Le Dernier Fils du Mal

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Le Dernier Fils du Mal

Message par Gronlin le Sam 30 Déc - 14:59


Vivre dans ce monde rempli d’embuche n’est pas une chose aisée, personne ne pourra admettre avoir survécu jusqu’ici sans avoir eu besoin de se soumettre ou de se battre.

Winston était un jeune garçon né dans les années 19. Né quelques mois avant le début de la troisième guerre, il avait été au centre du conflit. Cette guerre n’avait pas été prévue, les sbires du fléau étaient déjà à la réalisation de leur sombre plan tandis que la mère de Winston lui donnait encore le sein. Sa mère était tavernière tombée trop vite amoureuse d’un homme qui avait fréquentée son auberge. Ils avaient échangé des banalités mais cette homme, mystérieux comme il était, avait réussi à la séduire et à la convaincre de porter son enfant. Deux jours plus tard il avait disparu lui laissant une note qu’il disant qu’il reviendrait et qu’elle devait prendre soin de l’enfant. Elle ne voulait plus en entendre parler et était décidée à élevée l’enfant seule. Cependant, le destin en aura voulu autrement, on racontait dans le Nord du Royaume de l’Est que des morts vivants arpentaient les routes et changeaient leurs victimes en sbires du fléau pour agrandir leur rang. Les routes n’étant plus sûr, la plupart des citoyens allèrent se réfugier en Stratholme, ce fut le cas pour Winston et sa mère qui avait une connaissance qui vivait là-bas, il avait fait affaire avec la mère de Winston, cette ville était la plus sécurisé après Lordaron. La route fu longue mais la famille arriva à destination intacte, ils n’étaient pas seul à avoir eu cette idée. Ils n’avaient plus qu’a trouver cet homme qui leur avait proposé de les héberger. Un nouveau problème apparu, le trop grand nombres de citoyens arrivés dans cette ville augmentait les demandes de ration de nourritures, avec les routes mal sécurisées, les convois de nourriture étaient peu à arriver à destination.
C’était une période difficile pour les habitants qui commençaient à devoir troquer leur bien pour survivre, la mère de Winston ne fut pas épargnée, en effet, l’homme qui devait les accueillirent avait refuser au dernier moment de les loger, il ne pouvait pas leur faire part de ses réserves de nourritures. Ce moment, elle crû bien tout perdre, vivant dans la rue sans rien, elle était jeune et forte, son fils était tout ce qui lui restait, elle n’allait pas abandonner si facilement. Un homme avait fini par les accueillirent dans sa taverne, les chambres étaient vides et il n’arrivait pas à vivre à l’idée d’avoir laissé cette mère et son enfant dans la rue. Un léger espoir renaquit dans les yeux de la mère. A trois, ils allaient s’en sortir, ce n’était qu’une question de temps avant que l’Alliance de Lordaron allait trouver une alternative à leur problème, une solution allait être trouvée…

Un matin, dans la fraicheur de l’automne, on parlait dans la rue d’une cargaison de grains, de blé et de ressources primaires qui était arrivé en ville, cette cargaison allait pouvoir nourrir toute la ville, même remplir leur réserve. On devait attendre quelques jours avant qu’elle ne soit distribuée équitablement parmi les citoyens. La nuit, la mère s’en alla avec le tavernier, voler quelques ressources, Winston allait mourir de faim, il était maintenant endormi, seul. Malgré la garde, les deux réussirent à prendre un sac de grain qu’ils pourraient dissoudre dans des boissons chaudes ou solidifier pour de la nourriture, ça allait leur suffire pour quelques jours. Ils étaient heureux, sur le chemin du retour, les deux s’embrassèrent amoureusement sous la lune, dans la nuit froide. Elle qui avait dû tout abandonnée, elle qui avait vu la mort de près comme de loin allait pouvoir refonder une famille pour elle et son fils. Arrivé dans l’auberge, l’enfant dormait comme un bébé. Ils décidèrent d’attendre le matin pour lui faire boire quelque chose de bon, autrement que de lui donner le sein. Les deux nouveaux amoureux se firent à manger. Ils parlaient, riaient, rien n’y personne ne pouvait mettre un terme à cette danse amoureuse. Ils parlaient de tout et de rien, arriva le moment où le tavernier, demanda à la mère du petit, la femme qu’il aimait, qui était le père de se Winston ? Son sourire tourna à la tristesse, elle ne se souvenait plus, elle ne voulait plus se souvenir de son sourire charmeur, de son regard amoureux, rien de tout cela ne lui rappelait rien de bon. Elle voulait oublier, elle avait oublié. Les deux se regardèrent et commencèrent à s’embrasser, l’aube n’était que dans quelques heures, ils avaient le temps…
Un pleur d’enfant se fit entendre et réveilla les deux amoureux qui s’étaient endormis ensemble après avoir passé une nuit magnifique. Winston devait avoir faim, ce n’était cependant pas normal, il ne s’était jamais réveillé pour réclamer à manger auparavant. Ils décidèrent d’aller le voir et de lui donner à manger, le grain volé plus tôt dans la nuit. Arrivé dans la chambre, la femme cria de peur, un homme se tenait là, grand et robuste, le bébé dans les bras, la fenêtre était ouverte, il était rentré par là.
« Qui êtes-vous !? Demanda le tavernier, levant les poings en sa direction
- Lui avez-vous donné à manger ? Demanda l’homme encapuchonné dont la voix réveilla quelque chose chez la femme.
- Non, pourquoi ? Répondez ou je vous le ferais regretter. Redemanda le tavernier, toujours prêt à attaquer.
- Il n’est peut-être pas trop tard alors. Et vous, vous avez mangé le blé ?
- Bien sûr ! On meurt de faim ici ! cria la femme pour couvrir les pleurs de l’enfant.
- Il est trop tard, je suis désolé. Dit l’homme calmement en regardant la femme droite dans les yeux. Sa capuche ne couvrait plus son visage, c’était lui, l’homme de cette nuit dont elle était tombée amoureuse.
- Gleen, laisse Winston, c’est mon fils, j’ai une nouvelle vie ici, je t’en prie.
- Winston ? Demanda Gleen en regardant son fils.
La femme n’u pas le temps de répondre, Gleen s’était faufilé entre les deux et les avais mis au sol, frappé contre le bois froid qu’était le parquet, ils s’endormirent sur le coup…
Gleen courait sur les toits de la ville, il s’avait que quelque chose d’horrible allait se passer, la nuit était très froide, le bébé s’était rendormi dans ses bras. Il devait sortir de la ville au plus vite, bientôt, elle ne sera plus qu’un cimetière.
« Le Prince Arthas ! C’est lui, à la porte principale, il vient nous sauver ! » Des gens hurlèrent de joie dans les rues, courraient en une direction. Ces voix réveillèrent les deux amoureux qui était toujours sur le sol, il devait déjà être tard, le ciel s’assombrissait, un coup d’œil avait sufi pour confirmer la disparition de Winston. La femme regarda le tavernier et s’en alla en courant dans la rue, elle devait prévenir quelqu’un, elle tombe par terre, remarquant une extrême faiblesse dans ses jambes, elle avait du mal à respirer. Elle se remit les idées en place, l’homme qu’elle venait de quitter dans la taverne, il n’avait pas l’air humain, il s’emblait mort, elle rampait dans les rues, elle crachait du sang, son regard devenait trouble, elle avait réussi à arriver devant la taverne, la nuit tombait. La porte était ouverte, une chose immonde en sortie, cette chose plus morte que vivante portait les habits de l’homme qu’elle avait quittée. Des cris retentirent partout dans les rues, les voix étaient incompréhensibles pour elle, sa vue baissant petit à petit… Un flash de lumière retenti.

La goule implosa, elle se retourna sur le dos, son corps ne lui obéissait plus, elle n’arrivait pas à être triste, elle regardait l’auteur de cette attaque, des bruits d’acier et de cris, de souffrances, résonnaient dans sa tête, cette douleur devait arrêter, plus rien, elle voulait les faire taire, elle criait à l’aide mais rien de vint à son secours. Voulant se calmer elle chercha la paix, Winston, son fils allait vivre, Gleen l’avait dit... Se faible moment de paix intérieur lui avait suffit pour regarder qui se dressait devant lui, un homme blond, une armure dorée et bleu. Dieu ? Se demanda-t-elle avant que le jugement de cet homme, d’un coup de marteau, vînt lui écraser le crâne contre le revers du trottoir…

Gronlin

Messages : 25
Date d'inscription : 05/04/2017

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le Dernier Fils du Mal

Message par Silumgar le Sam 30 Déc - 22:39

J'adore =)
Superbe histoire mec
avatar
Silumgar
Vieux Baroudeur
Vieux Baroudeur

Messages : 76
Date d'inscription : 17/03/2017

Voir le profil de l'utilisateur http://enclaverp.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum