Le voyage vers le Nord

Aller en bas

Le voyage vers le Nord

Message par Silumgar le Jeu 22 Fév - 21:54

Il pleuvait. Sous la pluie, les Carmines avaient un côté triste. Les couleurs chatoyantes de la végétation semblaient ternes et ça n'aidait pas Mandy à garder le moral. Winston marchait en tête, silencieux. Venait ensuite Mandy, puis les deux chasseurs de démons qui fermaient en silence la marche. La route de vieux pavés était glissante à cause de la pluie, mais ils continuaient d'avancer. Finalement, alors que la route commençait à monter paresseusement les contreforts des montagnes menant aux Steppes Ardentes, Winston brisa le silence qui avait pesé sur toute une matinée de marche:
"Bon... Je pense qu'il est temps à présent de quitter la route."
"On va être effroyablement lents." Fit remarquer Pharilas en regardant Mandy qui, à la traine, profitait de cette pause pour reprendre son souffle.
"Je sais." Admit le jeune homme. "Mais le col pour les Steppes Ardentes que traverse la route est l'un des seuls à être répertoriés sur les cartes. J'ai entendu parler d'un col secondaire moins connu. Avec de la chance, on ne sera pas remarqués en passant par la."
"Je vois." Murmura Pharilas, plissant ses yeux sous sa capuche. Il remarqua Keina prendre le lourd sac de l’adolescente en contrebas pour que cette dernière puisse avancer un peu plus vite. Un léger sourire fendit le visage du vieil elfe.

Les hauts-plateaux qui bordaient la frontière montagneuse n'étaient pas épargnées par le mauvais temps, comme le découvrit sans joie la jeune Mandy. La ménestrelle avait beau porter sa cape de pluie en permanence, l'humidité rendait ses habits visqueux et sa peau blanche tremblait à cause du contact avec le linge glacial. D'un œil envieux, la jeune fille regarda Keina qui marchait sous l'eau du ciel avec une insensibilité digne du mépris. A ce qu'elle voyait, seul Winston en bavait autant qu'elle. Et encore, lui il avait du muscle et dix-huit ans!
Loin devant, Pharilas chantonnait, trop bas pour que la ménestrelle n'entende, mais assez pour que Winston puisse.
"Promenons-nous, dans les bois, pendant que Sarlia n'y est pas..."
"Pharilas?" Demanda Keina d'une voix lasse, grattant ses tatouages.
"Oui?" Demanda le vieil elfe de la nuit.
"Arrête." Les tatouages de l'elfe de sang brillèrent brutalement avant de perdre leur bref éclat.
"Tout va bien?" Demanda Mandy en pressant le pas pour voir Keina.
"Oui oui..." Répondit évasivement l'elfe de sang en grattant machinalement ses tatouages. "Allez, on avance!" Ajouta-t-elle. "On va finir par se faire remarquer à forces de lambiner comme ça." Et elle repris la route, sentant très clairement le regard torve d'une adolescente fatiguée lui fusiller le dos.

Une semaine après l'escarmouche au donjon de Guet-de-Pierre, la coalition était arrivée à la frontière avec les Steppes Ardentes. Le col dont avait parlé Winston existait bel et bien. Le sentier se perdait dans les hauteurs des montagnes, sur une discrète corniche qui semblait côtoyer les nuages. La pluie avait cessé, faisant place aux vents secs et empestant le souffre qui soufflait sur les Steppes Ardentes. En contrebas, on voyait la célèbre Passe des Rochenoires. Les imposantes fortifications en ruine, vu de là haut, semblaient être des jouets laissés là par des géants. Autour, on voyait clairement l'impact du gigantesque mont Blackrock sur l'environnement. Les roches étaient noires et une poudre cendreuse d'un gris sombre recouvrait absolument tout.
"Pas très accueillant..." Marmonna Pharilas en contemplant la désolation cendreuse en enflammée en contrebas.
"Nous voici à la frontière d'une terre maudite et abandonnée des dieux." Murmura Mandy qui jamais n'aurait cru voyager aussi loin. Elle remarqua que derrière elle, Keina se grattait encore les tatouages, l'air mécontent. Se rappelant de la réaction de la chasseresse de démon lorsqu'elle lui avait demandé si tout allait bien, la ménestrelle décida sagement de ne rien dire à ce sujet.
"Au fait." Demanda-t-elle alors que la coalition se remettait en marche en suivant le sentier qui descendait à présent vers les basse-terres brûlantes des steppes. "La chevalière... Elle savait quoi sur nous?" Depuis le début, personne ne répondait très largement et un malaise croissant rongeait la jeune fille.
"Mon nom." Répondit laconiquement Winston sans se retourner. Comprenant qu'on ne lui dirait sûrement rien de plus, l'adolescente ne demanda rien de plus.
"C'est fou cet endroit." Fit remarquer Pharilas à qui voulait l'entendre. "Ca me rappelle un monde que j'ai vu jadis. Une terre de mort et de ruine, où le sol s'abreuvait du sang de ceux tombés au combat sous un ciel de ténèbres et de feu..."
"Pas un endroit où faire un pic-nic." Marmona Mandy.
"Il faudrait trouver un endroit pour la nuit." Fit remarquer Winston.
"On y va." Déclara Keina alors que dans son dos se déployaient des ailes de magie gangrénée. Pharilas fit de même et les deux elfes prirent la voie des airs, comme deux corbeaux maléfiques dans un ciel de cauchemar.
Les deux jeunes humains marchèrent un long moment en silence sur les crètes. Une heure, peut-être deux. Au loin, le ciel disparaissait dans le rougeoiment permanent de ces terres magmatiques, les plongeant dans le crépuscule permanent de cet endroit damné. Finalement, alors que Mandy chantonnait un air encourageant en trainant des pieds, Pharilas attérit devant Winston.
"On a trouvé un bon endroit pour vous. C'est légèrement en contrebas, sur une corniche."

L'endroit où le groupe passerait la nuit était une sorte de nid d'aigne naturel qui surplombait le vide. Le sentier traverçait la corniche et s'en repartait pour descendre vers la route principale qu'on pouvait voir de loin. Soupirant d'aise qu'on fasse une pause, Mandy s'affala sur le sol couvert d'une fine pellicule de cendres, soulevant un petit nuage. Après s'être un peu étirée, elle sortit d'un des sacs qu'on avait posé à côté d'elle du bois de chauffe et elle commença à alumer machinalement un bon feu de camp. De tout le groupe, c'était la meilleure en ce domaine, ainsi qu'en cuisine. Keina prit ses aises, ôtant ses armes et les lourdes spallières ornementées qui la protégeaient. Elle les laissa choir dans un bruit de métal torturé avant de s'assoir pour contempler l'horizon. Pharilas aussi scrutait l'horizon, murmurant des souvenirs de mondes cauchemardesques. A part ces murmures et le bruit du feu qu'allumaint Mandy, c'était un silence agréable qui flottait sur le bivouac.
L'adolescente sortit les saucisses de leur sac et les posa dans la poelle, les perçant avec son couteau pour qu'elles cuisent dans leur graisse. Pharilas, dont les narines furent allertées par l'étonnante odeur de viande grillée, contempla un moment la viande sur le feu.
"Qu'est-ce que c'est?" Demanda-t-il.
"Des saucisses. C'est... De la viande."
Alors que la jeune-fille partait dans une explication de la fabrication de saucisses, Keina ressentit un désagréable sensation de picottement le long de ses tatouages. Elle se leva brutalement.
"Je vais faire un tour." Annonça-t-elle.
"On va manger." Lui fit remarquer Winston, intrigué.
"Je ne mange pas." Lui répondit-elle froidement.
"Jamais?"
"Jamais." Deux ailes de magie gangrénée se déployèrent dans son dos et elle pris son envol.
"Drôles d'oiseaux ces chasseurs de démons." Dit à voix haute Mandy. Elle sourit en voyant Pharilas qui la regardait. "Pas d'insulte hein..."
"Pas ce soucis." Répondit-il en riant. "C'est tout à fait vrai."
"Au fait" repris Mandy en regardant fixement Winston. "Qui était cette chevalière?"
"Je ne sais plus." Répondit Winston sans que son regard ne croise celui de l'adolescente, regard qu'il posa sur les saucisses. "Elles ont l'air délicieuse en tout cas."
"Et prêtes surtout." Dit Mandy dans un sourire, retirant la poelle du feu et servant une grosse part au jeune homme en voyant que Pharilas ne voulait pas manger non plus. Le repas se fit en silence, la ménestrelle engloutissant ses saucisses avec appétit tandis que Pharilas observait le ciel cramoisi. Il finit par y distinguer un point qui commençait à se rapprocher. Une minute plus tard, Keina attérissait, ses ailes se dissipant sur un mot d'éredun.
"Et toi Keina, tu as le moindre souvenir sur cette chevalière?"
"Rien." Marona-t-elle en s'asseyant à côté du feu.
"Au fait Mandy, tu ne nous a rien dit de ta famille." Fit remarquer Winston pour changer le sujet.
"Morte pour la plupart." Répondit d'un ton triste la ménestrelle en cessant de mâchonner une saucisse qui aurait du revenir à Keina.
"Ah..." Winston fit une grimace qui montrait bien son malaise. "Désolé." Ajouta-t-il.
"Ca peut aller... Ca fait bientôt cinq ans maintenant."
"Et vous deux, vous avez une famille?" Demanda Winston.
"Je n'en ai pas." Répondit sans aucune méchanceté Keina.
"Moi... j'ai de vagues et étranges souvenirs..." Commença Pharilas.
"C'est impossible Pharilas. Tu es un illidari aussi." Lui fit remarquer l'elfe de sang.
"Je sais... Mais j'ai un souvenir pourtant... Quelque chose de perdu dans les brumes du temps."
"Allez, assez pleuré sur le passé." Déclara Mandy après qu'un silence soit tombé sur le groupe. Elle saisit sa mandoline et commença à en extirper une douce et apaisante mélodie. Winston la fixa et se laissa entraîner par l'air.
"Pharilas..." Murmura Keina en elfique. "Je ressent ce dont tu m'avais parlé."
"Il faut que tu te poses Keina." Lui répondit dans le même idiome l'intéressé. "Il faut que tu te focalise sur quelque chose de précis. Un illidari n'est pas censé être un électron libre."
"J'ai.. Des cauchemars. Des visions." Avoua-t-elle en elfique.
"Des visions de quoi?" A ce moment, la musique changea. C'était à présent un air triste, la voix de Mandy chantant une soeur disparue. Winston, lui, commençait à être agacé par l'idée que deux des membres de sa coalition parlent spécifiquement en elfique pour que personne ne les comprenent. Alors que Pharilas demandait à Keina sur quoi portaient ses visions, Winston se leva, faisant s'interrompre Mandy de surprise:
"Désolé Mandy." Lui glissa-t-il avant de se tourner vers les deux elfes. "Y'a pas moyen que vous parliez dans une langue qu'on pourrais connaître?"
"Heu..." Keina baissa les yeux.
"Pardon." Marmonna Pharilas. Winston se rassit, tendu, et l'elfe de la nuit en profita pour souffler à l'elfe de sang, en elfique: "On en reparlera." Il s'éclaircit alors la gorge et se leva: "J'ai une bonne blague: quelle est la différence entre un murloc et un gnome?"
"La cervelle." S'exclama Mandy avec un grand sourire. Keina et Winston levèrent les yeux au ciel.
"Heu... j'avoue que j'ai oublié la suite." Admit après un long et gênant silence Pharilas.
"Je vais inspecter les environs." Maugréa Winston en remettant sa cagoule. "Ne faîtes pas de bêtises." Il s'en alla en silence.
"Bon, et si je vous racconait la blague de la catin qui chantait et suçais?" Déclara Mandy. "J'ai l'impression que l'ambiance est lourde et je crois qu'une bonne blague salace remettra des sourires sur vos visages."
Pharilas se leva pour regarder l'horizon alors que la jeune humaine commençait sa blague d'un goût plus que douteux. Il sourit avant d'avancer en silence derrière Mandy. La saisissant dans ses bras et la faisant hurler au passage, il s'élança dans les cieux porté par ses ailes de magie gangrénée. Le hurlement se fit plus strident à chaque seconde et ce n'est qu'en voyant Winston revenir en courant que Pharilas consentit à attétir au niveau du feu de camp.
"Putain mais vous êtes cons?" Hurla-t-il tandis que Mandy, pleurant de peur, allait se cacher derrière Keina. "On a des types qui veulent notre tête dans le meilleur des cas et vous seriez prêts à tout risquer pour des conneries?!"
"Allons Winston, y'a pas mort d'homme." Intervint Keina en s'approchant. "Autant de profiter de la vie tant qu'on l'a."
"C'est vraiment ce que tu penses?" Demanda l'humain, atéré.
"J'ai toujours pensé ça et je suis toujours vivante." Lui répondit l'illidari.

Evidement, il ne fallu pas plus pour qu'une dipute éclate entre Winston et Keina. Mandy finit par se calmer et retourna à sa mandoline, bien convainque d'avoir une preuve que Pharilas était définitivement cinglé. Tandis qu'elle jouait un air doux distraitement, elle regarda la dispute vivre et mourir grâce à la sagesse de Pharilas. Quand tout le monde se fut rassit, il se proposa de réciter un autre poème. C'était un beau poème, pas quelque chose de triste comme la dernière fois. Il parlait d'un ton agréable de voyage, de partir. Quand il fut fini, Winston avait une moue intriguée lui tordant le visage:
"Mais tu comptes partir où en fait." Pharilas eut à étrangler un grand éclat de rire tandis que Mandy disait d'une voix un peu gênée:
"C'est... Un Poème. Ca s'appelle la Licence Poétique."
"Bwef." Marmonna-t-il. "Je prends le premier tout de garde."
"Nous allons nous trouver un endroit plus en hauteur." Déclara Keina en faisant apparaître des ailes dans son dos. Suivie par Pharilas, elle s'envola sans dire plus. Mandy restait donc seule avec Winston qui était en train de reprendre son équipement.
"La chevalière, elle a parlé de moi?"
"Heu..." La colère de Winston, toujours présente depuis un moment, se dissipa brutalement lorsqu'il croisa le regard mortellement sérieux de Mandy. " Qu'est-ce qui te fais penser ça?"
"Vous étire trois, dont deux très à même del'interroger. Et aussi, il y a ta question sur ma famille qui me travaille depuis tout à l'heure."
"Et tu penses qu'elle nous aurait dit quoi? C'est une agent de Gleen."
"Gleen n'a pas de chevaliers à son service."
"Maintenant si. Une autre question?"
"Non." Elle regarda le feu en silence tout en rangeant sa mandoline dans son étuis. Elle parla à nouveau: "Pour ma famille... Il me reste bien quelqu'un." Winston se retourna et la regarda. "J'ai une soeur, Randy. Elle est... Partie pour Stromguarde dès que les rumeurs ont circulé sur le retour de la prospérité là bas. On... On parlait par lettres."
"Elle est toujours vivante?" S'enquit Winston, peiné par l'histoire de la jeune fille.
"J'espère."
"Ménestrelle aussi?"
"Non... Elle était plutot du genre à chercher les bonnes graces des hommes avec ses belles courbes."
"Je.... je vois."
"Donc, je repose ma question: la chevalière a-t-elle parlé de moi?"
"Oui." Avoua Winston. "Elle... A essayé de se faire passer pour ta soeur ou quelqu'un qui viendrait de sa part." Il respira un grand coup. "Elle connaissait ton nom, le mien et celui de Pharilas et disait s'appeler Sarlia Sintheria."
"C'était une vivante?"
"Non, une déjà-morte."
"Je vois." On lisait une grande tristesse et une grande peine dans les yeux de la jeune fille qui se blottit dans sa cape de voyage pour dormir. "Bonne nuit." Murmura-t-elle. Winston commença sa garde, mais il lui sembla un temps entendre un sanglot.
avatar
Silumgar
Vieux Baroudeur
Vieux Baroudeur

Messages : 119
Date d'inscription : 17/03/2017

Voir le profil de l'utilisateur http://enclaverp.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum