Prologue : Le rituel

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Prologue : Le rituel

Message par Angelo Mortiferio le Lun 5 Juin - 21:14

Bonsoir tout le monde. J'espère que vous allez bien. Voici le premier chapitre d'un roman que je voulais écrire et que j'ai arrêté il y a deux ans. Je pense que publier les chapitres pourront m'aider à continuer à écrire. Alors je m'excuse du fait qu'il est pas pour l'instant de titre, mais j'espère pouvoir en trouver un en l'écrivant, donc si vous avez des idées, n'hésitez pas. Aussi je voulais que ce roman s'inscrive dans la suite des romans de fantasy chrétienne comme les œuvres de Tolkien, Narnia ou encore plus récemment Margacane (que je vous conseille mais si le début est un peu long). Comme tout le monde sait, je ne cache pas le fait que je suis catholique (mais si j'ai mes défauts et vices qui me collent comme tout homme) et c'est en partie pour ça que j'ai décidé de me mettre dans la suite de ces œuvres (en ajoutant que le fantasy est plus ou moins mal vu dans mon milieu, c'est pourquoi je veux montrer le contraire).

Voilà. Désolé d'avoir été long. Je présenterais peut-être les fondements de mon roman dans un autre article. Bonne lecture Very Happy



    La nuit venait de tomber. On pouvait déjà entendre se réveiller les habitants nocturnes des profondeurs de la Grande Forêt. Aucun nuage n’obscurcissait les cieux qui pouvaient dévoiler ses merveilles innombrables.
Cette nuit promettait d’être spéciale car c’était la grande Lune bleue : la 13éme grande pleine Lune qui apparaissait cette fois sans sa petite sœur rouge, la Lune Sauvage. Un événement qui ne se passait qu’une fois tous les cinq siècles. La légende voulait que ce soit durant une nuit comme celle-ci, dans les clairières dites d’argents que le Créateur ait modelé les premiers elfes lunaires, ou séléniens, à partir de l’argent des lieux. C’était la nuit des grands rites pour les elfes séléniens où la magie elfique était plus puissante grâce à la grande Lune.
Le vent s’était levé. Une chouette harfang passa dans les airs. Ses plumes d’un blanc immaculé étaient déployées et donnaient l’impression de glisser sur le vent. Ses grands yeux jaunes à la recherche d’une proie étaient presque lumineux dans l’obscurité. La chouette poussa un cri strident et se posa sur un arbre au bord d’une petite clairière.
Un elfe sélénien était assis là sur un rocher et observait le ciel. Ses cheveux flottant au vent étaient blancs lunaires et sa peau était couvert de symboles de son peuple, tatoué au fil des années. Dans sa main droite, il tenait la poignée de sa dague  et sa prothèse enchantée qui remplaçait son bras gauche touchait la roche. Sa cape bleu nuit où était brodé en argent les insignes de sa future fonction laissait passer parfois l’éclat d’une armure. Son visage semblait tranquille et pensif mais ses yeux bleus sombres exprimaient une angoisse cachée.
Il s’appelait Morithil et allait passer le rituel du chasseur de l’Ombre* pour suivre la voie qu’il avait choisi, il y a 10 ans : devenir un guerrier au service du Créateur dont le devoir est de chasser le Mal sous toutes ses formes. Il savait qu’il avait beaucoup de chances de mourir durant ce rituel d’initiation et, que même s’il réussissait à survivre, il devra quitter les siens pour errer dans le monde afin de chasser le Mal comme beaucoup de générations de chasseurs avant lui. En proie à la peur et la tristesse, il regardait les étoiles en demandant au Créateur de l’aider.
En bas du rocher arriva alors trois sages de son clan :
« Morithil, es-tu prêt à passer le rituel ? dit le plus âgé qui s’appelait Celeithil et qui était la mémoire du clan. Celui-ci était vêtu d’une robe décorée de flammes d’argent et d’agates. Ses cheveux était attachés en une natte et son visage était serein.
- Oui, maître, répondit l’interpellé même s’il aurait préféré rester encore prier et méditer.
Le jeune guerrier descendit du rocher et suivit ses maîtres d’apprentissage. Le groupe s’enfonça dans les bois.




Les ténèbres régnaient sous les arbres millénaires malgré la grande Lune. Les elfes n’arrivèrent à se guider que grâce à leurs yeux habitués à l’obscurité de la Grande Forêt. Cette dernière existait avant les espèces douées de raison et les hommes murmuraient même que certains arbres de la forêt avaient une conscience qui leur permettait de communiquer avec les autres êtres vivants.
Après un quart d’heure de marche, Morithil vit de la lumière. Ils arrivaient dans la clairière où s’était installé le clan. À l’entrée du camp, ils furent arrêtés par les sentinelles :
- Halte. Qui va là ? gronda une voix bourrue.
- Calmes-toi. Ce n’est que moi. Celeithil.
Un elfe sortit de derrière un arbre avec un arc. C’était le capitaine des sentinelles du camp, Baurithil. Il avait une barbe, phénomène rare chez les elfes, et un corps musclé. Il se plaça devant Celeithil. Face à lui, l’ancien paressait frêle et petit.
- Maître, excusez-moi de ne pas vous avoir reconnu, dit le garde en s’inclinant.
- Ce n’est pas grave. Remercie le Créateur de n’avoir pas blessé un des tiens, répondit le sage avec un sourire paisible.
La sentinelle releva la tête. Sa face était stoïque malgré la peur qui l’habitait.
- Je suis vraiment désolé mais la pensée de faire le rituel si proche des frontières de l’Empire me rend nerveux. Êtes-vous sûr de vouloir le faire maintenant ? Cela me paraît imprudent.
- Baurithil, tu sais que c’est le moment idéal.
Le vieil vétéran voulut répondre mais l'ancien l'arrêta et lui dit :
- Ne t’inquiètes pas. Je suis sûr que cela va bien se passer.
- Si vous le dites.
Le capitaine salua le doyen et laissa passer le groupe. Au milieu du campement, les autres sages avaient formés un cercle et le reste du clan les entourait. Morithil marchant vers le centre vit dans la foule sa famille. Sa mère tenait sa sœur dans les bras et lui souriait. Ses cheveux étaient tressés et elle était vêtue de ses plus beaux habits. Son père, le chef du clan, lui faisait un signe de la tête pour  l’encourager à avancer  au centre du cercle. Ce dernier portait des insignes du clan : deux croissants de lune dos à dos. Morithil se mit au milieu du cercle et Celeithil commença le rituel :
- Frères et sœurs, nous sommes réunis en cette nuit pour assister au rituel d’initiation de ce jeune guerrier. Mais avant, je vais demander au conseil de s’exprimer sur Morithil. Maître d’armes, à vous l’honneur.
L’ancien à la droite de Celeithil s’avança et déclara :
- Morithil est parfaitement aptes. Le seul défaut est de rester trop sur la technique.
- Maître barde.
L’ancien à la gauche s’avança aussi et dit :
- Morithil est intelligent mais a du mal à surmonter sa timidité. Je le considère malgré tout apte à devenir un chasseur de l’Ombre.
Celeithil prit alors la parole pour déclarer :
- Je te considère moi aussi apte. Tu as toujours compris avant tes camarades les mystères du Créateur. Le Conseil s’étant prononcé, je vais procéder maintenant au rituel d’initiation. Morithil, crois-tu au Créateur et en sa bonté infinie ?
- Oui, dit le jeune elfe avec détermination.
- Rejettes-tu le Mal et à ses œuvres ?
- Oui et je les rejetterai jusqu’à mon dernier souffle.
- Es-tu prêt à renoncer à tout afin de chasser le Mal ?
- Je le suis.
L’ancien tendit alors une lame à Morithil. Celle-ci était couvert de signes datant d’un âge révolu. L’argent elfique qui composé la lame avait un reflet bleu à la lumière de la lune. La poignée avait été façonnée dans l’ivoire et au pommeau se trouvait une agate azur où était gravé un harfang des neiges, le symbole des chasseurs de l’Ombre.
- Voici une lame-lune. Elle fut la propriété de beaucoup de chasseurs et le signe de leurs offices. Prends-la et sois digne de tes prédécesseurs.
Morithil la prit et fit tournoyer. L’équilibre de l’arme était parfait.
- Maintenant, dit le sage, tu vas devoir passer une dernière épreuve.
On amena une coupe et on la donna au jeune chasseur.
- Bois, ordonna l’ancien.
L’elfe obéit. Le doyen entonna alors un chant. La mélodie était douce et harmonieuse. Elle parlait de l’apparition des elfes séléniens, des héros de la guerre contre les lycanthropes, de la création de l’ancien Royaume et de son apogée. Puis les notes devinrent tristes. L’ancien rappela la grande Trahison qui causa la destruction de la capitale de l’ancien Royaume, l’Ère du Sang et des Larmes où les peuples s’accusèrent mutuellement de la catastrophe et s’entre-tuèrent, l’arrivée de l’Empereur qui unit les hommes, des persécutions allant contre des créatures doués de magie. Peu à peu, le guerrier se sentit faible. Il se retrouva à genoux, se servant de sa lame comme soutient, puis s’écroula inconscient.
Après quelques secondes, il se réveilla dans la clairière mais elle était vide. Il n’y avait même pas les traces des tentes et des feux comme si le campement n’avait jamais existé. Morithil regardait autour de lui quand il entendit une voix derrière lui :
- Bienvenue, Morithil, dans l’Invisible.



avatar
Angelo Mortiferio

Messages : 40
Date d'inscription : 19/03/2017
Age : 21
Localisation : Lamaballe

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Prologue : Le rituel

Message par Silumgar le Mar 6 Juin - 20:14

ZOREIL' POINTU!!!!

Plus sérieusement, ça me semble un bon prologue, avec plusieurs questions qui s'élèvent dès la lecture: l'Empire, kézako? L'Invisible? Est-ce la magie de ce monde? Comment est la société elfique?

Le passé de ce monde m'intéresse beaucoup pour être honnête. J'attends la suite ; )
avatar
Silumgar
Vieux Baroudeur
Vieux Baroudeur

Messages : 35
Date d'inscription : 17/03/2017

Voir le profil de l'utilisateur http://enclaverp.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Prologue : Le rituel

Message par Angelo Mortiferio le Mar 6 Juin - 21:14

Pour te répondre simplement, en fait je réponds dans la suite du roman. Il faut pas oublier que qu'on suit un elfe dont le peuple est vie au fond (plutôt au bordure) de bois où on s'aventurer très peu (ou plutôt jamais si tu veux rester en vie), donc il ne connait que peu l'Empire ou même pas du tout. Pour l'invisible, il connait pas non plus vu que c'est un secret des chasseurs de l'Ombre. Le passé de ce monde aussi parce que c'est une des clés du roman. En gros, l'idée est que le lecteur le découvre dans la suite, petit à petit ^^.

Sinon pour ta société elfique, je vais juste précisé qu'il existe plusieurs races elfiques. Les seules choses que tu peux savoir pour l'instant est que les elfes séléniens sont nomades, avec une culture tourné vers la Grande Lune et porte souvent du bleu et de l'argent sur eux. Pourquoi la Lune ? Parce que l'esprit protecteur qu'à donner le Créateur aux elfes séléniens est l'esprit de la Grande Lune (je m'inspire de l'angéologie, ou la partie de la théologie sur les anges, catholique qui suppose en s'appuyant sur des textes de la Bible et différents miracles qu'il y a un ange par nation). La religion est celui du créateur qui est universellement commun à la plus part des races.
avatar
Angelo Mortiferio

Messages : 40
Date d'inscription : 19/03/2017
Age : 21
Localisation : Lamaballe

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Prologue : Le rituel

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum