Terre Gelée, partie 3

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Terre Gelée, partie 3

Message par Silumgar le Mar 27 Juin - 14:49

Voici la suite des aventures d'Eléonore et Xorian. Bonne lecture ; )


      Éléonore finit par ouvrir les yeux peu après son réveil. Sa vision était trouble, et elle ne pu guère percevoir qu'une vague source de lumière rougeâtre et qu'elle semblait être dans un espace clos. Un silhouette semblait être à côté du feu. La fyri referma les yeux puis les rouvrit. Elle répéta cette opération un grand nombre de fois jusqu'à ce que sa vision soit à peu près claire.
      Elle était en effet dans ce qui semblait être une sorte de tente, couchée dans des fourrures assez rêches, mais chaudes. Elle n'avait pas assez de force pour tourner suffisamment la tête, mais elle arriva à voir du coin de l’œil qu'une personne était dos à elle, surveillant le feu et l’attisant avec ce qui semblait être un long os. La jeune fille sentit aussi que ses blessures semblaient être refermées, mais étaient aussi extrêmement douloureuses. Elle tenta d'articuler un mot, mais elle avait la langue desséchée et n'arriva pas à produire le moindre son.
      Pourtant, la créature qui lui tournait le dos sembla se rendre compte de quelque chose et se retourna. Éléonore put donc observer ce qui semblait la garder. La créature n'était pas bien plus grande que la fyri elle-même, une tête de plus au maximum. Elle avait une peau d'un gris pour le moins étrange, et était particulièrement ridée. C'était manifestement une femelle, comme semblait l'indiquer sa poitrine bombant faiblement une robe grossière en fourrures sales. La créature avait une chevelure sauvage d'un blanc pur comme la neige, où pendaient de nombreux pendentifs d'os (ou d'une matière similaire). Les yeux de la créature étaient complètement blancs et elle fixait Éléonore, semblant attendre quelque chose. Celle-ci tenta de remuer, mais une douleur généralisée brisa son élan.
"Du calme, envoyée de Kurishok."
"Quoi?" Se demanda Éléonore. D'une part, elle comprenait la langue de la créature, à son grand étonnement, et d'autre part, de quoi pouvait-elle bien parler?
       La voix de la vieille créature, même si ce n'était qu'un murmure, était parfaitement audible. Elle s'accroupit aux côtés d'Éléonore.
"Tu dois avoir faim, messagère des dieux."
"Mais de quoi elle parle?" Continua de se demander sans comprendre la fyri blessée. Puis l'idée de faim lui vint à l'esprit. Le ventre de la fyri émit un grognement qui en fit rougir sa propriétaire et la vieille esquissa un sourire, révélant de petites dents pointues et à moitié noires. Elle se retourna et alla chercher un bol fait de terre cuite grossièrement modelé dans lequel fumait une sorte de soupe d'herbes à la forte odeur. La vieille prit une espèce de cuiller taillée dans de l'os et la plongea dans la soupe avant de souffler dessus pour la refroidir un peu. Éléonore ouvrit péniblement sa bouche desséchée et le liquide y coula. En même temps qu'une agréable sensation de chaleur, une grande envie de vomir saisit Éléonore car la soupe avait un goût parfaitement infect.
"Elle refermera plus facilement tes blessures." Dit la vieille en semblant voir la grimace de la fyri.

"Parfait" Conclut la vieille en la forçant à reprendre une dernière cuiller de l'infâme mixture aux herbes. "Tu as de la fièvre messagère, alors reposes toi bien, nous reparlerons quand tu seras plus reposée."
Un difficile hochement de tête fut la seule réponse que reçut la vieille créature, qui parut satisfaite.
"Moga, on a besoin de toi!" Cria une voix venant de l'extérieur de la tente.
"J'arrive." Gronda Moga en se retournant. "Dors maintenant, demains, nous reparlerons."

       Éléonore finit par fermer les yeux, éreintée par le simple fait d'avoir mangé mais motivée plus que jamais à comprendre ce que disait la vieille et à découvrir ses apparents sauveurs.

. . .

       Xorian arpentait lentement les sinistres couloirs de son repère. Ce n'était pas lui et ses sbires qui l'avaient construit. Près d'un siècle d'errance après son arrivée, la liche avait découvert un édifice étrange et cyclopéen. Il s'agissait des ruines d'une tour aux proportions dantesques, taillées sur un piton rocheux qui jaillissait d'une crevasse béante. Seul un pont sûrement aussi vieux que le piton reliait les ruines au reste des terres gelées, et un escalier minuscule descendait jusqu'aux profondeurs de la crevasse, là où le sol n'avait plus vu le soleil depuis des milliers d'années. Au début, Xorian avait pensé que les ancêtres des autochtones avaient bâti la citadelle dont il contemplait les ruines, mais après avoir fouillée les souvenirs de nombreux cadavres, il avait découvert que la vérité était toute autre. Il y a une éternité, une race de grandes créatures régnait sur les terres, exploitant la petite race et créant des citadelles grandioses. Puis était venu une autre race depuis les cieux, et une maladie avait décimé les premiers tyrans. Il ne lui restait guère plus d'informations dans les souvenirs poussiéreux des très vieux crânes trouvés dans quelques cryptes pillées ça et là dans les étendues glacées. En tout, la liche n'avait pu relever qu'une petite centaine de squelettes complets, ce qui expliquait la lenteur des travaux. D'une certaine manière, le sorcier était même fier d'avoir réussi à en refaire une place forte tout à fait honorable, presque à la hauteur de sa grandeur d'antan.
        Une question qui avait taraudé Xorian pendant longtemps était l'emplacement de la citadelle. Encaissée dans une vallée étroite, coupée du monde, elle semblait être construite... Pour rien. Enfin, c'était jusqu'au jour où il trouva l'escalier des profondeurs. Les profondeurs de la crevasse regorgeaient d'or et de fer. Tellement que des filons montaient jusqu'à la surface. Quel dommage qu'ils n'aient pas eu le temps d'être exploité. Réflexion faîte, c'était la deuxième grosse raison de la lenteur des travaux: sur la centaine de squelettes, plus des trois quarts travaillaient ici, extrayant les minerais et les fondants dans la forge souterraine en des lingots que la liche avait bien l'intention d'utiliser pour se faire un retour triomphal à Umbra. De toute façon, vu ce qu'il restait de sa famille à son départ, il n'avait sûrement plus personne pour l'attendre.

. . .

       Comme promis, lorsque Éléonore s'éveilla, la vieille créature était là et remplissait dans le silence le plus total un petit bol de terre cuite avec des herbes sèches qu'elle transformait en poudre en les passant entre ses doigts osseux. La fyri observa une éternité la vieille créature, qui, comme son surnom l'indiquait, était aveugle, et s'émerveilla de la dextérité de Moga. Une fois son travail fut fini, la vieille créature alla s'accroupir aux côtés de la fyri et parla:
"As-tu bien dormi émissaire des dieux?"
       Éléonore hocha lentement de la tête et tenta un faible sourire. Même si elle se savait encore affaiblie, l'énergie revenait petit à petit.
"Très bien. Avant toute autre chose, je me présente. Je suis Moga, chamane des Loups-Tonnerre. Deux chasseurs de notre clan t'ont retrouvé à moitié gelé dans les plaines à l'extérieur et t'ont ramené. J'espère que tu amènes un bon présage."
       Éléonore tenta de prononcer un mot, mais elle n'y arriva pas. Moga la remit plus confortablement tout en la rassurant:
"Reste calme et n'essaye pas encore de parler, envoyée de Kurishok. Le froid à endoloris ta gorge, et même si tu es impatiente de nous faire savoir la volonté des esprits, guérit avant de parler."
La fyri tenta un mouvement affirmatif.
"Tu vas reprendre des forces durant les jours qui suivrons. Je t'ai préparé de ma soupe pour cela."
       Éléonore fit une grimace alors que la vieille Moga s'en allait cherche ledit liquide. Lorsque celle-ci revint, elle entendit le soupir résigné de la blessée, et sourit en allant lui donner à manger.

. . .

      Xorian réfléchissait à l'océan de possibilités que lui offrait sa mission. Après six siècles, la liche savait que la planète était vaste et que la fyri pouvait être absolument n'importe où. S'il avait encore des poumons, il aurait soupiré. Sa main griffue s'entoura de magie noire et les cadavres d'oiseaux qu'il avait disposé face à lui s'animèrent d'une parodie de vie.
"Allez mes porteurs de pestilence. Balayez de vos yeux morts ces désolations et trouvez celle qui n'est pas de ce monde. Ne cessez de voler que lorsque ce sera fait." Résonna la voix métallique de la liche. Tandis que les morts-vivants prenaient leur envol, il repris sa descente dans les ténèbres de sa tour pour y lever toujours plus de non-morts qu'il avait méticuleusement entassé dans les salles vides depuis des années. Certains étaient des restes de loups ou d'oiseaux, d'autre des amalgames grossiers mais efficaces. S'il le fallait, il noierait les terres gelées de morts avant de passer à un autre continent, mais il trouverait le parchemin.

. . .

        Après trois jours passé majoritairement à dormir pour recouvrir ses forces, Éléonore parvint à articuler correctement ses mots:
"Madame, pourquoi est-ce-que vous m'appelez envoyée de Kurishok?"
"Pardon?" La vieille était tellement surprise par la question qu'elle ne l'avait même pas compris.
"Hé bien..." Hésita la fyri. "Vous me donnez le nom de messagère, mais je ne sais même pas qui est Kurishok..."
       En voyant le visage ahuri de la vieille Moga, la fyri commença à se demander si sa question n'allait pas lui attirer des problèmes.
"Tu... Tu n'est pas... L'envoyée du plus grand des esprits?" La voix tremblante de la chamane dissimulait très mal ce qui semblait être de la peur.
"Les seuls esprits que je connais bien sont des gardenfer d'Umbra..." Se dit Éléonore tout en réfléchissant  à sa réponse. Mieux valait jouer la carte de l'honnêteté vu comme la discussion était engagée.
"Non..."
       La vieille resta consternée de longues minutes, et Éléonore tenta de deviner ce qu'elle pensait, en vain.
"Tu.. n'est pas l'envoyée du tout puissant?" Finit par articuler la vieille chamane.
"C'est ça oui." Répondit avec douceur la fyri.
"C'est une catastrophe..." Finit par gémir Moga d'un air blême.
"Pourquoi?"
"Tu es sensée être l'envoyée des esprits!" Glapit la chamane en s'arrachant les cheveux. "Mon clan ne crois déjà plus beaucoup en nos esprits ancestraux, et tu étais sensée les remettre sur le droit chemin de nos traditions..."
"Mais je les connais même pas vos traditions..." Répondit Éléonore avec dépit.
"Toi, dès que tu seras bannie, il te mettrons dehors, blessée ou pas. Le chef a une peur bleue des étrangers. Mais moi, il en va de ma crédibilité..." La vieille créature se calma un peu et réfléchit en se frottant nerveusement le nez.
       Éléonore attendit avec appréhension que l'aveugle parle à nouveau, et la regardait en tournant légèrement la tête, même si c'était une position assez désagréable puisque nombre de ses muscles tiraient encore. La chamane finit par murmurer à la fyri.
"Tu vas faire semblant."
"Quoi?!" S'insurgea la jeune fille. "Je dois la vie à votre clan, hors de question que je trahisse leur hospitalité."
"Si tu ne le fais pas, ils vont te laisser mourir dehors, et avec tes vêtements, tu n'ira pas loin avant de geler à nouveau. Sous conditions qu'ils attendent que tu sois guérie."
Éléonore avala douloureusement un filet de salive en grimaçant de peur.
"Qu'est-ce que je dois faire?" Finit-elle par demander.
"M'écouter..." Murmura la vieille femme d'un ton mystérieux.
avatar
Silumgar
Vieux Baroudeur
Vieux Baroudeur

Messages : 35
Date d'inscription : 17/03/2017

Voir le profil de l'utilisateur http://enclaverp.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum