L'enclave des rôlistes
Bienvenue à toi , jeune rôliste!

Partagez
Aller en bas
avatar
Vieux Baroudeur
Vieux Baroudeur
Messages : 131
Date d'inscription : 17/03/2017

Feuille de personnage
Nom Prenom:
Taille:
Ages:
Voir le profil de l'utilisateurhttp://enclaverp.forumactif.com

Une première victoire

le Lun 19 Fév - 23:59
Pharilas et Winston pouvaient s'estimer heureux de leur chance à la courte-paille. Pour plus de sécurité, le groupe se séparait en deux pendant les voyages pour brouiller d'éventuelles pistes, l'un prenant une route longue et l'autre une plus courte. Et vu la pluie qui tombait dru sur les Carmines, ils avaient de la chance d'avoir eut à atteindre Guet-de-Pierre le plus vite. Avec les premières grosses gouttes, ils se mirent à l'abris.

"Guet-de-Pierre..." Pensa Sarlia en contemplant de loin le fortin en ruine. D'après ce qu'elle avait appris, c'est de là qu'avait vraiment commencé la saga de Silumgar. D'après les informations qu'il avait fait parvenir avec un corbeau zombifié à Gleen, la coalition allais vers le Nord depuis Elwyn, formée autour de Winston avec une petite ménestrelle appelée Mandy et un chasseur de démon appelé Pharilas. Si ils passaient par les Carmines, en se postant là, elle pourrait facilement quand ils voudraient suivre la route pour les Steppes Ardentes et les royaumes nains. Laissant son cheval squelette caché dans des buissons, la morte-vivante, épée dans le dos, avança vers le donjon en ruine pour se mettre à l'abrit de la pluie. Son armure sombre était détrempée avant qu'elle n'ait traversé la court intérieure à moitié noyée sous les décombres. Maugréant quelque chose au sujet du mauvais temps, elle fut très surprise de voir  deux personnes en train de discuter à voix basse dans l'entrée du hall en ruine.
"Y'a quelqu'un." Déclara de plus grand des deux, un elfe de la nuit à la peau sombre tatoué de runes rouges à la manière des Illidaris.
"Où?" S'étonna l'autre, un humain à l'armure de cuir noire et au visage caché par une cagoule. Sa voix trahissait une certaine jeunesse.
"Derrière toi..." L'humain se retourna et vit Sarlia qui les toisait de ses deux yeux brillant d'un feu rouge.
"Je peux me mettre à l'abris?"
"Oui bien sûr." Dit galamment l'elfe de la nuit. Elle le rejoignit dans le halle en ruine.
"Vous êtes de Comté-du-Lac?" Demanda-t-elle finalement.
"Non, nous sommes de voyage." Répondit l'humain. "Et vous?"
"Moi aussi. Je cherche une ménestrelle appelée Mandy. Une enfant, pas plus de seize ans, avec une belle voix. Je suis une amie de sa famille."
"Je vois... Mais ça me dit rien ce nom." Répondit Winston, comprenant qu'on les cherchait peut-être. "Elle serait sur les routes seules vous dites?"
"Oui. Elle part pour Stromgarde pour tenter d'y gagner sa vie d'après ce qu'elle a dit dans sa dernière lettre."
"Stromgarde?" Redemanda l'elfe.
"Oui. La ville connais un renouveau à ce que j'ai compris." Répondit doucement l'ancienne elfe de sang. "Et vous voyageurs, où allez vous?"
"A Stromgarde aussi, nous sommes mercenaires." Expliqua Winston pour ne pas dire la vérité à une inconnue.
"Des mercenaires." Sarlia sourit tristement. "Je l'étais avant."
"Et vous faites quoi maintenant?"
"Je remplis une promesse faîte aux parents de Mandy, qui date de la guerre sur Tol'Barad." Mentit la chevalière noire. "Au fait, comment vous appelez-vous?"
"Geoffroy." Mentit à son tour Winston.
"Pharilas." Répondit l'elfe de la nuit. Sarlia ouvrit grand ses yeux. Elle connaissait ce nom. L'elfe se rendit compte de la réaction et décida de tenter quelque chose. Voyant une grosse araignée marcher sur le sol froid, il commença à s'extastier en la regardant. Winston commença aussi à jouer le jeu.
La chevalière noire contempla ce désolant spectacle désolant un moment avant de prendre son espadon et d'en admirer distraitement le tranchant.
"Belle épée que vous avez là." Remarqua Winston. "Elle vient d'où?"
"Je l'ai volée à des traîtres... Winston."
Avant que l'humain de ne réagisse, elle lui envoyait un coup de pommeau dans le ventre. Vif comme l'éclair, Pharilas se rua sur la chevalière, mais alors qu'il essayait de la mordre, elle l'esquiva prestement, lui envoyant un grand coup de son avant-bras recouvert d'acier noir dans les dents, le repoussant dans un grognement de douleur. Les yeux rouges de Sarlia se fixèrent sur l'humain qui lui faisait un geste d'apaisement.
"Arrêtez, votre Mandy, on l'a vue!"
"Bien. Continuez." Ordonna-t-elle, vérifiant que le chasseur de démon ne tentait pas d'autres bêtises.
"On est des mercenaires, mais vu qu'on a plus trop d'or, on a voulu attaquer le groupe avec lequel elle voyage."
"Quel groupe?" Si ce mercenaire disait vrai et n'était pas Winston, alors elle avait peut-être de quoi trouver la coalition.
"Un homme, deux chasseurs de démon et un druide." Ajouta l'humain.
"Et que c'est-il passé?" Deux chasseurs de démons et un druide... Diable leur maudite coalition avait gagné du punch depuis l'information que lui avait accordé Silumgar. Ce qui compliquait beaucoup la situation. A Tol'Barad, Sarlia en avait vu une en action et ça lui avait suffit.
L'histoire qu'improvisa Winston était pour le moins intigante, mais surtout très convainquante. Tant et si bien que la chevalière présenta ses excuses et regarda tomber la pluie. L'histoire était la suivante: les deux mercenaires avaient tenté d'attaquer Mandy et sa troupe, mais, après c'être fait griller par l'un qui montait la garde, avaient été rossé et on les avait épargné en l'échange de la vie sauve. L'elfe de la nuit mercenaire s'appelait en vrai Ellanil mais, en entendant le nom Pharilas, avait préféré utiliser ce nom d'emprunt pour ne pas avoir à parler de son passé trouble. Sarlia n'ayant jamais fréquenté de mercenaires de l'alliance, avait préféré ne pas imaginer ce qu'avait pu faire un chasseur de démon. Cependant, quelque chose taraudait la chevalière noir. Comment diantre un chasseur de démon avait fini mercenaire?
"Dites-moi illidari, comment avez-vous fini dans le mercenaria?" Demanda-t-elle, de plus en plus dévorée par le doute.
"C'est un peu plus compliqué." Commença-t-il de sa voix rapeuse. "Et je ne crois pas avoir le moindre compte à vous rendre."
"Je vois." Sarlia fit un vif mouvement et écrasa une des araignées. Si l'elfe n'avait pas eu ses yeux cachés, il les aurait sûrement écarquillé de colère. Sarlia vit distinctement qu'il serrait les poings. Elle en écrasa une autre avec son espadon, un sourire malveillant sur ses lèvres déssechées. La chevalière allait en tuer une autre quand il la frappa dans le bras, envoyant l'espadon par terre. A peine ses yeux rouges avaient-ils le temps de voir l'humain en noir la contourner, dagues au poing, pour qu'elle ait l'assurance que ces mercenaires avaient pas mal de choses à cacher. La chevalière repoussa l'elfe mais l'une des dagues de l'humain la poignardait. Une chance pour elle que sa chair morte ne ressentait presque plus la douleur. Grognant de rage, elle murmura une vieille prière, et une lumière grise l'entoura, repoussant celui qui devait être Winston alors que l'illidari faisait juste un pas de recul. Alors même que le sortilège partait, Sarlia sentait partout dans son corps comme une brûlure qui elle était très douloureuse. Tel était le fardeau de la non-vie pour les servants de la Lumière.
Profitant de son attaque, l'ancienne elfe fit un saut en avant, se réceptionna en roulade et récupéra son épée, parant un coup de glaive de la part de l'elfe de la nuit. L'Epée des Gardiens fit un large moulinet, repoussant sans effort l'assaut de Winston, puis, vive comme une vipère, l'épée lui perfora l'épaule. Il voulu reculer, mais elle frappa dans les cuisse, l'envoyant bouler au sol dans un grognement étranglé de douleur. Se remettant en garde dans sa position défensive préférée, Sarlia attentit la prochaine attaque de Pharilas, qui ne tarda pas. Un coup brutal porté avec les deux glaives, qu'elle para sans grande difficulté. Frappant d'estoc, elle le blessa au ventre, mais son esquive lui évita de finir empalé. Ils engagèrent alors un violent et habile duel ou aucune arme ne parvint à percer la garde de l'autre.

"Il se passe quoi ici?" Demanda Keina en arrivant. Elle avait décidé de prendre les devants sur le druide et la ménestrelle, et arriva au fortin en ruine pour voir Winston baignant dans son sang et l'eau tombée du ciel tandis que Pharilas et une humaine morte-vivante étaient plein combat.
"Elle... Elle travaille pour Gleen." Réussit à articuler Winston à l'attention de la chasseresse de démon. Fronçant les sourcils, Keina pris ses lames, prête à saisir une ouverture pour entrer dans la mêlée.
Face à elle, Pharilas, fut à nouveau blessé au bas-ventre par la lourde lame de Sarlia. Il plia de genoux, prêt à subir un coup fatal. Grognant une incantation impie, l'elfe de sang pris de l'élan et se jeta sur Sarlia, prenant au passage la forme d'une imposante créature ailée. La chevalière noire, écarquillant des yeux rouges très surpris, fut projetée contre le mur au fond du hall.
"Ce qui nous fait deux chasseurs de démons." Murmura en elfique Sarlia avant de se remettre debout, crachant un filet de sang noir. Voilà qui s'annonçait moins bon, et cette pensée se concrétisa en moins d'une minute. Sarlia, aussi bonne épéiste soit-elle, n'arrivait même pas à parer le moindre coup de l'elfe de sang face à elle. Un glaive blessa la chevalière au ventre, puis à l'épaule, puis à la jambe. Une véritable tempête de lames gangrénées que Sarlia n'arrivait même plus à voir. C'est alors que l'elfe de sang s'écarta, laissant voir à la chevalière Pharlias qui avait pris une forme démonique et qui s'élançait vers elle. L'impact l'envoya bouler dans un coin, loin de son épée. Avant même qu'elle ne soit debout debout, ruisselante de son sang noir, un coup de glaive de l'elfe de sang l'envoya mordre la poussière.
"Tu me sembles aussi maudite que moi." Déclara l'elfe de sang en la regardant la chevalière.
"Tout juste." Répondit en elfique. "Mais... Que fait une illidari de ton talent avec eux?" Ajouta-t-elle en elfique.
"Je cherche une famille." Fut la réponse, toujours en elfique, de Keina.
"Khalyte et sa fille?"
"Non."
"On peut l'enfermer!" Déclara Pharilas en avançant vers les deux elfes. "Va aider Winston, je m'en occupe."

Avant que Sarlia ne puisse hurler quelque chose, une prison gangrénée l'enferma. Non... NON! PAS ENCORE! La chevalière voulu hurler mais n'arriva qu'à émettre un murmure. Elle avait vécu ça pendant ce qui s'était avéré être cinq ans, pas ça... Le temps semblait ralentis pour elle. Et pire que tout, elle sentait son essence, son âme, être très lentement attirée vers Pharilas, qui semblait se régénérer en souriant. Si elle avait pu pleurer autre chose que ses larmes noires, Sarlia l'aurait fait. Pas encore ça, pas encore, pas encore, pas encore, pas encore, pas encore...

Il se passa une éternité, ou simplement une seconde, avant que Sarlia n'arrive à se calmer. Cet elfe, Pharilas, ne devait pas avoir la puissance des inquisiteurs démoniaques qui l'avaient torturé à l'époque. Focalisant tout son esprit et son espoir en la Lumière, la chevalière murmura une prière. Une prière sincère et vraie. La prière d'une vrai croyante. Alors qu'une sensation de brûlure la déchirait, la prison de magie gangrénée éclata, faisant reculer le chasseur de démon de surprise. Une pluie de fragments de cristaux démoniaques tomba sur la forme prostrée de Sarlia qui, percule de douleur, parvint à relever la tête. Keina était revenue, les mains couvertes de sang. Elle avait du essayer de soigner Winston.
"Je... peux le sauver." Parvint à articuler en elfique Sarlia. Après tout, malgré de gros efforts, le commun n'était pas sa langue manternelle. "Je... je saurais... le sauver."
"Je ne te fais absolument pas confiance, toi qui a essayé de nous tuer." Lui répondit d'un ton clinglant la chasseresse en elfique. "Il faudra la gagner, la mériter."
"Je... m'en doute." Répondit Sarlia en essayant de se relever, mais la douleur était telle que même une morte-vivante comme elle n'arriva pas à se relever. Ce ne fut qu'après un effroyable effort que l'ancienne paladine se remit debout. Se tenant au mur, elle marcha à pas lents vers Winston.
On l'avait mis à l'abris, et ses plus grosses plaies étaient au mieux mal garotée. La morte-vivante s'approcha et murmura une prière. Son âme trembla de douleur alors que la Lumière lui répondait, mais Winston ouvrit les yeux de surprise en sentant que ses plaies étaient fermées comme par magie. Il se remit debout sans trop de mal, regardant la morte-vivante meurtrie qui s'était adossée au mur pour ne pas tomber. Par mesure de sécurité, les deux chasseurs de démons l'entouraient. De toute manière, vu son état, Winston l'aurait mal imaginé faire une bêtise.
"Qui es-tu et que veux-tu?" Demanda d'un ton autoritaire Keina.
"Je..." Sarlia força ses poumons à la faire soupirer après avoir laissé le temps à son organisme impie de se remettre de tous les chocs précédents. "Je m'appelle Sarlia Sintheria, ancienne chevalière elfe de sang de la Horde. J'ai combattu à Tol'Barad contre l'Alliance et les soldats du seigneur Aleroth, puis j'ai été tuée par les démons qui se sont matérialisé sur l'île peu après pour tenter d'établir une tête de pont. Mon âme a été enfermée pour ce qu'il s'est avêré être cinq ans avant que Silumgar le seigneur noir ne me libère et ne tisse mon âme à un nouveau corps."
"Et pourquoi nous attaquer alors? Pourquoi servir Gleen?" Demanda Winston.
"J'étais la grand-maître de l'Ordre d'Orzhova de mon vivant. Quand je suis revenue d'entre les morts, j'ai appris que tout ce que j'avais créé, tout ce que j'avais aimé, tous mes amis..." Un vrai sanglot étrangla sa voix. "Ils avaient été tués. Nos alliés les avaient tous tué..." Même Pharilas baissa la tête pour montrer qu'il compatissait. Sarlia releva ses yeux rouges. "La majorité de ceux qui ont perpétré ce carnage sont morts, mais il en reste. Je les tuerais tous, autant qu'ils sont, devant les yeux de leurs enfants s'il le faut! Ils m'ont tout pris!"
"Quel rapport avec Gleen alors?"
"Il m'en fait amener pour que je juge s'ils doivent mourir ou continuer de vivre." Sarlia fronça les sourcils. "En échange, je remplis des missions pour lui."
"Mais c'est immonde." Finit par déclarer Winston, écoeuré. "Ce que vous faîtes est complètement... Creux. Et monstrueux!"
"Je le sais. Mais c'est mon devoir de venger tous ceux qui sont morts."
"Vous n'aurez jamais la paix si vous persévérez ainsi." Déclara Keina.
"Chasseresse?" Demanda brutalement Sarlia.
"Oui?"
"Que pensez-vous quand vous tuez un démon?" Keina répondit après un petit temps de réflexion:
"Que je fais ça pour un monde meilleur. Mais je lui souhaite la paix. Je ne tue pas par vengeance, mais pour que ce monde connaisse enfin la paix."
"Avant, j'ai aussi combattu pour ça. Pour la 'paix'." Sarlia eut un geste triste. "Voyez le résultat."
"Mais vous pouvez continuer! Ce qui vous est arrivé, vous ne voudriez pas l'inflier à d'autres. Vous pouvez avancer et non plus reculer et vous venger."
"J'ai avancé chasseresse." Déclara Sarlia d'un ton triste. "Pour le mieux qui soit même."

Winston eut un soupir triste. Pharilas lui chuchotta quelque chose à l'oreille. Si Sarlia avait encore été une elfe, ses oreilles auraient sans doute entendu. Là, coincée dans ce misérable corps humain, elle n'entendait absolument rien. Sans dire mots, les deux chasseurs de démons partirent. Sarlia pensa qu'ils devaient aller rejoindre les deux autres membres de leur groupe pour leur indiquer un autre itinéraire. Ils la laissèrent là, sous la pluie, face au jeune homme qu'elle avait blessé peu avant. Il était à l'abrit, elle non. Elle était trempée à présent, et son corps était toujours douloureux. Mais elle ne bougeait pas.
"Je ne peux pas vous laisser partir." Finit par murmurer Winston.
"Pourquoi avez-vous trahis Gleen?" Demanda la chevalière noire sans tenir compte de la phrase de l'humain.
"C'est un monstre... Qui n'apporte rien de bien à ce monde."
"Vous savez, j'ai voulu changer ce monde pour le mieux de mon vivant. Mais tout ce que j'ai fais, tous les sacrifices auquel j'ai conscentit... En vain. Mes amis son morts, mon héritage a été trainé dans la boue... Tout ça par ceux-là même qui se battaient pour le bien. Ce ne sont que des hypocrites, le 'bien'." Elle secoua sa tête. "Non, si j'ai bien appris quelque chose dans ma resurection, c'est que ce monde pourri ne mérite pas un héro. Il mérite un monstre assez cruel pour que tout le monde le serve... Silumgar avait raison depuis le début au final."
"Non... J'ai foi en Azeroth."
"Mon plus." Elle le vit se mettre en garde et fit de même. Ses yeux rouges pleuraient sensiblement plus leurs larmes noires alors qu'elle se positionnait pour le combat.
"Navré." Murmura Winston avant de la charger, lames au poing.
Avant même qu'il ne puisse frappe, Sarlia usa de l'allonge de son arme pour frapper à l'épaule de l'humain. Il serra les dents alors qu'une vive douleur lui déchirait le haut du bras et frappa. L'espadon para le coup et la chevalière lui envoya un violent coup de tête pour l'assomer. Winston recula sous l'impact et elle en profita pour lui donner un violent coup d'épaule dans le ventre. Le jeune homme en eut la respiration coupée et recula. Sarlia tenta de s'éclipser, mais il lui envoya dans le dos une de ses dagues, qui s'enfonça dans sa chair morte. Elle hurla de douleur et de rage en se retourant, juste pour se prendre un coup de l'autre dague dans le bras. Le temps qu'elle relève son pesant espadon, un autre coup la blessait au flanc en passant dans les failles que son armure avait subie durant son précédent combat. Le sang noir coula, mais elle se refusait de tuer ce jeune homme. Il ne méritait pas de mourir. Faisant fi de la douleur, l'ancienne elfe fit un adroit mouvement pour prendre son épée par la lame et elle envoya un coup de pommeau dans le ventre. Il recula et cracha quelque chose de rouge.
Armant un coup qu'elle espérait ne pas être létal, Sarlia voulu faire un moulinet. Cependant, à cause de la pluie et du sang sur ses mains, l'épée lui glissa entre les doigts. Sarlia regarda Winston lui foncer dessus sans arriver à prononcer autre chose qu'un juron, qui se mua en cri de rage alors que sa lame lui perforait le genou gauche, la forçant à tomber à genou. Mourir comme ça, sous la pluie, dans la boue. Un frisson lui secoua l'échine. Encore une fois. Au moins cette fois-ci elle pourrait voir son bourreau. Il respirait bruyament, épuisé comme il était. Il lui mit sa lame sous la gorge.
"Je... Me constitue prisonnière." Murmura Sarlia, une peur affreuse lui dévorant les entrailles.
"Je ne peux pas te laisser être notre prisonnière."
"P... Pourquoi?"
"Tu... Tu dois être reliée à tes chefs par je ne sais quelle magie."
"Plus maintenant..." Sarlia baissa les yeux sur la dague qui la tuerait d'une seconde à l'autre. "Alors c'est ça les 'gentils'..."
"Je ne suis pas un 'gentil'. Je ne ferais pas la même erreur que toi."
"Mon erreur?" Sarlia ne comprenait pas et la perspective de mourir sans savoir la terrifa d'autant plus. Face à elle, Winston semblait prêt à l'égorger. La chevalière ferma les yeux et pria la Lumière de la pardonner...

Dans les ruines...:
Elle n'avait pas prévu le coup sur la tête. Lorsqu'elle réouvrit les yeux, elle était solidement ligotée à l'intérieur, sans son espadon. Winston la regardait d'un air triste. Elle cligna des paupières un moment, ahurie.
"Mon... Erreur? Quelle erreur?" Finit-elle par murmurer.
"Tu n'as pas réussi à protéger tes amis. Je ne ferais pas la même erreur." Si elle avait pu réellement pleurer, Sarlia l'aurait fait. Au lieu de ça, ses larmes noires coulèrent avec une intensité sans précédent.
"J'ai donné ma vie pour les sauver."
"Sans réussir..."
"Sur le coup, ça avait été une réussite. Sur le coup j'en ai sauvé beaucoup..."
"Je serais le premier à mourir pour mes amis." Sarlia sourit en entendant ça.
"On dirait moi à l'époque. La fringante grand-maître d'Orzhova combattant l'Alliance et les démons..." Une grande nostalgie perçait dans sa voix.
"Qui sais." Winston eut un rire triste. "Mais quoi qu'il en soit, je connais mes ennemis, et vous n'en faîtes pas partie, même si vous les servez. Ce n'est pas à moi de vous tuer."
"Qui alors? Celle dont j'ai très sûrement tué les parents? Celui dont j'ai envoyé la soeur à Tol'Barad? Le fou des araignées?"
"Ce choix te reviens pour plus tard."
Voyant qu'il partait, Sarlia mumura une prière de soin qui soulagea les souffrances du jeune humain. La douleur fut telle qu'elle retomba inconsciente.


Winston rejoignit ses camarades après une demi heure de marche. "On avance." Fut la seule chose qu'il leur dit, mais à son ton, personne n'osa le questionner. "Il a du se passer quelque chose là haut dans ces ruines..." Pensa Mandy en regardant les ombres de Guet-de-Pierre dans la pluie.
Revenir en haut
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum