L'enclave des rôlistes
Bienvenue à toi , jeune rôliste!

Partagez
Aller en bas
avatar
Vieux Baroudeur
Vieux Baroudeur
Messages : 145
Date d'inscription : 17/03/2017

Feuille de personnage
Nom Prenom:
Taille:
Ages:
Voir le profil de l'utilisateurhttp://enclaverp.forumactif.com

Epilogue de Firestorm.

le Mar 21 Aoû - 10:51
La guerre dans le Nord s'accéléra peu après la reddition définitive des kul'tirans. Lors d'une tentative d'évasion, Crowley et Aeresa furent grièvement blessés par les cuisiniers squelettes de l'auberge et ce n'est qu'une fois alités dans un des lits de la clinique de Karaganda qu'on leur montra la déclaration de fin des hostilités d'Absalon, qui avait été relue par Citarcil pour ne pas être trop consciliante. les Kul'tirans devaient remettre les trois quarts de leur or, obéir aux directives de Karaganda, ne pas tenter d'abandonner le Norfendre ni dégrader des installations karagandiennes. Aeresa, la seule à ce moment encore consciente, accepta de signer et renia la Brigade, pariant son lot sur la colonie des nécromanciens. Ivar Crowley préféra mourir, demandant juste à être tué par Aeresa. L'elfe du vide détestait de plus en plus son ancien officier qui lui avait fait miroiter de revenir à Lune d'Argent pour la laisser pourrir en Norfendre, mais passer le pas était difficile. Mais avant que Crowley ne put ricaner, Citarcil susurrait à l'oreille d'Aeresa de s'abandonner au moins une fois aux murmures entêtant du vide et d'enfin tuer Ivar. L'elfe du vide déchira l'âme du worgen et accepta de signer le pacte d'âme, devenant une nouvelle membre. Citarcil repartit au Bastion de la Conquête via portail avec Aeresa, lui faisant découvrir le triste destin qu'avait connu Absalon.

. . .

A la suite de ces retrouvailles, Urkran Poing-Sanglant fut témoins du sortilège Armageddon qui vitrifia la forêt sur plusieurs hectares à la ronde tout en balayant l'escalier central comme prévu. Par contre, ce que n'avaient prévu personne ni dans la Horde, ni dans Karaganda, c'était que Kur'Jin, en plus de coups de boutoirs dans l'esprit d'Absalon, pouvait aussi en fouiller des parties récentes. C'était un travail long et difficile, mais l'empereur avait réussi et avait appris le plan de ses ennemis. Plutôt que de jouer leur jeu, il lança une incursion qu'il mena personnellement depuis Drak'Tharon. Son coup de force frappa de stupeur l'état major, mais le pire était à venir. Lui et ses hordes de morts-vivants s'écrasèrent sur les remparts du Bastion de la Conquête, car Kur'Jin savait à présent que l'Armageddon prenait du temps à être à nouveau prêt. Le bastion fut presque pris mais les soldats de la Horde et de Karaganda repoussèrent l'empereur. Comme Il l'avait prévu depuis le début.
Alors que l'armée de Drak'Tharon occupait l'attention des défenseurs, les forces déjà présentes dans les Grisonnes se mirent en branle vers Karaganda, à présent à peine défendue et gérée par Firmaëlstrom, Dephyr et Blancrin. Quand Absalon compris ce qu'avait fait Kur'Jin, il était presque trop tard. Les trolls plantaient le camp devant les murailles de bois et de pierre de la colonie et armaient leurs armes de siège. Citarcil téléporta sur place Absalon et lui-même, chargeant Aeresa de fait avancer à marche forcée les squelettes dans le Nord. Urkran aurait voulu venir, mais Kur'Jin maintenait une forte pression sur le Bastion: Karaganda était livrée à elle-même.

Le premier assaut troll submergea les postes de défenses avancées. Le huitième balaya les défenseurs de la porte, manquant de tuer Absalon et son confesseur Dephyr. Au treizième assaut, les derniers colons encore en vie et les morts-vivants formaient un dernier carré autour de l'auberge dans une colonie dévorée par les flammes. Absalon, portée par un amalgame de morts-vivants depuis la mort d'une énième monture, était déterminée à sauver sa colonie, quitte à mourir en essayant. Citarcil libéra alors son démon pour tenter de repousser les trolls, mais il se retrouva empêtré dans un duel de magie à l'issue incertaine contre le Colosse de Mortloa, une puissante construction des prophètes drakaris infusée du pouvoir des loas défunts du Nord. Les trolls, menés par un puissant chef de guerre de près de trois mètres au cuir bleu aussi solide que du cuir bouilli, se ruèrent à l'assaut quand Absalon refusa l'ultimatum. Un combat s'engagea, un combat sans aucune pitié ni humanité, car aucun prisonnier ne serait fait.
Absalon se retrouva bien vite face au chef troll, l'un des généraux de Kur'Jin. La bête avait balayé quiconque se trouvait sur son chemin, tant karagandien que troll tant il avait hâte de tuer la chevalière noire. Sa masse d'arme pulvérisa l'épée d'Absalon, sa vieille épée qui l'accompagnait depuis Lordaeron, dans son enfance. Un autre coup de masse et l'amalgame d'ossement qui portait Absalon était en pièces détachées. Elle était à terre, la face dans la boue sanguinolente de sa colonie meurtrie, à ramper comme une larve. Une balle de pistolet en pleine tête ne put que repousser le troll, mais ce fut suffisent. Absalon sortit son petit médaillon de saronite et le brisa. Dans un éclat de lumière spectrale, les cadavres de Karaganda commencèrent à se relever en masse alors que la chevalière était portée par des âmes damnées. Des larmes de rage coulaient sur les joues pâles de la chevalière, car elle avait brisé sa relique de Silumgar, le seul morceau encore infusé de puissance qu'elle avait trouvé dans les cendres nocives de la liche à Tol'Barad. L'écho de Silumgar avait instinctivement ramené les morts à portée à la vie pour se protéger avant d'être absorbée pour retrouver l'âme du Seigneur Noir, dans les ombres du Helheim. Ce brusque retour de magie avait rallumé la lueur de l'espoir dans les rangs de Karaganda, et tous s'y accrochèrent comme ils pouvaient.
Puis des cornes résonnèrent à l'Ouest. Aeresa et les armées de squelettes arrivaient et fondirent sur les arrières des troupes drakaris. Le combat était enfin égal, et tout le monde savait que c'était soit la mort, soit la victoire: plus de reddition, plus de survivants. Aeresa fit la jonction avec Dephyr et tout deux se dirigèrent en vitesse vers le Colosse Mortloa. L'assemblage de pierre et de sang divin tenait à jeu égal le démon de Citarcil, mais une petite attaque du vide dans le dos le fit perdre sa concentration un instant. Un instant suffisent pour être exploité par Citarcil et son démon qui commencèrent à travailler de pair. La destruction spectaculaire du Colosse tourna définitivement le cours de la bataille. A la nuit de la troisième journée de combat, plus aucun drakari n'était debout. Mais à quel prix?
Karaganda était une ruine fumante couverte de sang et noyée sous des flots de cadavres déchiquetés. De la fière population, il n'en restait qu'un dixième, et de l'armée de morts vivant, malgré l'écho de Silumgar, il n'en restait qu'une infime fraction. Karaganda appris plus tard qu'une partie des trolls avaient laissé libre cours à leur sauvagerie pour attaquer les kul'tirans, ce qui avait sauvé la colonie des nécromants. Des kul'tirans, il n'en restait guère plus qu'une poignée aussi, qui acceptèrent de rejoindre Karaganda. Mais les lieux étaient à présent si saturés de magie noire qu'il était dangereux d'y vivre. Ces ruines furent appelées la Vieille Karaganda, car une nouvelle commença à être construite dans les ruines de Gjarlerbron, plus à L'ouest et plus proche du Bastion de la Conquête qui avait lui aussi survécu aux assauts de Kur'Jin. L'empereur, face à cette pseudo défaite, décida de regagner la sécurité de Zul'Drak, un plan fou commençant à germer dans son esprit retors. Il aurait sa revanche, mais plus tard. Ses armées devaient reprendre des forces et lui aussi devait gagner en puissance, car lorsque l'écho de Silumgar avait été libéré, le drakari avait réussit à capter un fragment de l'âme de la liche, et il avait vu les innombrables possibilités de l'union des magies sacrées et maléfiques. Oui, l'empereur de Zul'Drak allait devenir plus puissant que le roi-dieu de Zandalar lui-même!

. . .

Urkran, peu après sa victoire face aux trolls, fut appelé au front des îles brisées face à la Légion Ardente. Comme son père à Tol'Barad, il se couvrit de gloire sur chaque offensive contre la légion, gagnant autant de grades que de surnoms vantant sa force ou sa vaillance. Il fut nommé Général des terres du Nord-Est par Varok Saurfang en personne. Alors que la guerre engloutissait Argus, il fut renvoyé dans le grand Nord pour voir si les 'alliés' karagandiens avaient survécu, mais aussi pour s'assurer de leur soutient. Kur'Jin n'était pas mort et sa menace pesait toujours. On lui confia la canonnière Feux de Blackrock, une troupe de choc de vétérans des guerres du Norfendre et même un buraucrate elfe qui l'aiderait à gérer tout ce petit monde. Ils découvrirent la nouvelle Karaganda douillettement nichée dans la vallée de Gjarlerbron. Le problème était que le commandement Karagandien était en pleine crise interne.
Citarcil avait l'impression que la bataille de Karaganda avait changé Absalon, lui faisant perdre sa détermination et sa volonté. Plusieurs incidents diplomaties manquèrent d'avoir lieu dans la même soirée, mais au final, Absalon avait enfin repris sa vraie détermination et mena ses négociation avec efficacité et détermination, ce qui resserra les liens du commandement de Karaganda. La situation s'annonçait dure pour Urkran, mais on lui avait donné des ordres, et il savait que la Horde et Karaganda devaient s'allier pour mettre un terme à la menace de Kur'Jin. En effet, les rumeurs allaient bon train. Déjà, des trolls d'autres empires faisaient route vers le Nord pour voir un royaume troll enfin recréé, mais surtout, on murmurait dans le Norfendre que Kur'Jin était devenu un Loa à part entière. Quel était le vrai, quel était le faux? Il faudrait le découvrir.
Revenir en haut
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum