L'enclave des rôlistes
Bienvenue à toi , jeune rôliste!

Partagez
Aller en bas
avatar
Vieux Baroudeur
Vieux Baroudeur
Messages : 147
Date d'inscription : 17/03/2017

Feuille de personnage
Nom Prenom:
Taille:
Ages:
Voir le profil de l'utilisateurhttp://enclaverp.forumactif.com

Re: Les miracles du zèle.

le Dim 21 Jan - 0:27
Tel est le devoir de l'archiviste autoproclamé ^^
Mais c'est vrai, pour moi ces résumés sont super important pour que je me souvienne de tout, ça donne beaucoup de profondeur à tout ce qu'il se passe en rp ; )
avatar
Messages : 41
Date d'inscription : 05/04/2017
Voir le profil de l'utilisateur

Re: Les miracles du zèle.

le Sam 20 Jan - 19:12
Très bon résumé. Ces résumés sont super important en vrai, les personnages se développent bien dans un nouveau milieu. J'adore.

Les pions sont en place, la partie va commencer.
avatar
Vieux Baroudeur
Vieux Baroudeur
Messages : 147
Date d'inscription : 17/03/2017

Feuille de personnage
Nom Prenom:
Taille:
Ages:
Voir le profil de l'utilisateurhttp://enclaverp.forumactif.com

Les miracles du zèle.

le Jeu 18 Jan - 19:25
Un cheval galopait dans l'étroite route de montagne qui menait au discret manoir du Père des Ombres. Sa cavalière portait une robe cérémonielle luxueuse qui avait été blanche mais qui était à présent détrempée par la pluie torrentielle qui tombait sur les montagnes. Le masque doré de l'humaine était sculpté pour ne représenter aucune émotion, mais on voyait la bouche de chair de la cavalière tordue dans une grimace de fatigue. Finalement, après ce qui semblait être une éternité, la cavalière arriva à l'entrée du manoir. Elle confia sans un mot sa monture aux agents de Gleen sur place et alla à l'intérieur. La seule chose qu'elle avait avec elle était une besace bien remplie de cuir sombre.
La jeune femme avança dans les pièces enténébrées jusqu'à atteindre le hall principal au fond duquel était le bureau de Gleen, tourné dos à l'entrée. Dans les alcôves qui perçaient les murs de pierre à intervalle constant se tenaient les enfants du maître-espion, silencieux et immobiles comme des statues menaçantes. La cavalière trempée jusqu'aux os se mit respectueusement à genoux en bout de pièce et attendit que son père daigne prendre conscience de sa présence. A son bureau, le mort-vivant pris le temps d'écrire quelques lignes supplémentaires sur un parchemin, puis cacheta une lettre avec une réplique du sceau de Hurlevent avant de finalement se lever. Ses yeux morts se posèrent sur l'humaine.
"Sharley, ma fille." Le mort-vivant dévisagea Sharley de Moork, l'une des plus hautes autorités de l'Eglise de la Lumière à Hurlevent. Elle était là, à genoux devant lui. Sa fille. "Lève toi et parle." Ordonna-t-il de sa voix froide et calme.
"Mon seigneur, j'ai deux excellentes nouvelles." Déclara la jeune femme.
"Tu as fait bonne route?" Demanda alors Gleen en commençant à marcher, indiquant à sa fille de le suivre.
"La diligence à eu un accident, j'ai dû finir le chemin à cheval."
"Tu dois avoir faim. Suis-moi."
Le mort-vivant et sa fille s'en allèrent jusqu'à un petit salon sobrement décoré de tableaux. Deux gardes étaient là et ne frémirent même pas à l'approche de leur maître. Gleen leur ordonna d'apporter à manger à leur soeur avant de lui indiquer de s'asseoir à ses côtés. "Qu'as-tu à m'annoncer?" Demanda finalement Gleen.
"Tout d’abord, je tenais personnellement à vous montrer ceci." Sharley sortit de sa besace un magnifique coffret recouvert de feuille d'argent et l'ouvrit. Sur un délicat coussin de velours pourpre se trouvait un petit médaillon d'un cristal étrange. Le mort-vivant manqua d'avoir un mouvement de recul. Le cristal dégageait une très désagréable énergie sacrée liée à la Lumière qui indisposait le maître-espion.
"Qu'est-ce que c'est?" Finit-il par demander. Elle ferma le coffret.
"Le fragment de Naaru que cherchait le duc." Répondit Sharley. "Lorsque vous avez donné l'ordre de le retrouvé, j'ai trouvé une raison pour aller à Âtreval, une cité proche de la zone d'action principale du seigneur noir. Les archives m'ont permis de découvrir que le médaillon avait été la possession de Silumgar, même si personne ne savait de quoi il s'agissait. Mes recherches m'ont fait rencontrer la famille d'un archimage qui avait participé à l'une des défaites du duc, les Quel'Thalos. L'une d'eux m'a parlé de son fameux grand père qui avait réussit à enfermer un temps Silumgar et du fameu cristal. Il était caché dans une discrète tombe non-loin de Brill, une tombe portant les armes de Silumgar. Je l'ai fait identifier par plusieurs de mes serviteurs draeneï qui ont tous reconnu cela comme un fragment de Naaru."
"C'est très bien." Conclut Gleen. "Et l'autre nouvel." Sharleu sortit de sa besace un octaèdre d'argent gravé de runes maléfiques du Fléau. Il irradiait de magie noire et Gleen se sentit revigoré par la simple proximité de l'artéfact. "Le phylactère de Silumgar." Les lueurs dans les yeux de Gleen brillèrent de doute.
"Comment sais-tu que c'est bien l'objet que nous cherchons?"
"J'ai..." L'humaine se sentit rougir de honte sous son masque. "J'ai eu des informations de sources sûres." Voyant que son père restait silencieux, Sharley bégaya. "Je... Je peux vous jurer que c'est le bon objet seigneur."
"Comment le sais-tu?" Demanda d'une voix déjà plus ferme, quoique très calme, Gleen.
"Je..." Sharley déglutit. "J'ai offert mon corps à l'un des agents du duc en Norfendre. Il m'a en échange guidé au phylactère." Le mort-vivant face à elle plissa les yeux.
"Y a-t-il quelques informations pouvant remonter jusqu'à moi?"
"Non maître, j'y ai veillé." La voix de la jeune femme était chargée d'émotions alors qu'elle se rappellait les horreurs qu'elles avait eu à vivre.
"Parfait Sharley. Tu as bien agit. Tu es mon sang et tu as sût l'utiliser correctement. Nous entreposeront et étudieront les deux artefacts que tu as trouvé ici."
"T...Très bien maître." Gleen se leva silencieusement et fit signe à sa fille de faire de même. Sans un bruit, il ôta le masque de l'évêque, dévoilant un visage bien fait aux joues couvertes de tâches de rousseur et aux sublimes yeux vert-de-mer encadré d'une abondante et ondulée chevelure rousse. Le mort vivant pris ce beau visage entre ses mains et la fixa droit dans les yeux. "N'oublies pas que tu me doit ta vie." Commença-t-il d'un ton sinistre. "Ne la gaspille pas inutilement et continue d'agir avec tant d'efficacité."
"Je... Il en sera ainsi mon seigneur."

On servit son repas à Sharley, qui le mangea rapidement et elle racconta tout ce qu'elle savait sur les phylactère et leur capacité de servir d'encrage à l'âme d'un mort et qui pouvait recréer un corps à la liche qui y était lié. Alors qu'elle reposait ses couverts, il demanda: "Sauras-tu comment Silumgar utilise le fragment de Naaru?"
"Je n'en ai pas la moindre idée mon seigneur. C'est une puissance source de magie sacrée, c'est tout ce que je sais."
"Quand rentres-tu à Hurlevent?"
"Dès que faire se peut mon maître."
"Quand tu seras là bas, veille à surveiller les agissements de Bryan. Il ne donne plus de nouvelles depuis un peu trop de temps et tend à vouloir agir de manière autonome. J'aimerai que cette histoire avec Khalyte n'aille pas dans la mauvaise direction. C'est un bon garçon et j'aimerai qu'il reste loyal."
"Il sera fait selon votre ordre." Déclara Sharley. Son père lui fit alors signe qu'elle pouvait aller à la chambre d'hôte se reposer.

Une semaine plus tard...

Silumgar entra dans le manoir. Son armure n'empestait plus la charogne comme avant, mais les produits chimiques dans lesquel il avait baigné pour se défaire de sa puanteur. Les agents de Gleen le laissèrent aller à leur maître, qui contemplait d'imposants ouvrages d'arbres généalogiques. Les crissement des bottes de saronite de Silumgar fit se retourner l'autre mort-vivant qui observa le spectre salue humblement.
"Au rapport duc." Commanda Gleen.
"Les travaux avancent bien mon seigneur. D'ici peu, ils seront terminés. Nous sommes pile dans les temps."
"Excellent." C'est à ce moment que Silumgar remarqua quelque chose. Ou plutôt, ressentit que quelque chose n'allait pas. Le spectre fouilla des yeux la pièces, mais n'y remarqua rien d’anormal. "Une question duc?"
"Oui." Répondit instinctivement Silumgar. "Pourquoi garder Joe en vie?" La question était venue de nulle part mais lui éviter d'expliquer sa nervosité accentuée par sa perpétuelle paranoïa. "C'est un homme dangereux et incroyablement déterminé."
"Sa femme pourrait nous causer des problèmes, d'autant plus qu'elle est étrangement liée au SI.7, chose que je n'arrive pas à m'expliquer." Gleen ferma négligemment l'imposant ouvrage qu'il feuilletait à l'arrivée du duc. "De plus, je préfère un otage vivant qu'un mort inutile."
"Si vous le dites..." Bougonna Silumgar. "Avez-vous trouvé mon médaillon?"
"Non mais les recherches avancent croyez-le bien."
"Je vois." Le spectre allait prendre congé du maître-espion lorsqu'il sentit enfin ce qui n'allait pas. "Mon phylactère!" Rugit le duc en faisant volte-face. "Il est ici."
"Quoi?"
"Je le sens. Il n'est plus en Norfendre." Gleen resta un instant silencieux. En face de lui, Silumgar était passé de la peur à la colère noire et froide.
"C'est vrai, il est ici." Répondit le Père des Ombres de sa voix glacialement calme.
"Dois-je comprendre que mon âme est en otage ici?"
"C'est dans l'idée." Se contenta de répondre Gleen. Autour d'eux, les assassins se tenaient prêt à intervenir.
"Je vois." Silumgar sembla se calmer les feux spectraux de sa visière continuaient de brûler de rage. "Qui? Que je le tue moi-même."
"En preuve de bonne volonté, je vais te le dire. Mes agents sont allés voir ce subordonné en Norfendre qui démentait toute servitude envers toi. Le troll nous a avoué où était le phylactère."
"Merci." Se contenta de répondre le duc en partant après un rapide salut.


Trois jours plus tard...

Kur'Jin était furieux. Sa tentative de coup d'état avait échoué et la situation en Zul'Drak avait éclaté en guerre civile entre plusieurs factions trolles et ses porpres serviteurs, tant morts que vivants. Son armée était tenue en échec depuis des semaines au temple de Har'Koa et il avait subit déjà plusieurs dures défaîtes. Du haut de son quartier général, la nécropole écrasée Kolramas, il supervisait le front dangereusement proche de son repère. L'armée que lui avait offert Silumgar tenait bon mais n'arrivait pas à effectuer une percée contre les drakaris qui se ralliaient aux prêtres de l'immense temple. Un nérubien momifié arriva alors à la rencontre du chevalier de la mort.
"Maître Kur'Jin." Commença l'être de sa voix sifflante. "Le seigneur Silumgar demande une audience." Le drakari étouffa un juron et sortit en trombe. Il avait trop à faire pour perdre son temps avec le spectre. Ce dernier l'attendait sur l'un des parapets, en train de regarder la bataille au loin. Il s'était téléporté à sa base de Norfendre peu auparavant.
"Qu'est-ce que tu fais là?" Grogna le troll. "J'ai une gue'we à mener moi."
"Comment se passe-t-elle?" Demanda d'un ton faussement courtois Silumgar.
"On s'est fait repousser. Tout pa'wt à la vaulo là!"
"Je vois... Puis-je aider?"
"Nah. Les d'waka'wis ils se'wviront pas quelqu'un qui utilise les mêmes méthodes que le W'oi Liche."
"As-tu pensé aux banshees?"
"Quoi?"
"Je t'expliquerai si tu réponds à cette question: à quoi ressemble mon phylactère?"
"Mais qu'est-ce que j'en sais moi?" Explosa Kur'Jin. "Tu te fous de moi ou quoi?! J'ai une gue'we su'w le feu!"
"Bon, donc, je suis à présent certain que ce n'est pas toi."
"Pas moi qui ait fais quoi?"
"Gleen a mon phylactère et a essayé de me convaincre que tu lui avait offert."
"L'enfoi'wé!" Rugit le drakari. "Y faut qu'on le bute!"
"Non. Nous n'avons pas de quoi résister à des assassins et un assaut direct serait trop difficile. De plus, si je me fait tuer physiquement, il n'a qu'à détruire mon phylactère pour me détruire à jamais, et donc à détruire toute l'armée que tu as aujourd'hui à tes ordres.
"Alor'w... Qui a fait ça? Une taupe?"
"Oui. Tu as combien de serviteur qui ont une âme?"
"A pa'wt ceux que tu m'as confié, aucun."
"Fait les venir."

La taupe fut facile à trouver. Silumgar avait rassemblé les quatre nécromanciens et leur avait demandé ce qu'était un octaèdre. Ces nécromanciens n'étaient pas du genre très instruit et seul un savait quelle était la réponse. Le seigneur noir sonda alors ses souvenir et grinça "Alors on aime les rousses hein?". Les nécromancien tenta de s'expliquer, mais la poigne de fer du duc lui avait enserré la gorge et dans un craquement sonore, le cou fut rompu. Les autres furent renvoyés au front. Le chevalier de la mort et la liche restèrent silencieux un moment.
"On va faire quoi alo'w?" Finit par demander Kur'Jin.
"Moi, je vais rester loyal à ce maudit Gleen en attendant de trouver un moyen de récupérer mon phylactère. Pour ton cas, je te conseille d'aller trouver les Banshees qui hantent les profondeurs de Utgard, dans les Fjord Hurlants. Svala Tristetombe en avait plusieurs à ses ordres à l'époque. Elle sauront prendre le contrôle des corps des chefs drakaris qui s'opposent à toi. A défaut de détruire l'opposition, ça te permettra de semer le trouble dans les rangs ennemis." Sur ces conseils, le duc s'en repartit au cercle de téléportation pour aller à Tol'Barad ruminer sa vengeance.
Contenu sponsorisé

Re: Les miracles du zèle.

Revenir en haut
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum