La fin d'une communauté et d'un bouffon vert.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Re: La fin d'une communauté et d'un bouffon vert.

Message par Silumgar le Jeu 20 Avr - 18:59

Juré dès que je peux, je ramène ma fraise avec silumgar pour retrouver la vraie histoire de gronlin (il a déjà sortit le coup de la grotte durant son procès) = )
Très bien écrit au fait ^^
avatar
Silumgar
Vieux Baroudeur
Vieux Baroudeur

Messages : 61
Date d'inscription : 17/03/2017

Voir le profil de l'utilisateur http://enclaverp.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

La fin d'une communauté et d'un bouffon vert.

Message par Gronlin le Mar 18 Avr - 22:25

La petite communauté se réveilla aux alentours du tournoi d’argent dans un froid glacial, les balafres de vent ne semblaient pas s’arrêter. On ne savait pas qu’elle heure il était ni combien de temps on avait dormit, dans le nord d’Icecrown, le jour n’a pas de raisons d’être, la nuit, elle y est omniprésente. Les voyageurs se mirent en route sans plus attendre ils montèrent sur leurs montures et partirent face au vent dans les ténèbres.  Les aventuriers partagèrent peu de paroles pendant leur traversée d’Icecrown.
« Il…fait si froid, tremblota Eléonore pendant que Mor’Dred la recouvrait d’une fourrure.
-Froid, je me souviens, le corps froid des morts… «  Dit Gronlin, a lui-même pendant que les deux autres le regardaient d’un regard interrogateur.
Plusieurs interventions de ce type la eurent lieu durant le voyage, toutes se finassèrent avec un silence de mort. Gronlin avoua aux autres que sa mission était de les protéger coute que coute. Les deux amants commencèrent à s’éloigner de lui et de son inhabilité. Cela, Gronlin l’avait mal prit et commençait à en abuser, il allait jusqu’à les menacer ouvertement du bout de son fusil :
« Si tu la touche, je te tue », chuchota Mor’Dred au gobelin à moitié fou pendant que celui-ci rangeait son arme.  
Les aventuriers avancèrent lentement dans le froid et l’obscurité avant d’arriver au pied d’une montagne.  « Il va falloir l’escalader, affirma Eléonore
-Allons-y, j’y vais, rien ne sert d’attendre… » Dit Gronlin avec un sérieux inhabituel.
Eléonore accrocha donc une corde au corps de Gronlin pour que celui-ci commence la monté de la façade glaçante du pic enneigé. Le gobelin commença a monté, sans difficulté, malgré le blizzard et les bourrasques de vent il avait atteint le premier pallier de sol plat. Les deux autres eurent plus de mal à escalader, a de nombreuses reprises Eléonore tombait en glissant, manquant de peu d’y rester. Rattrapé par Mor’Dred elle continuait de monter, pour finalement arriver à la place de Gronlin. Une fois que tous étaient arrivés au premier pallié, Gronlin continua son escalade sans problèmes. Malgré le vent, le froid, rien ne semblait l’arrêter. Il avait distancé Eléonore et Mor’Dred qui l’appelait, mais la distance et le vent n’aidait pas l’ouïe du gobelin qui continuait sans relâche.
« Gronlin ! Attends-nous ! Gronlin ! Ou-est-il passé encore ?
- Eléonore, ne crie pas si fort, nous pourrions être repérés. Je ne sais pas ce qu’il fait, il n’est pas  ’’normal’’ depuis notre arrivée en Norfendre. Il est sérieux… Je n’aime pas ça. »
Plus haut sur le flanc de la montagne, Gronlin continuait de monter avec la force de ses bras.
« Monte…Monte…Monte…Monte » Gronlin continuait, sans s’arrêter. Gronlin ne voyait plus rien autour de lui, le blizzard semblait se rapprocher de lui. Des violentes bourrasques de vent venaient l’écraser contre la paroi. Il ne semblait plus y arriver, d’un coup Gronlin lâcha prise, il chuta…

Quand les deux autres arrivèrent à son niveau, ils ne trouvèrent qu’un corps a moitié recouvert de neige. Autour du gobelin, de la fumée noir et rouge sortait de sa bouche, on retrouvait la même fumée sur des traces de pas autour de lui.
« Il… il est ? s’interrogea Eléonore.
-Non, il respire, mais faiblement, il a du faire une grande chute, la neige a servi de matelas. Il a eu de la chance. Confirma Mor’Dred en tâtent le pou du gobelin.
-Je dois le ramener. Lumière, je sais que je n’ai pas été un bon disciple, j’ai fait des erreurs. Pardonnez-moi et accordez-moi votre sagesse pour soigner ce gobelin. »
Une puissante lumière émergea du corps d’Eléonore et vint se loger sur le gobelin qui poussa un crie et répéta sans arrêt quelques mots, incompréhensible : « Profondeur…Grotte…Profondeur…Grotte… Sous-marine…Cauchemar…Ou es-tu ?... Est-ce que quelqu’un m’entend ? (#WillSmith je suis une légende)… Grotte…Profondeur… Grotte…Profondeur… Grotte…Profondeur… Grotte…Profondeur… Grotte…Profondeur… Grotte…Profondeur… Grotte…Profondeur… Grotte…Profondeur… Grotte…Profondeur… Grotte…Profondeur… » Puis il s’assit un ne bougea plus. Eléonore venait de disparaitre avec la lumière. Il ne restait plus que Mor’Dred qui regardait le gobelin d’un regard meurtrier. L’elfe s’avança et mit sa lame sous la gorge de Gronlin.
« Gronlin, si tu m’entends dit quelque chose. Je ne me répèterais pas. » Affirma le chevalier d’Améthyste. Cependant aucune réponse de se fit entendre du gobelin qui restait silencieux et qui respirait de plus en plus faiblement et irrégulièrement.
« Bien, je vais pouvoir honorez ma promesse…Je vais mourir ici… » Au même moment, une lumière flagrante réapparu et poussa Mor’Dred et Gronlin contre des parois opposées.
« Mor’Dred, il faut nous dépêcher. Je vais le porter sur mon dos, il faut continuer de monter. Je t’expliquerais plus tard. »  Dit Eléonore en sortant de la sphère lumineuse. Elle prit le zombie vert sur ses épaules et commença sa monté suivie de près par Mor’Dred. Arrivé en haut elle relâcha le gobelin à un endroit non atteint par le blizzard.
« Nous devons rentrer, j’ai eu un message de ma mère. Elle ne fait plus confiance à mon père, Silumgar. Il est impératif que nous rentrions avec discrétion et sans le prévenir. Devrions-nous finir notre mission en cherchant le livre, ou on doit abandonner ? Je pense que Gronlin n’est plus…vivant » Dit Eléonore a Mor’Dred.
« Le gobelin, il est trop proche de ton père, il est dangereux, même dans son état. Ton père doit avoir accès à son esprit. Ils ont une sorte de connexion et il doit nous entendre. Il faut le laisser ici.
-Tu as raison… Gronlin, tu nous entends ? Si oui, fait quelque chose !
-Nous devons y aller Eléonore, nous n’avons plus le choix. »
Gronlin les regardait dans les yeux, ses lunettes cassées tombés dans la neige. Il tournait les yeux, regardant autour de lui sans aucune expression de visage. Sa respiration était de plus en plus irrégulière. Le groupe se s’épara, le petit homme vert les regardait partir, se faisant petit à petit recouvrir par la neige glaciale d’Icecrown. Gronlin était seul, pour une fois dans sa vie il avait découvert la dureté qu’est la solitude…

Gronlin

Messages : 17
Date d'inscription : 05/04/2017

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum