L'enclave des rôlistes
Bienvenue à toi , jeune rôliste!

Partagez
Aller en bas
avatar
Messages : 6
Date d'inscription : 27/06/2017
Voir le profil de l'utilisateur

Re: Voyage pour Tol'Barad (Première Partie)

le Dim 18 Mar - 12:02
Aaaaah ! ça fait du bien d'y revoir sous un autre point de vue, c'est tout bien fluide c'est trop bien :3
avatar
Vieux Baroudeur
Vieux Baroudeur
Messages : 131
Date d'inscription : 17/03/2017

Feuille de personnage
Nom Prenom:
Taille:
Ages:
Voir le profil de l'utilisateurhttp://enclaverp.forumactif.com

Voyage pour Tol'Barad (Première Partie)

le Ven 16 Mar - 1:51
Sarlia avait chevauchée deux jours entiers sur sa monture décharnée pour arriver à Port-Ménéthil. La pluie fine mais persévérante des Paluns la trempait jusqu'aux os. Mais elle n'en avait que faire. La mort lui ôtait une grande partie de son sens du toucher, si bien qu'être trempée ne la dérangeait plus. Elle n'avait sur elle que son armure, ses vêtements délavés et un poignard, la pensante Epée des Gardiens laissée sous bonne garde à Stromgarde. C'était à Port-Ménéthil qu'on allait enfin lui faire arriver ce qu'elle attendais avec impatience. Elle avait mis sur le coup tout son réseau, toutes ses connaissances et plus encore, mais enfin sa vengeance était en route. La cavalière, toute pensive, ne réalisa qu'après avoir traversé les portes qu'elle était dans la ville à moitié noyée sous les flots. Les regards torves des habitants lui étaient indifférents. Après tout, qu'est-ce qu'une morte-vivante avait d'encourageant ? Elle envoya une piécette d'argent à un palefrenier pour qu'il aille mettre sa monture à l'étable pendant qu'elle allait à l'intérieur de la taverne.
C'était une taverne tout ce qu'il y avait de plus normale, malgré une odeur d'eau de mer venant de l'extérieur. Le patron la salua discrètement. Elle travaillait pour le maître, c'était de notoriété publique. Ce qui n'était pas du tout comme dans les autres tavernes, c'était le duo qui discutait à une table dans l'ombre. D'un côté, un homme d'une solide quarantaine, fin saoul, avec une veste de laine bleue et des cheveux presque gris qui avaient été noirs jadis. L'autre était un illidari qu'elle connaissait pour avoir croisé le fer avec lui.
"Evidemment que c'est une mission dangereuse." Concluait l'elfe de la nuit avec un sourire moqueur.
"C'est bizarre de vous voir là." Déclara-t-elle. L'humain la regarda et se raidit de peur, laissant Pharilas se retourner.
"Surprise partagée." Il la toisa un moment. "J'espère que se soit dans de meilleures conditions."
"Ne vous en faites pas, j'ai changé d'avis sur votre compte."
"Etonnant..." Marmonna-t-il. "De pactiser avec le diable pour ensuite simplement partir."
"Vous l'avez bien fait, vous." Lui fit remarquer la morte-vivante en prenant une chaise pour s'asseoir nonchalamment à leur table. "Vous avez bien pactisé avec le diable pour partir comme si ne rien n'était."
"Je n'ai pas choisi. On m'a envoyé à la mort et j'ai survécu."
"Vous avez de la chance." Marmona-t-elle, ses yeux rouges analysant distraitement l'humain qui vidait une choppe à bière pleine de rhum.
"Une chance?" s'étonna Pharilas.
"Au moins vous vivez encore." Sarlia toisa l'homme qui rotait pour faire passer sa boisson. "Vous savez que l'alcool tue?"
"Vous vous inquiétez pour les autres maintenant?" Demanda Pharilas, sardonique.
"Question d'habitude..." Elle les regarda tout deux et sourit tristement. "Vous partez ensemble je présume?"
"Sûrement." Admit Pharilas alors que l'humain baragouinait des propos étrange parlant d'un loup et d'une femme aimée.
"Il s'appelle?" S'enquit négligemment Sarlia.
"Tsovahen Glihegar, pour vous... Pour pas voussss... Servir." l'intéressé en faisait un semblant de salut de la marine.
"Charmant." Marmonna-t-elle. Elle regarda à nouveau Pharilas.
"Et qu'est-ce qui vous amène en ville chevalière?"
"Un colis."
"Quel... C'est quoi... C't'Histoire? C'est... Quoi ce... de... ce colis?" Demanda Tsovahen en vidant cul-sec une bouteille de vinasse. La morte-vivante leva les yeux au ciel.
"Une vieille épée maudite appelée Effroi." La terreur la plus noire se lut sur le visage de Tsovahen qui alla illico-presto se réfugier ailleurs, pleurant presque de peur.
"Cette épée... Elle serait pas liée, à tout hasard, avec une poubelle ambulante?"
"C'est dans l'idée." Admit Sarlia en souriant franchement à la question de Pharilas. Oui, cette épée, ladite poubelle allait la sentir passer, parole de chevalière. Tsovahen revint alors, un large sabre au poing et ce qui semblait être de la détermination dans le regard. L'ancienne elfe de sang l'observa se poster devant elle, la pointant de sa lame.
"T... Toi... Part... Part avec ta foutue épée!" Ordonna Glihegar, tremblant à cause de l'alcool (à moins que ce ne fut de la peur). Sarlia le regarda droit dans les yeux et tout sourire disparut de son visage couturé de cicatrices.
"Non." Fut sa seule réponde.
"Elle a quoi cette épée?" Demanda finalement l'elfe de la nuit, surpris de la tournure des évènements.
"D... Dedans... y'a le gars... Qui a tué la femme de l'autre... Il pourrait revenir!"
"Bien informé pour un ivrogne." Nota à voix haute Sarlia.
"Qui a tué la femme?" Questionna Pharilas.
"Le seigneur sombre!" S'exclama Tsovahen, manifestement inquiet à l’extrême.
"Et avec cette épée je pourrais le tuer."
"Le Loup est immortel, et le seigneur sombre aussi!" Cria presque l'humain ivre.
"Tso... Tu connais le seigneur sombre?" l'ancien illidari était de plus en plus intrigué.
"C'est... C'est le spectre... Il a fait tuer la femme de l'Autre... Elle avait rien fait..." Des larmes coulèrent ses joues creusées par le chagrin. "Et je l'aimais aussi..."
"Allons allons." Pharilas se leva et alla lui tapoter amicalement l'épaule, se mettant entre Tsovahen et Sarlia qui l'observait sans dire mot. Un long moment se passa en silence, Tsovahen arrivant petit à petit à se calmer avec une grande lampée de rhum.
"Si c'est pour que je parte, vous n'avez pas fini d'attendre." Finit par lâcher la chevalière. "Je ne mange, dors et ne fatigue pas."
"C'est quoi ton lien avec le seigneur noir?" Demanda l'illidari.
"Je veux le tuer." Répondit la chevalière.
"Mais avant." Grogna soudainement Glihegar en se postant devant Pharilas.
"Il m'a ressuscité jadis." Admit la morte vivante.
"Tu l'as donc servie?!" Tsovahen était comme hystérique.
"Oui..." Murmura Sarlia, honteuse.
"C'est pas toi qui l'aurais tuée, hein?" Continua l'homme.
"Je n'ai pas tué l'elfe." La réponse de la chevalière déclencha un soupir de soulagement de la part de l'homme ivre qui alla s'asseoir pour sangloter au sujet de la malheureuse femme qui lui avait ravis son coeur.
"Il est où le spectre en ce moment?" Finit par demander Pharilas, presque pour changer de sujet.
"En Pandarie." Répondit Sarlia.
"Et vous allez essayer de l'avoir?"
"Si faire se peut."
"Moi, ma confrère et deux humains donc Tsovahen ici présent allons à Tol'Barad."
"Sans Silumgar et en jouant bien avec l'elfe de sang, vous pourriez vous vous y inflitrer." calcula l'ancienne elfe de sang.
"J'avoue avoir un peu peur pour l'infiltration." Ricana Pharilas.
"Au fait la monstre, comment tu t'appelles?" Demanda brutalement Tsovahen à l'attention de Sarlia, qui fronça imperceptiblement les sourcils en le foudroyant de son regard écarlate.
"Sarlia."
"Ne l'appelle pas monstre." Demanda fermement Pharilas. "SI elle en est un, alors moi aussi. Aies un peu de respect pour les conscientes vivantes."
"Tss." Marmonna l'humain en achevant une énième bouteille. " Tu connais l'histoire du Loup?"
"Que les grandes lignes." Admit Sarlia.
"Avant t'vois, j'étais un type normal, tout à fait normal... Puis il est v'nu, le Loup. Et là j'me suis retrouvé à être le... Spectateur de Sa vie à lui. Et ce gars... Ce Loup, hé bhé il a rencontré cette fille... Elle était si belle... Si douce, si gentille... Elle méritait pas de mourir. Et elle est morte. Et quand Il m'a abandonné, je me suis retrouvé seul. Seul dans ce monde qui n'était plus le mien..."
"J'ai connu quelque chose de semblable si ça peut vous faire du bien..." Marmonna Sarlia.
"J'y crois pas." Décréta Tsovahen Glihegar.
"J'avais une famille à l'époque, des amis, des alliés... je suis morte pour les protéger. A mon retour, mes amis et ma famille avaient été tués par mes propres alliés..." Les larmes noires de Sarlia coulaient avec une intensité peu habituelle.  Tsovahen descendit cul-sec la fin d'une bouteille de Whisky frelaté avant de lâcher après un rot bien sonore:
"On est tous dans la même merde en fin de compte."
"Apparemment." Admit Pharilas en prenant ses aises sur sa chaise.
"Mais j'ai la solution." Déclara Glihegar.
"Ah?" Sarlia était étonnée.
"Picoler jusqu'à la fin des temps!" S'écrit Tsovahen avant de s'exclaffer. Sarlia força ses poumons morts à soupirer: comme si la probabilité de victoire de la Légion Ardente n'était pas déjà assez menaçante...
"Original." Se contenta de poliment répondre Pharilas. Tsovahen cessa brutalement de rire avant de regarder la morte-vivante dans les yeux:
"Ecoute heu... machin."
"Sarlia."
"Ecoute Sarlia... j'sais pas si on est amnés à bosser ensemble où même à se revoir, mais tu dois... Tu dois me jurer que si tu sais où elle est, ne me le dis pas. Ca ramènerait le Loup, il veut la tuer."
"Si tu parles de celle qui a tué Sa dulcinée..."
"MA dulcinée." L'interrompit Glihegar.
"Oui Ta dulcinée, Yunaël..."
"NE DIS PAS SON NOM!!!" Hurla brutalement Tsovahen, manquant de faire tomber de sa chaise Pharilas de surprise. "Il... Il... Il ne faut pas qu'elle endure une autre vie..."
"Celle qui l'a tuée est morte maintenant. Elle servait Sargeras et s'est faite tuer." Trancha Sarlia. Silumgar lui avait parlé à l'époque de la malheureuse Akaora et de ce qu'il l'avait forcé à faire. C'était pour lui faire comprendre qu'elle avait intérêt à le servir plus qu'à s'opposer à lui.
"Ah... C'est bien." Tsovahen eut presque un sourire. "Je sais pas qui est Sargeras mais c'est bien."
"On dira que c'est un type aussi méchant que Silumgar." Lui expliqua gentillement l'ancienne elfe de sang.
"J'y crois pas. Le seigneur sombre... Est sombre." Lui répondit l'homme qui était bel et bien ivre.

Pharilas se leva et fit quelques pas. Autour, les discussions avaient repris leur cours après que les cris de Tsovahen aient fait taire les consommateurs. Il regarda un long moment Sarlia qui, jambes croisées, l'observait.
"Dis-moi petite dame. Que dirais-tu de faire un détour par Tol'Barad?"
"Quoi?!" S'exclama Glihegar. "Elle vient avec nous la salo... La dame?"
"Avec les bras cassés, un peu d'aide ne serait pas de refus." Admit dans un sourire l'illidari.
"Dès que mon épée m'aura été amenée nous partons." Elle se leva et sourit en voyant la mine réjouie de l'elfe de la nuit. "Je vais un peu dehors."
Alors qu'elle partait, Sarlia entendit Tsovahen parler:
"Tu sais patron... Tu sais j'suis pas facile à vivre, mais pour naviguer, y'en a pas deux comme moi.

Sarlia s'adossa au mur et contempla le soleil sombre dans l'océan, colorant les cieux de vives couleurs. Oui, dès qu'elle aurait la nouvelle Effroi en sa possession, elle partirait à la chasse pour trainer Silumgar devant la justice de l'épée. Comment avait-elle pu être si aveugle? C'était lui qui avait corrompu Orzhova! C'était lui qui les avait condamnés à mort! Il méritait de mourir, comme la Dernière Garde. Si elle parvenait à le tuer physiquement avec Effrois, Sarlia pourrait réactiver son lien avec l'épée. Ensuite, elle trouverait le phylactère et le détruirait pour qu'à jamais ce damné spectre disparaisse de ce monde!


Dernière édition par Silumgar le Lun 19 Mar - 20:33, édité 2 fois
Revenir en haut
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum