L'enclave des rôlistes
Bienvenue à toi , jeune rôliste!

Partagez
Aller en bas
avatar
Vieux Baroudeur
Vieux Baroudeur
Messages : 131
Date d'inscription : 17/03/2017

Feuille de personnage
Nom Prenom:
Taille:
Ages:
Voir le profil de l'utilisateurhttp://enclaverp.forumactif.com

Voyage pour Tol'Barad (Troisième Partie)

le Dim 18 Mar - 19:20
L'antichambre où lisant Sarlia depuis qu'elle avait pu se traîner hors de la chambre était sombre. L'aube n'était plus loin mais le ciel était toujours noir. La morte-vivante acheva son livre et poussa un interminable soupir de dépis. Comment pouvait-on écrire une horreur pareille?! Les yeux rouges de la chevalière balayèrent la pièce carrée. Quatre portes dans chacune des quatre cloisons. L'une d'entre-elles, la plus massive, tout en sapin, menait à l'escalier qui descendait à la salle commune. Les trois autres aux chambres qu'occupaient respectivement Keina, Joe et Pharilas.
"Parlant du loup..." Pensa Sarlia en voyant l'elfe de la nuit sortit de sa chambre. Il ne portait guère plus que son pantalon, laissant voir ses yeux brûlant d'un feu vert. Il la regarda et vit le livre qu'elle tenait fermé entre ses mains gantées.
"Quel livre?" Demanda-t-il dans ce qui semblait être une tentative de dire 'bonjour'.
"La Sève du Mâle..." Déclara Sarlia. "Une vraie merde." Ajouta-t-elle, lui arrachant un sourire. Elle finit par demander: "Vous dormez?"
"Oui."
"Quelle chance..." S'empêcha-t-elle de lâcher. Elle se contenta d'un "Moi plus." Elle posa le livre sur la table face à sa chaise.
"C'est devenu un plaisir." Expliqua l'illidari. "Je n'en ai pas vraiment besoin."
"Je donnerais cher pour pouvoir dormir à nouveau... Rien qu'une fois." Murmura Sarlia. Elle se leva et commença à fouiller des yeux l'armoire la plus proche pour savoir où ranger son livre.
"Ca fait une éternité que je n'ai plus lut." Murmura l'elfe de la nuit. "Il faudrait que je m'y remette."
"Pas avec les horreurs de cette auberge." Le conseilla la chevalière en reposant son livre à sa place. "A croire que la majorité des bouquins de ces estaminets traitent d'érotisme." Pharlias ne put retenir un rire.
"C'est bien l'un des points communs de toutes les tavernes non?"
"Non. Voyez les auberges réprouvées: pas de lectures scabreuses." Lui fit remarquer Sarlia.

La porte en face de la porte de sapin s'ouvrit, dévoilant une Keina sans armure de cuir ni armes, pieds nu et sans voile, laissant voir ses yeux brillants.
"Bien dormi?" S'enquit Pharilas.
"J'ai connu mieux." Avoua-t-elle en s'asseyant face à Sarlia. "Mais je n'ai définitivement plus mal à la jambe. Merci encore."
"C'est normal." Lui répondit dans un sourire la chevalière qui alla vers la porte de sapin. "Je vais un peu aérer mes poumons, je serais là dans la demi-heure." Elle sortit.

La salle commune, hormis une servante qui passait le balais, était déserte. La gamine eut un mouvement de recul en voyant l'aspect affreux de Sarlia qui se dirigea sans la regarder vers la porte. Évidemment qu'elle était affreuse, pas besoin de sursauter dès qu'on la voyait! Entre la non-vie et les balafres, c'était à qui ferait le plus peur.
La chevalière, une fois dans l'air glacial du matin, pris le chemin des quais. Le ciel était dégagé, laissant voir une merveilleuse mer d'étoiles. "Qu'elles sont belles..." Murmura Sarlia. Lointaines, froides, merveilleuses... Tels étaient les premiers qualificatifs qui venaient à l'esprit de la deux-fois née. Ses bottes métalliques faisaient clapoter l'eau qui noyait les rues de la ville à chaque pas, détruisant en partie le silence presque magique des lieux. Il y avait une patrouille du guet qui arrivait vers elle, si bien qu'elle cacha son visage hideux sous la capuche de son manteau. Pas besoin d'attirer des soucis. Une fois qu'ils furent passés, elle alla se percher sur un des rochers de la plage et admira l'horizon et attendit l'aurore. Lentement, peignant dans le ciel ses merveilleuses couleurs mordorées, vint l'aube. Ce spectacle était l'un des seuls qui réjouissait Sarlia avec le crépuscule. C'était en admirant la prime beauté de la nature qu'elle sentait en son âme troublée un semblant de calme.

Une petite demi-heure plus tard, elle était de retour à l'auberge et remonta à l'antichambre où elle avait passé la nuit à lire. Joe était levé à présent et il parlait avec les deux elfes.
"Une troupe de fantassins est arrivée dans la nuit." Prévint Pharilas. "Il faudra faire attention."
"Ah, vous êtes tous là." Le coupa Sarlia en fermant la porte derrière elle. Ce qu'elle allait leur dire l'avait travaillé toute la nuit. Avant de continuer, elle veilla à tous les regarder dans les yeux. "J'aimerai savoir qu'est-ce qui vous pousse vraiment à participer à cette aventure."
Keina leva les yeux au ciel et Pharilas alla s'asseoir, légèrement énervé d'avoir été interrompu dans sa phrase.
"Je veux retrouver Nessa, sa fille, et tuer tout les autres." Répondit l'elfe de sang.
"Bien." Sarlia se tourna vers l'humain borgne. "Et toi Joe?"
"Tu le sais déjà, c'est toujours la même réponse. Je suis là pour aider et pour tuer les chiens qui m'ont détruit. Tes anciens alliés en font partie."
"Parfait, et toi Pharilas?"
"Moi?" Un rire franc lui échappa. "J'aide la traque, c'est tout."
"C'est... Tout?" Redemanda Sarlia, incrédule.
"Bien sûr. Y a-t-il plus beau que se sentir vivre?"
"Bien..." Soupira la chevalière. "Alors on a deux revanchards, une amie de famille... Et un gars qui s'amuse?"
"Je ne m'amuse pas, crois moi." Lui répondit l'elfe de la nuit d'une voix glaciale. En bas on entendait des éclats de voix et des bottes ferrées martelant le sol. Sarlia préféra les ignorer et continua.
"Il faut qu'on agisse comme une équipe, pas comme une bande de brutes jetées ensemble dans le même panier." Elle essaya de faire comme à l'époque d'Orzhova, de faire travailler tout ce beau monde en concert. Déjà qu'à l'époque ç'avait été une plaie.... On frappa à la porte. La morte-vivante ouvrit vivement:
"Qu'est-ce qu'il se passe?" Face à elle, trois soldats avec des hauberts de mailles grossières et des tabards aux couleurs de Port-Ménéthil.
"On vient..." Commença le moustachu qui servait de caporal au trio. "On vient régler des troubles à l'ordre public. Des morts et des démons terrorisent la population et les bateaux ne veulent plus mouiller à quais."
"C'est ma troupe." Déclara Sarlia en sortant de la poche de son manteau un parchemin scellé avec une étrange cire grise. "Nous servons le seigneur de Stromgarde et nous sommes en mission pour Tol'Barad, pour voir si nos prisonniers devraient être envoyés là bas."
Le soldat observa le parchemin, déstabilisé. Il finit par la regarder droit dans les yeux.
"Dans le doute on vous embarque."
"Pardon?" S'étrangla Sarlia.
"Ne faites pas d'histoire, on va vous amener à notre supérieur au fortin."
"Je suis en règles messieurs, je vous suis. Mes hommes vont rester ici." Le caporal la regarda avec inquiétude.
"Bon... En fait c'est pas vous le problème... C'est le grand là bas, avec les cornes... Il réfléchit. Ecoutez, si vous partez d'ici ce soir, tout sera oublié."
"Nous attendons notre navire d'ici minuit normalement." Le soldat salua et partit. Sarlia referma la porte sur eux et regarda Pharilas.
"Evidemment avec des cornes..."
"Moi je ne pleure pas du goudron." Ricana l'elfe de la nuit.
"Au moins j'ai mes papiers."
"En effet. Nous disions?"
"Qu'il nous faut de l'harmonie. Nous voulons tous réussir, non?"
"Mais tu cherches quoi Sarlia." Demanda Joe.
"A ce que vous combattiez comme une équipe, que vous agissiez en équipe et que vous vous comportiez comme une équipe."
"Winston a essayé." Rétorqua Joe. "Vois le résultat." Continua-t-il en lançant un regard dédaigneux à Keina, qui le lui rendit bien.
"C'est pas ton discours qui nous aidera." Lui fit remarquer Pharilas.
"Il a raison. Tu agis par la domination. Ca me rappelle vaguement un spectre." Ajouta Sarlia.
"Ne fais pas de généralités chevalière." Cracha Joe. "Je connais Tol'Barad, je connais les gardiens, leurs heures et les habitudes. Qui ici en sait autant?"
"Sarlia y a été aussi." Fit noter Keina.
"Il gagne un point." Admit Sarlia. "Je n'ai pas une connaissance aussi profonde de l'île. Il me semble plutôt indiqué pour gérer l'équipe."

Et là tout dégénéra entre Pharilas et Joe. Le premier était très dubitatif et le mépris impérieux du second n'aidait rien: Joe ne voulait pas de confiance, mais de l'obéissance, chose que Pharilas n'allait pas lui donner et Keina encore moins. Pharilas avait un bateau et un équipage, plus de la puissance mystique, que Joe n'avait pas. Sarlia en fut tellement écœuré qu'elle leur proposa de se livrer un Mag'Rogan pour régler ça comme des orcs. Les deux ne voulaient pas et se recrêpèrent le chignon.
"On a pas besoin d'un chef." Grogna Pharilas d'un ton très autoritaire.
"Alors il nous faut de l'harmonie, et en vitesse." Les supplia Sarlia.
"Je refuse de nous voir échouer." Cracha Joe.
"Il a raison. Tu veux que ça rate Pharilas?" Il fit un non de la tête et elle continua, plus autoritaire que jamais. "Maintenant on va agir ensemble. Pharilas, tu gère le voyage pour l'instant. J... Charles, vu que tu connais les lieux, tu nous prépare un plan d'action une fois qu'on sera sur place. Charles nous servira de guide, Pharilas de chef d'escouade." L'elfe de la nuit et le borgne la regardèrent d'un air incrédule.
"T... Très bien." Murmura Joe. "J'ai déjà tout le plan."
"On verra sur le bateau." Renchérit Pharilas.
"On a un plan d'action? Oui? Alors en route!" Ordonna Sarlia en prenant Effroi.



Revenir en haut
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum