmatif. L'elfe leur expliqua ce que Silumgar avait fini par comprendre, plus ce qu'elle avait pu apprendre ailleurs. Gleen avait eu une très nombreuse descendance qu'il formerait comme ses agents dans le but d'obtenir un pouvoir séculier. Cependant, pour avoir cet argent, il était devenu info-marchand. Le travail rapportait beaucoup, mais l'obligeait à trahir fréquemment pour obtenir toujours plus d'argent qui était engloutit par la formation de ses enfants. A force de trahisons, il était devenu trop célèbre et recherché. Il avait donc organisé sa mort et sa résurrection par un nécromancien anonyme (et non pas Silumgar comme l'avait crut au début Sarlia). Maintenant lavé de tous soupçons, Gleen obtenait des enfants en les volants à leurs vrais parents. C'est au moment ou elle allait continuer que Charles revint, portant une éprouvette contenant un liquide fluorescent d'un très beau vert-de-mer.
"C'est l'antimag-B?" Questionna Sarlia en le regardant.
"Oui. Vu que ce sont des sorciers, autant tester ça sur eux."
"Bonne idée."

C'est à ce moment là que Khalyte, qui murmurait depuis tout à l'heure, parvint à lancer un sort arcanique mineur que son frère lui avait appris. Des flammèches apparurent, faisant prendre feu à de la paille crasseuse. La brusque apparition de flammes fit sursauter Charles qui laissa tomber l'éprouvette. Le liquide aspergea les deux prisonniers, mais surtout Sarlia dont le pied fut touché. A sa grande horreur, elle sentait pour la première fois une douleur déchirante dans le pieds avant de sentir qu'il tombait en poussière. Elle hurla de frayeur et de douleur.
"Ca va?" Demanda l'agent de Gleen, assez mal à l'aise face à cette situation.
"Non. Cette horreur me détruit!" Glapit Sarlia. L'humain la pris sous le bras et l'aida à remonter les marches avant de la laisser entre les mains d'autres enfants de Gleen plus doués que lui dans la magie.
En bas, les deux prisonniers échangèrent un regard étonné en réalisant tout deux qu'ils ne pouvait plus utiliser leur pouvoir.
"J'ai réussi à prévenir mon frère." Murmura Khalyte.
"Bien joué." Marmonna Bryan, qui semblait avoir vieillit de dix ans. A ce moment là, Charles redescendit avec des bâillons. En haut, on entendait les cris de douleur de Sarlia qui se faisait dissiper par l'antimag-B, qui était manifestement très efficace malgré son statut expérimental.
Charles se plaça tranquillement devant eux et leur dit de parler comme s'il n'était pas là. Évidement, Khalyte et l'autre prisonnier firent de la résistance, mais au final, une discussion se construisit.
"J'entends l'autre cruche hurler." Fit remarquer Khalyte, un sourire mauvais aux lèvres. "Ta sœur doit douiller." Renchérit Bryan.
"Ce n'est pas ma sœur." Répondit en souriant Charles. "Juste une associée du Père." Un autre hurlement, plus abominable que les autres, retentit. "Mais oui elle doit souffrir." Ajouta-t-il avant de regarder Bryan droit dans les yeux. "Mais j'aimerais savoir pourquoi tu as tout perdu en fin de compte. Tu l'aimes pas vrais?"
"Oui." Avoua le magicien comme si on lui avait arraché un ongle. "Mais elle ne m'aime plus." Continua-t-il. Khalyte fit un geste de la tête qu'on pouvait clairement interpréter comme un oui.
"Joe le pensais aussi avant de se faire prendre." Répondit l'agent de Gleen. "Quant à vous dame Khalyte, je vous doit la vérité. Bryan ici présent s'est cru capable de jouer à un jeu dont il ignorait les règles. Gleen lui a dit de venir en Hautebrande pour vous avoir à l’œil, et Bryan n'a rien vu. Sharley s'est faite capturer et elle a craché le morceau. Nous sommes juste venu prendre Tinuviel avant que la situation ne se complique."
"Pourtant je n'aurais pas hésité à aller voir Gleen seule." Répondit Khalyte. "J'aurais même accepté de l'élever jusqu'à ses seize ans et mourir ensuite."
"Élaborez?"
"C'est n'est pas ça la règle? De tuer le mentor pour que l'élève achève son apprentissage? Encore un mensonge?" Elle regarda Bryan en posant la dernière question.
"Vous n'aurez jamais été son mentor."
"Si vous la laissez grandir avec moi je lui apprendrais." Implora Khalyte.
"Non. Un autre mentor l'entraînera, de même que d'autres parents l'élèveront. Un père et une mère qui seront bien plus qualifiés que ses parents génétiques."
"Bonne chance pour ses parents adoptifs alors." Grinça agressivement Khalyte.
"Je pense que nous en avons fini."
Charles leur passa le bâillon pour leur empêcher de lancer le moindre sort tant dès que l'antimag-B ne ferait plus d'effet. Il prit ensuite les lampes et partit, laissant les deux captifs dans les ténèbres...

Epliogue:

Joe frappait avec une précision et une force redoutable la goule que Silumgar lui avait confié pour s'entraîner. Un coup dans ce qui avait été un plexus, puis un dans la tempe. D'un coup de pied retourné, il fracassa le mort-vivant, que Silumgar appelait affectueusement Batstalker. L'homme borgne respira un bon coup. Son corps avait retrouvé de la force et de l'endurance. Silumgar lui avait rendu un fier service. Mais ça ne l'empêcherait pas de mourir. Ho non. Le bruit des clefs dans la serrure le fit se retourner. Silumgar entra et regarda sa pauvre goule.
"Tu es de plus en plus rapide à me la fracasser." Constata-t-il en observant la carcasse.
"Oui." Maugréa Joe en l'observant de son seul œil, calculant quelles chances il avait de s'évader.
"J'ai reçu un corbeau ce matin. Le message citait quelqu'un que tu aimes beaucoup, aussi ai-je pris la peine de te l’amener."
"Merci." Grogna Joe en prenant le papier que lui tendit Silumgar. Le spectre partit en refermant à double-tour la porte. Joe lut une fois le message, puis une deuxième. Il hurla de rage, car le message était le suivant:

"Duc Silumgar,

Nous avons pu récupérer l'enfant de Khalyte sans la moindre effusion de sang en suivant vos conseils. Elle a bien été convaincue par Bryan pour nous la confier sans résistance.
Bien à vous Duc, nous nous reverrons très prochainement.


G."
Revenir en haut
Sujets similaires
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum